Skip to main content
Benchmarking IE

Benchmarking des pratiques de l’IE : Office National des Chemins de Fer (ONCF) – Maroc

By 15 janvier 2008janvier 5th, 2022No Comments
Extrait du mémoire de M. Rida CHAFIK, intitulé « Etude Empirique sur les Pratiques des Entreprises Marocaines en Matière d'Intelligence Economique« . Présenté en 2007 à l’Université Hassan II, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et sociales Ain Chock, Maroc.
 
Cet extrait est diffusé avec l’accord de M. Rida CHAFIK, qui a suivi pour son mémoire la méthode de benchmarking mise au point lors de ma thèse professionnelle.
 
Vous trouverez ci-dessous la présentation de l’entreprise : Office National des Chemins de Fer (ONCF) – Maroc
(Voir autres extraits). 
 
 
Présentation des besoins de veille 
 
Présentation générale de l’entreprise
L'Office National des Chemins de Fer (ONCF) est un Établissement public à caractère industriel et commercial doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière, et placé sous la tutelle du Ministère du Transport et de la Marine Marchande.
 
Taille, secteur d’activité, type de produits
L'ONCF opère dans trois domaines d'activités stratégiques indépendants, à savoir: le transport des voyageurs, le transport des marchandises diverses et le transport des phosphates.
 
Culture de l’entreprise
Les valeurs de l'office sont : la Sécurité, l'Excellence, la Transparence, la Rigueur et l'Engagement.
 
Environnement concurrentiel
L'ONCF est le leader du marché du transport avec des parts de marché de 6% pour le transport des voyageurs et 30% pour le Fret. Néanmoins le secteur est fortement concurrentiel, caractérisé par l'existence d'une part importante de l'informel. 
 
Présentation de l’interlocuteur
Chef du Département de la Stratégie.
 
 
 
Présentation du système de veille
 
Description du système de veille
 
– origine, création
La veille au niveau de l'ONCF est datée de 2002, année de restructuration de l'office.
 
– objectifs
– Veille technologique : surveiller la technologie à l'international ;
 
– Veille sécuritaire : améliorer la sécurité à travers un travail de recherche des méthodes les plus performantes utilisées par les autres entreprises ;
 
– Veille concurrentielle : surveiller les performances et les capacités des concurrents.
 
-Veille stratégique : observer et analyser l'environnement de l'entreprise, en vue de saisir les opportunités et réduire l'incertitude.
 
– effectifs
– organigramme de la veille
Une vingtaine de personnes sont impliquées directement dans la veille.
– budget alloué à la veille
Il n'existe pas un budget dédié spécifiquement pour la veille.
 
Soutien de la direction
 
– implication de la direction
La direction est fortement impliquée, elle est consciente de l'intérêt de la veille pour l'établissement.
Cette implication se manifeste par l'affectation des ressources financières et la mise en place des cellules de veille au niveau de l'organigramme.
 
– détection des besoins de veille au niveau de la direction
Non.
Implication du personnel
 
– implication du personnel
Oui, il est impliqué.
 
– formations, sensibilisation du personnel
L'établissement organise des formations pour le personnel, assurées par des cabinets spécialisés.
Il participe à des séminaires et des stages au Maroc et à l'étranger.
 
Structure
 
– nombre et répartition des entités de veille
– domaines de veille
– Département de Stratégie : Veille stratégique ;
– Département Marketing : Veille concurrentielle ;
– Département technique : Veille technologique;
– Inspection générale de la sécurité : veille sécuritaire ;
– Service de la communication : Veille documentaire.
 
– coordination, comment ? (livrables ?)
Oui, il existe une coordination.
 
 
 
Présentation du processus de la veille
 
Soutien de la hiérarchie 
Oui.
 
Détection des besoins
Une surveillance permanente et globale de l'environnement
 
Collecte
Les sources formelles : la presse, les études réalisées par les cabinets spécialisés, les organismes internationaux et l'Internet.
 
Les sources informelles : la force de vente qui remonte l'information du terrain, le relationnel.
 
Traitement
Le processus du traitement de l'information est une opération qui sert du support pour le développement de la stratégie de l'office.
L'analyse des informations collectées s'effectue dans le cadre des réunions de travail pouvant être soit des groupes de travail par thème soit des réunions de pilotage.
 
Diffusion 
La diffusion des informations s'effectue par messagerie et intranet selon l'importance et le degré de l'usage de l'information.
Comme elle peut se faire par des voix écrites telles que : la revue de presse, les comptes rendus des missions, une revue interne mensuelle sur les activités de l'office.
 
Mémorisation / capitalisation
La mémorisation de l'information se fait à travers des documents papiers et des fichiers électroniques.
 
 
Réflexion sur la corrélation entre « besoins de veille » et « système de veille »
 
Indicateurs d’évaluation de la veille au niveau de l’entreprise
Il n'existe pas d'indicateurs d'évaluation.
Points forts, et points à améliorer de l’organisation de la veille
Points forts :
 
implication de la direction ;
affectation des ressources financières ;
prise de conscience au sein de l'office de l'importance de la veille ;
intégration du système de veille dans la nouvelle structure de l'office.
 
Points à améliorer :
 
affecter les ressources humaines à l'activité de la veille ;
 être à jour du développement du métier d
e veilleur ;
 revoir la structuration pour créer un département pour la veille stratégique.
 
Corrélation entre besoins et système de veille
Oui, le système de veille répond aux besoins de l'office, néanmoins il faut l'améliorer pour en tirer le meilleur profit.
 

Leave a Reply

Clicky