Skip to main content
Ecologie

Pour une Communauté Mondiale de l’eau

By 20 mars 2008No Comments

Marc Ullmann, fondateur du Club des Vigilants, a posté le billet ci-dessous sur le site du Club. Je le reprends en totalité. Son idée est tellement bonne, qu’il est possible qu’elle ne voit jamais le jour (comme nombre de bonnes idées). 

 

Jérôme Bondu

 

———————–

« Dans ma jeunesse, j'ai travaillé à la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier et me souviens de la genèse de cette première institution européenne. Jean Monnet est parti de la conviction que l'Europe ne se ferait pas d'un coup mais pas à pas.
 
 
Voulant commencer par créer une « solidarité de fait », il a pensé que le charbon et l'acier, qui avaient été utilisés pour faire la guerre, pouvaient être un symbole de reconstruction pacifique et servir de base tant à la réconciliation franco-allemande qu'à l'unité de l'Europe. Il a persuadé Robert Schuman, alors ministre français des Affaires étrangères, de lancer l'idée et s'est assuré qu'elle serait bien reçue par Konrad Adenauer, le chancelier allemand, et fortement appuyée par l'Administration américaine.

 

L'Europe d'aujourd'hui ne ressemble pas à celle dont rêvait Monnet mais la CECA a néanmoins servi de socle à une prise de conscience européenne. Maintenant, les menaces visent l'humanité entière et il s'agit de faire émerger une conscience planétaire. D'où la question : existe-t-il un domaine qui aiderait à cristalliser une « solidarité de fait » à l'échelle mondiale, un domaine où l'urgence et la gravité des problèmes justifieraient la mise en commun de certains pouvoirs et de certaines ressources ?

 

Après avoir beaucoup consulté et beaucoup réfléchi, je suis arrivé à la conclusion que la création d'une Communauté Mondiale de l'eau (CME) serait la plus prometteuse des initiatives possibles. Les hommes, après tout, peuvent vivre sans pétrole, ils ne peuvent pas vivre sans eau. Des guerres peuvent éclater pour le contrôle des ressources. Des populations peuvent migrer pour fuir la sécheresse. L'insalubrité peut provoquer des épidémies. Emotionnellement c'est intolérable. Rationnellement, la nécessité de l'action crève les yeux. De plus, le problème de l'eau est au c?ur des préoccupations mondiales. Le forum qui a réuni récemment à Mexico près de 5.000 représentants d'Etats, d'institutions internationales, d'experts et de professionnels l'a amplement démontré : guerres et paix, agriculture et mégalopoles, santé et développement, tout ne dépend pas de l'eau mais l'eau affecte tout.

 

Le chemin à parcourir avant qu'une CME fonctionne est si périlleux, les problèmes à traiter sont si complexes et les parties prenantes si nombreuses, que l'initiative ne peut être lancée dans le cadre modeste du Club des Vigilants. Nous pouvons seulement réfléchir aux processus qu'il conviendrait d'enclencher. Concrètement, il s'agirait surtout de :

– trouver la ou les personnalités les plus aptes à prendre l'initiative et chercher les moyens de les convaincre ;

– dresser la liste des pays qui accepteraient de se placer sur la ligne de départ et négocieraient un éventuel traité ;

– définir les points qui, dans cet éventuel futur traité, devraient être considérés comme primordiaux.

Une réflexion préliminaire est en route sur ces trois points. Ceux qui voudraient contribuer à cette étude de faisabilité seraient les bienvenus. »
 
Posté par Marc Ullmann, le 22/06/06 sur
http://www.clubdesvigilants.com

 

Leave a Reply

Clicky