Skip to main content

A lire : One thousand years annoying the French, de Stephen Clarke

By 15 août 2011février 26th, 2022No Comments
One thousand years annoying the French

Parmi les livres de Stephen Clarke “One thousand years annoying the French” est certainement le plus historique. Stephen Clarke est journaliste et écrivain anglais. Auteur de plusieurs best-sellers sur la France et les Français (2,5 millions de livres vendus), on peut le considérer comme celui qui a le plus contribué à forger une image des Français à travers le monde. Il a écrit notamment:

Comme le titre le laisse entendre, c’est un livre assez caustique sur les Français. Stephen Clarke revisite l’histoire des relations franco-anglaise sur les 1000 dernières années, depuis Guillaume le Conquérant jusqu’à Nicolas Sarkozy. C’est un livre passionnant dont je recommande la lecture … à un bémol près.

Vision subjective de Stephen Clarke

Autant j’avais apprécié le ton de ces précédents ouvrages sur le même thème (« A Year in the merde » ou « Talk to the snail ») dans lesquels Stephen Clarke partait d’anecdotes pour pointer du doigt ce qui fait de la France un pays en même temps adulé et exaspérant. Il me semblait sévère, mais juste.
Autant dans son dernier ouvrage, il part de faits historiques qu’il analyse de manière totalement subjective ; sur la base de deux postulats :
– D’une part, la France aurait perdu pratiquement toutes ses guerres contre l’Angleterre.
– Mais le pire qui nous serait arrivé viendrait souvent de nos propres compatriotes, qui par mésententes, incompétences, jalousies, ou autres sentiments peu louables, auraient toujours réduit les efforts des plus entreprenants.
Si bien sûr ces deux critiques trouvent quelques fondements au cours de notre histoire mouvementée, analyser toute l’histoire franco-anglaise à travers ces deux filtres manque totalement de sens.

Livre bien documenté

C’est dommage, car le livre est bien documenté et est riche de mille anecdotes instructives.
– Guillaume le Conquérant n’était pas « vraiment » Français, mais Normand, c’est-à-dire viking.
– Lors de la bataille de Fontenoy, si les Français ont lancé le célèbre « Messieurs les Anglais tirez les premiers » ce n’était pas par bravoure, mais par calcul : pour permettre aux troupes françaises de tirer leurs salves plus proches des ennemis et donc avec plus de précision.
– Jeanne d’Arc a été condamnée à mort par un tribunal français.
– Il rappelle avec une pointe de jubilation que c’est Napoléon qui a mis un point final à la présence française dans le Nouveau Monde en vendant la Louisiane.
– Il commente abondamment la vision que Churchill avait de De Gaulle, qui est loin d’être flatteuse.

Mille anecdotes instructives

– Il explique que toutes les spécialités culinaires que l’on voit comme « françaises » viennent en réalité de l’étranger. Le croissant a été inventé à Vienne, et (ironie du sort) a été introduit par les troupes autrichiennes lors de l’occupation qui a suivi la défaite de Waterloo. Le mode de cuisson du steak a été introduit par les Anglais lors de la même circonstance. Avant, écrit-il, nous mangions essentiellement du « bouillis » !
– Le champagne doit sa renommée non pas à Dom Pérignon, mais aux Anglais qui les premiers ont apprécié ce vin pétillant, et ont trouvé une solution technique pour faire des bouteilles suffisamment solides pour supporter la pression générée par la fermentation en bouteille.

C’est un livre à lire, car il est toujours intéressant de revoir l’histoire de son pays avec un angle de vue différent de celui dans lequel on baigne. Avec du recul, toutefois…

Lire d’autres notes de lecture des livres de Stephen Clarke :

Jérôme Bondu

Leave a Reply

Clicky