Skip to main content
Benchmarking IE

Benchmarking des pratiques de l’IE : Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes – Maroc

By 6 janvier 2008janvier 5th, 2022No Comments
 
Extrait du mémoire de M. Rida CHAFIK, intitulé « Etude Empirique sur les Pratiques des Entreprises Marocaines en Matière d'Intelligence Economique« . Présenté en 2007 à l’Université Hassan II, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et sociales Ain Chock, Maroc.
 
Cet extrait est diffusé avec l’accord de M. Rida CHAFIK, qui a suivi pour son mémoire la méthode de benchmarking mise au point lors de ma thèse professionnelle.
 
Vous trouverez ci-dessous la présentation de l’entreprise : Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes (LPEE) – Maroc
(Voir autres extraits). 
 
Présentation des besoins de veille 
 
Présentation générale de l’entreprise
Le Laboratoire Public d’Essais et d’Etudes (LPEE) est une entreprise publique au statut juridique de société anonyme. Il est organisé en directions fonctionnelles et en centres de profits (Centres Spécialisés basés à Casablanca ou Centres Techniques et Laboratoires Régionaux implantés dans les principales villes du Maroc et couvrant tout le territoire National).
 
Taille, secteur d’activité, type de produits
LPEE intervient dans le secteur du Bâtiment, des Travaux Publics et des Industries associées. Il offre et assure diverses prestations d’essais, d’analyse, d’études, de contrôles, d’expertise, d’assistance technique, … Ces prestations bénéficient au secteur public et au secteur privé opérant dans les différents domaines de la construction.
 
Culture de l’entreprise
– Contribuer pour la construction et le développement du pays ;
– Offrir aux partenaires et clients plus de performance et d'innovation ;
– S'engager dans l'assurance qualité.
 
Environnement concurrentiel
 Après l'ouverture totale du marché en 2000, le LPEE s'est trouvé concurrencé par des laboratoires privés de petite taille.
Le marché n'est pas réglementé, le secteur est en train de vivre une concurrence agressive.
 
Présentation de l’interlocuteur
Directeur de la recherche et développement.
 
 
 
Présentation du système de veille
 
Description du système de veille
 
– origine, création
Le LPEE, est le laboratoire du BTP au Maroc. Ce rôle d'institution scientifique et technique l'amène à assurer une veille technologique pour ses propres besoins et pour tout le secteur du BTP. Il produit des connaissances et de l'information scientifique, et procède à son transfert technologique dans la réalisation des projets et dans le tissu économique.
Il doit être au courant des nouveautés techniques et scientifiques au niveau mondial.
 
 
 
La veille concurrentielle a été mise en place depuis 3 ans et est en cours de développement, pour intégrer d'une part, tout le champ d'influence sur le business du LPEE et tenir compte d'autre part, des spécificités des activités laboratoire dominées par la commande publique   .
 
Les modèles de veille qui existent ne répondent pas tout à fait à la spécificité du laboratoire.
 
– objectifs
La veille concurrentielle (ou plutôt business) se décompose en :
– Veille marché
– Veille juridique et réglementaire.
 
– effectifs
– organigramme de la veille
Il n' y a pas un organigramme formel.
Le LPEE avec l'ensemble de ses structures agissent comme des veilleurs.
 
– budget alloué à la veille
La veille fait partie intégrante de la culture du laboratoire , sa budgétisation n'est nécessaire.
Soutien de la direction
 
– implication de la direction
La direction est impliquée, cela provient d'une part de la nature de travail du laboratoire basée sur la recherche et le transfert technologique, d'autre part le fait que les membres de la direction sont des experts, ils sont sensibilisés sur l'importance de la veille.
 
– détection des besoins de veille au niveau de la direction
La direction de recherche et développement assure la détection des besoins de la veille au niveau du comité de direction.
Elle alerte sur des thématiques de veille.
Implication du personnel
 
– implication du personnel
Les cadres scientifiques et techniques sont fortement impliqués. Ils assurent une veille technologique opérationnelle, chacun dans sa spécialité. C'est une exigence de son métier.
Le personnel de gestion est peu impliqué.
Les cadres dirigeants (le management) sont impliqués à 100%, car ils gèrent en tant qu'experts des centres de profits.
 
– formations, sensibilisation du personnel
Oui pour la veille technologique
En cours pour la veille business
Structure
 
– nombre et répartition des entités de veille
– domaines de veille
– La direction de recherche et développement assure une veille juridique et réglementaire sur le plan national, une veille technologique sur le plan international et coordonne et impulse les veilles technologiques spécialisées assurées par les centres.
 
– Le Service commercial qui a pour mission de traiter  les appels d'offre, d'analyser et effectuer des rapports sur les offres, assure une veille concurrentielle.
 
– coordination, comment ? (livrables ?)
Le directeur de recherche et développement est chargé de la coordination de tout le système veille.
 
 
 
Présentation du processus de la veille
 
Soutien de la hiérarchie 
Oui, comité d'orientation stratégique.
 
Détection des besoins
Le directeur de recherche et développement est chargé de fixer les thématiques de veille.
 
Collecte
– Utilisation des sources formelles : les revues scientifiques, l'internet, les catalogues des professionnels, les newsletters des fournisseurs, les laboratoires à l'échelle internationale, les séminaires, les foires, les réseaux d'expert.
 
– Information grise : le relationnel, informations sur la concurrence.
 
– participation systématique dans les travaux des commissions professionnelles, des sociétés savantes, des comités de normalisation et de réglementation
 
Traitement
Vu son expérience et son expertise dans le domaine, le traitement, l'analyse et la validation de l'information se font par le directeur de recherche et développement pour les besoins de la décision d'ordre stratégique. Pour les autres besoins de décision ou d'utilisation, le traitement se fait au niveau des centres de profits ou structures support. Le travail intense en réseaux experts internes (réunions et comités) permet l'échange, le traitement et l'usage immédiat ou l'alerte. 
 
Diffusion 
Il existe deux façons pour diffuser l'information :
-Papiers : les écrits, les notes, les rapports, les revues.
Le LPEE édite deux revues. L'une porte sur les métiers du LPEE et s'adresse principalement aux professionnels et l'autre sert à publier des articles scientifiques et techniques du génie civil.
 
– Rencontres des personnes : rencontre d'échange, réunion de travail, table ronde, colloque.
Mémorisation / capitalisation
La mémorisation de l'information se fait à travers les publications et les rencontres de management.
 
 
Réflexion sur la corrélation entre « besoins de veille » et « système de veille »
 
Indicateurs d’évaluation de la veille au niveau de l’entreprise
manque d'indicateurs d'évaluation.
Points forts, et points à améliorer de l’organisation de la veille
Points forts :
– LPEE est une source de savoir pour les autres.
– LPEE est un réseau d'experts.
 
Points à améliorer :
– la veille n'est pas structurée.
 
Corrélation entre besoins et système de veille
Les modèles de veille qui existent actuellement ne répondent pas aux besoins du laboratoire.
Un système d'expert informatique sera nécessaire pour soumettre le traitement des problématiques et analyser l'efficacité de la démarche suivie actuellement.
 

Leave a Reply

Clicky