Skip to main content
Benchmarking IE

Benchmarking des pratiques de l’IE : Description de l’entreprise V

By 28 décembre 2007janvier 5th, 2022No Comments
Extrait de la thèse professionnelle de Jérôme Bondu, portant sur un « benchmarking des pratiques d’intelligence économique » (voir les autres descriptions d'entreprises). 
Vous trouverez ci-dessous le compte rendu d'entretien de l'entreprise V
 
Présentation des besoins de veille
 
Présentation générale de l’entreprise.
CA : plus de 15 milliards d’euros.
Culture de l’entreprise.
L’entreprise est fortement internationalisée.
Environnement concurrentiel.
L’environnement concurrentiel est très agressif.
Il n’existe que quelques acteurs mondiaux. A cela se rajoute une dizaine de concurrents de taille régionale.
Présentation de l’interlocuteur
Mon interlocuteur est directeur de l’intelligence économique (son titre exact est en anglais). Il est chargé du management de cette structure (après l’avoir mise en place), de la diffusion d’une dynamique propre à l’IE, et des formations dans ce domaine.
Il rapporte directement à la direction générale.
 
Présentation du système de veille général :
 
Description du système d’IE
 
– origine, création
L’IE a été lancé en 2000 après un audit interne mené par mon interlocuteur.
– objectifs
L’objectif de l’IE est de maîtriser l’information nécessaire à la prise des décisions stratégiques.
L’esprit de l’intelligence économique est « d’organiser l’informel ».
– effectifs
Un noyau central au siège du Groupe (4 personnes), un réseau mondial avec des correspondants par zones géographique, par grandes directions, et par entités business. L’ensemble du réseau forme un maillage.
– organigramme de la veille
Il existe un organigramme formel.
Une partie de la veille est externalisée.
Soutien de la direction
 
– implication de la direction
La direction est impliquée dans la démarche d’IE.
 
L’expression manifeste de cette implication, est la relation directe qu’il y a entre le directeur de l’IE et la direction générale.
Ce dernier insiste sur l’autonomie dont il bénéficie et qui lui permet de mettre en place et de gérer le dispositif d’IE. Que ce soit en matière de gestion des ressources humaines, ou des ressources informatiques (mise en place d’un intranet spécifique?).
– détection des besoins de veille au niveau de la direction
Oui, cela se fait en trois phases :
– La direction établie le plan stratégique de l’entreprise.
– A partir de ce plan, et en fonction des demandes des managers (essentiellement les membres du comité exécutif, du collège de directeur, mais aussi les correspondants IE) sont déterminés les besoins en information.
– De ces besoins sont issus les plans de recherche.
– implication du personnel
Le nombre de personnes ayant pour fonction de faire de l’IE à plein temps est réduit. La plupart exercent une activité principale.
– formations, sensibilisation du personnel
Oui. Il y a un intranet d’IE (en accès libre pour près de 85% des employés).
Structure
 
– nombre et répartition des entités de veille
– domaines de veille
L’organisation de l’IE dans l’entreprise est centralisée.
Le directeur IE gère une équipe de 4 personnes, chacune responsable d’un domaine :
– de la recherche,
– de l’information documentaire,
– de l’analyse,
– du « supply chain » sur le plan informatique, ainsi que de la gestion de l’intranet.
&n
bsp;
En outre, le directeur est chargé de coordonner les activités IE de correspondants ayant eux-mêmes des capteurs à l’intérieur de leur structure. Ces correspondants sont répartis :
– par zones géographiques,
– par directions générales,
 par entités business.
 
Tous les domaines de veille sont concernés.
– coordination
Oui, par le noyau central.
– mécanisme de circulation des informations
Le mécanisme de circulation des informations entre les différentes entités fonctionne de manière horizontal et « elliptique ». Le noyau central assure le flux avec la direction.
 
Présentation du noyau central sur les différentes étapes du cycle de l’information
 
Soutien de la hiérarchie
La direction générale est impliquée.
Mon interlocuteur juge que « l’upper management » est en progrès. Le « middle upper » management a encore des difficultés mais il s’applique à progresser.
Détection des besoins
Décrit plus haut.
Collecte
Des outils informatiques sont utilisés. De nombreux outils informatiques sont testés. Mais mon interlocuteur insiste sur la primauté de l’humain à toutes les étapes du cycle de l’information, en « début, milieu et fin ».
Les capteurs d’information sont des experts.
Tout ce qui n’est pas technique et qui sort du domaine de compétence spécifique de l’entreprise est externalisé (recherche d’informations financières, commerciales?).
Traitement
L’intranet est vu comme un outil de traitement de l’information dans le sens ou il permet un traitement et un classement.
Des réseaux d’experts sont bien sûr mobilisés.
Diffusion
L’intranet de la veille sert de vecteur de diffusion et de capitalisation des informations.
Mémorisation / capitalisation
 
 
Réflexion sur la corrélation entre « besoins de veille » et « système de veille »
 
Indicateurs d’évaluation de la veille au niveau de l’entreprise
Des indicateurs sont utilisés.
Points forts et points faibles de l’organisation
Le système d’IE mis en place est à deux niveaux, horizontal et transverse.
– D’une part il permet un travail collaboratif à haute valeur ajoutée entre les correspondants et la direction.
– D’autre part, il permet une implication de l’ensemble des employés. Grâce à l’intranet IE, tous peuvent utiliser et contribuer à la dynamique d’IE de l’entreprise.
Mon interlocuteur présente le système d’IE comme fluidifiant le flux d’information dans l’entreprise, montant et descendant (direction – employés).
 
En outre, la grande marge de man?uvre du directeur IE est un atout certain pour mettre en place une telle dynamique.
Corrélation entre besoins et système de veille
 

Leave a Reply

Clicky