Skip to main content
Benchmarking IE

Benchmarking des pratiques de l’IE : Description de l’entreprise C

By 23 décembre 2007janvier 5th, 2022No Comments

 

Extrait de la thèse professionnelle de Jérôme Bondu, portant sur un « benchmarking des pratiques d’intelligence économique » (voir les autres descriptions d'entreprises). 
Vous trouverez ci-dessous le compte rendu d'entretien de l'entreprise C
 
Présentation des besoins de veille
 
Présentation générale de l'entreprise.
CA : Plus de 15 milliards d’euros
Culture de l’entreprise.
 
Environnement concurrentiel.
Le secteur peut sembler figé.
Néanmoins, sur le terrain la concurrence est très vive.
Présentation de l’interlocuteur
Mon interlocuteur est responsable du domaine de veille sur les nouvelles technologies. Il est en poste depuis quelques mois. Sa vision de l’IE dans l’entreprise est donc récente.
 
Présentation du système de veille général :
 
Description du système de veille / IE
Plusieurs personnes ont en charge un domaine de veille particulier :
– veille marketing,
– veille stratégique- rattachée au pôle financier,
– veille métiers,
– veille nouvelles technologies.
 
– origine, création
 
– objectifs
 
– effectifs
 
– organigramme de la veille
 
Soutien de la direction
 
– implication de la direction
Oui parfois, sous forme de demande de notes stratégiques.
– détection des besoins de veille au niveau de la direction
 
– implication du personnel
 
– formations, sensibilisation du personnel
Selon mon interlocuteur, il n’y a pas de sensibilisation à la veille (ou alors cela est très localisé).
Structure
 
– nombre et répartition des entités de veille
– domaines de veille
 
– coordination
Il n’y a pas, à la connaissance de l'interlocuteur, de coordination formelle entre les différents domaines de veille.
 
Présentation du service de veille nouvelles technologies
 
Présentation
Le service a pour mission de réfléchir à l’a
pport des nouvelles technologies aux métiers de l’entreprise sous leurs aspects fonctionnels (comment améliorer l'efficience des organisations) et marketing (comment améliorer la satisfaction des clients). Le service est détaché de la pression des services opérationnels, hors des contraintes de l’entreprise (ce qui est nécessaire pour une réflexion long terme). Mais corollaire inévitable, il est éloigné des contraintes quotidiennes, donc de la problématique des métiers.
A terme, ce service comportera 5 personnes.
Soutien de la hiérarchie
Dès les années 1990, il y a eu un intérêt porté sur les concepts technologiques qui pouvaient avoir une influence directe sur le consommateur. Une entité dédiée a été créée.
Emancipée du département informatique, cette entité a été érigée en service, qui allie maintenant les domaines du marketing et de l’informatique.
 
Le service est directement rattaché à un membre du comité exécutif.
Le budget alloué semble pouvoir être augmenté, preuve de l’importance accordée par la direction à la mission du service.
Détection des besoins
Certains sujets ont été proposés par la direction. La plupart sont trouvés par le responsable du service. Les sujets sont élaborés en interne.
Tout projet lancé doit être approuvé par un membre du Comité d’Orientation et du Comité Exécutif.
Le Comité d'Orientation est une instance d'une dizaine de personnes qui représente la diversité des métiers internes. Le Comité d'Orientation accepte le lancement d'un projet et en valide les résultats.
Collecte
Rien n’est formalisé.
 
Le responsable du service utilise ses réseaux relationnels :
– un certain nombre d’associations professionnelles, de cercles de réflexion,
– il travaille en collaboration ou/et en partenariat avec des entreprises en amont (développeur). Souvent eux-mêmes issues de son réseau relationnel.
 
En ce qui concerne l’utilisation d’Internet :
– Il est abonné à des newsletters, notamment issues de cabinets spécialisés dans la fourniture d’informations (Gartner, Forester?).
– Il est abonné à des bases de données spécialisées.
– Il utilise les outils classiques de recherche (Google, Copernic?).
Traitement
Méthode de travail :
1- Une réunion hebdomadaire est organisée avec tous les collaborateurs du service.
 
2- Les membres du service travaillent par groupe de deux (chacun de formation ou de compétences différentes) sur un sujet donné. Le responsable insiste sur la valeur ajoutée d’un travail collaboratif, où les approches différentes peuvent se compléter. En outre, cela permet d’assurer une continuité dans la connaissance des thèmes abordés, dans un service où il y a une certaine rotation des personnes.
 
3- L’intranet du service est un outil de travail collaboratif. Les membres du service, déposent et gèrent certains de leurs dossiers directement sur l’intranet.
L'intranet du service est ouvert à l'ensemble des collaborateurs de la société avec toutefois une zone réservée aux services intervenant sur un projet donné.
Pour assurer une information des collaborateurs distants (dans des filiales à l'étranger), une duplication de l'intranet existe sur le web mais avec accès sécurisé.
Un accès wap et réplication PDA ont été mis en place.
Diffusion
Le service diffuse :
– Des synthèses issues d'un travail de réflexion. Chaque thème de veille débute par un dossier de synthèse.
– Des analyses ponctuelles sur un des aspects de la technologie et de son marché.
– Des informations trouvées à l'extérieur et qualifiées par l'équipe.
– Des informations collectées par robot sur des newsletters sans intervention de l'équipe.
 
Moyens de diffusion :
1- Utilisation de l’intranet du service, pour une diffusion à l’ensemble des employés du groupe :
L’intranet du service de veille est accessible dès le portail d’accueil du groupe, ce qui mérite d’être souligné. Généralement il faut un clic ou deux avant d'y parvenir. En outre, régulièrement, une information spéciale est insérée dans une rubrique à cet effet sur le portail d’accueil (ce qui fait alors deux moyens d’accès aux travaux de veille dès le portail d’accueil !). L’intranet du service a été conçu avec l’aide de stagiaires professionnels dans l’infographie, et est de très belle facture, attractif, dense et clair. L’intranet est un véritable outil de communication et de diffusion des informations. Des indicateurs ont été mis en place : D’une part pour connaître le nombre de connexions. D’autre part pour connaître la navigation de l’intranaute sur le site su service (option actuellement en cours d’implémentation). Les résultats sont bons, puisque a part des intranets fonctionnels (par exemple l’intranet RH, incontournable pour la réservation des congés?) l’intranet du service est parmi les plus visités (notons que le groupe possède plus de 50 intranets).
 
2- Notes confidentielles auprès des membres du comité exécutif, que cette note ait été demandée par un membre du CE, ou que le responsable du service ait pris l’initiative de l’envoyer de son propre chef.
 
3- Une lettre de diffusion a été mise en route. Elle comporte une centaine d'abonnés après un mois de mise en route en période estivale. (sur 20 000 employés).
 
4- Enfin, des séminaires ou visites d’entreprises sont organisés.
Mémorisation / capitalisation
Par l'intranet.
 
Réflexion sur la corrélation entre « besoins de veille » et « système de veille »
 
Indicateurs d’évaluation de la veille au niveau de l’entreprise
 
Points forts, et points faibles de l’organisation
L’intranet du service est très attractif, et est une vitrine du travail réalisé en matière de veille sur les nouvelles technologies.
Corrélation entre besoins et système de veille
 
 

Leave a Reply

Clicky