Skip to main content
Benchmarking IE

Benchmarking des pratiques de l’IE : Description de l’entreprise W

By 28 décembre 2007janvier 5th, 2022No Comments
Extrait de la thèse professionnelle de Jérôme Bondu, portant sur un « benchmarking des pratiques d’intelligence économique » (voir les autres descriptions d'entreprises). 
Vous trouverez ci-dessous le compte rendu d'entretien de l'entreprise W
 
Présentation des besoins de veille
 
Présentation générale de l’entreprise.
CA : plus de 30 milliards d’euros.
Taille, secteur d’activité, type de produits.
 
Culture de l’entreprise.
L’entreprise est très technicienne. Le partage de l’information est plus un défi qu’une réalité. La structure hiérarchique, monolithique et composée de nombreux niveaux, peut être vue comme un frein à la bonne circulation des informations.
Environnement concurrentiel.
Le secteur est en train de vivre une déréglementation.
L’entreprise est de taille mondiale. La concurrence est à gérer à cette échelle.
Présentation de l’interlocuteur
Mon interlocuteur est Chargé de Mission intelligence économique à la direction de la sécurité. Cette direction est rattachée à la présidence.
Au sein de cette direction, on trouve deux chargé de mission IE, et un conseiller technique (en support pour les questions informatiques).
Mon interlocuteur a occupé toute une palette de fonctions au niveau de la veille : la fonction de veilleur, d'animateur de réseau de veilleurs, et de responsable veille d'une Direction, ?
 
Le système de veille est en pleine restructuration au sein de l'entreprise. De nombreuses entités se sont développées de manière spontanées, autonome, et le tout est très hétérogène.
L'entretien a surtout porté sur la structure qui allait être mise en place pour organiser un système d'intelligence économique à l’échelle du Groupe (maison-mère et ses principales filiales)
Il n'y aura donc pas de description du système de veille en tant que tel.
 
Présentation du système de veille général :
 
Description du système de veille / IE
 
– origine, création
L'implantation de la veille a connu différentes étapes.
– Une veille technologique a d'abord été implantée à la direction de la recherche à la fin des années 80.
– La direction de la stratégie, puis différentes autres directions, ont ensuite créé leur entité de veille.
– Récemment, il y a eu la volonté d'organiser ce qui s'était développé de manière plus ou moins spontanée, pour homogénéiser l'ensemble.
Nécessité de changer de posture en matière d'IE afin de tenir compte de l'évolution rapide du contexte dans lequel le Groupe développe son action, et afin de tirer toutes les conséquences des ambitions et pratiques de ses concurrents. L'organisation de l'IE pour l'ensemble du Groupe a pour ambition de partager les informations et de mettre en commun ce qui doit l'être.
La réorganisation de la veille est confiée à une direction très proche de la direction générale et considérée comme neutre dans les luttes de territoire
– objectifs
Les objectifs de la veille sont issus des axes stratégiques de l'entreprise :
– aider à développer l'entreprise à l'international,
– aider à contrecarrer les concurrents,
– aider à assurer la pérennité de l'entreprise.
– effectifs
 
– organigramme de la veille
Il y a un organigramme de la veille qui a été constitué pour pouvoir connaître les forces de l'entreprise en la matière.
Soutien de la direction
 
– implication de la direction
C'est de la direction générale qu'est partie l'impulsion de réorganiser la veille.
La direction soutien et suit les travaux de réorganisation de la veille (réunions du Comité 1 – environ tous les 2 mois).
– détection des besoins de veille au niveau de la direction
Oui.
Implication du personnel :
 
– implication du personnel
 
– formations, sensibilisation du personnel
Oui. Une formation effectuée par l'interne est assurée (niveau « capteur », animateur de réseau, analyste).
Structure
 
– nombre et répartition des entités de veille
– domaines de veille
Pratiquement chaque direction a un service de veille, et tous les domaines de veille sont couverts.
Le problème vient de la redondance des activités de veille et de la faiblesse de la transversalité, de l'échange d'informations.
– y a-t-il une coordination
Une coordination est en train de se mettre en place.
 
Présentation des différentes entités
Non traité.
 
Réflexion sur la corrélation entre « besoins de veille » et « système de veille »
 
Indicateurs d’évaluation de la veille au niveau de l’entreprise
Oui. Sous l'impulsion de la direction générale, une vaste étude de la veille a été menée (recherche des acteurs, détection des pratiques?).
Points forts, et points faibles de l’organisation
Il est ressorti de cette étude différents points :
 
Les points forts :
– Il existe un nombre très important de veilleurs et de réseaux de veille dans l'entreprise.
– Tous les domaines de veille sont couverts.
– Les veilleurs de terrain sont souvent très actifs et pleins de bonne volonté.
Donc, il y a fort potentiel humain. Il suffirait de coordonner ce qui existe déjà pour faire un système performant.
 
Les points faibles :
– Les entités de veille étaient hétérogènes. Les productions étaient très variables.
– La circulation des informations pouvait être optimisée. Différents problèmes étaient distingués :
L'information était au mieux rapportée jusqu'au plus haut niveau de l'entité en question (par exemple, chef de département, chef de service, directeur, ?). Mais il n’y avait pas de circulation transverse.
En outre, l'information ne redescendait pas. Les veilleurs ne savaient pas ce qui était fait de leur travail.
Enfin, il n'y avait pas de communication entre les cellules. Le système était cloisonné. Il y avait un grand nombre de cellules autonomes (une trentaine). Il y avait des luttes de territoire.
 
D'où la volonté de réformer le système et de favoriser la circulation des informations. Une organisation a été créée à cette fin.
Corrélation entre besoins et système de veille
 
 

Leave a Reply

Clicky