Skip to main content
Lobbying

Al-Qaida a bon dos

By 8 janvier 2008No Comments

On sent bien, même s'il ne peut y avoir de certitudes, que dans cette affaire des Français assassinés en Mauritanie, il le dit et ? le non-dit.

 
– Les médias s'étaient d'abord fait l'écho d'une affaire de banditisme. Les Français auraient été assassinés pour leur dérober leur argent.
 
– Puis, il y a eu mention de l'appartenance des meurtriers à la nébuleuse Al-Qaida, avec quelques hésitations sur les faits réels. Le Figaro écrit le 26 décembre : « Mais le ministère de l’Intérieur a commencé à s’écarter de sa première version, celle d’un « crime crapuleux ». Un communiqué précisait que les victimes n’avaient pas été volées, contrairement à ce qui avait d’abord été affirmé. » 
 
– Cette affaire a été « l'élément déclencheur » de l'annulation du Paris-Dakar. Là encore, les différents acteurs ne parlent pas à l'unisson. Le Figaro du 04 janvier : « Côté mauritanien, le gouvernement dit ne pas bien comprendre cette annulation, assurant que «toutes les garanties avaient été données» à ASO* et disant ne pas être au courant de menaces particulières. Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a en revanche qualifié de « sage » la décision d’annulation. »
 
 
– Qu'en penser ? Y a-t-il eu récupération politique d'un fait divers ? Le site bakchich.info va assez loin dans ce sens : « L'annulation du rallye Paris-Dakar est-elle justifiée par de réelles menaces d'Al Qaïda en Mauritanie ou par une « raison d'Etat » assez floue ? » L'Etat a réagi à une menace d'Al-Qaida. Mais le journal interactif qui se l'est procurée écrit  : « Cette citation assez vague est issue d'un communiqué mis en ligne par le groupe le 29 décembre. Or, dans ce texte, si le groupe AQMI** revendiquait bien l'attaque contre les soldats mauritaniens et une série d'actions le même jour en Algérie, il ne mentionnait à aucun moment – pour s'en féliciter, en porter la paternité ou prendre ses distances – l'assassinat des Français (?). »
Le média citoyen conclue : « A se demander si la « raison d'état » invoquée sous couvert de menace terroriste ne serait décidément pas un régulateur de relations bilatérales? Paris ne veut pas fâcher Alger, mais prend moins de gants avec Nouakchott. » Ajoutons comme dernier ingrédient à cette affaire, les trafics de drogues, importants dans cette région, et que le rallye devait certainement gêner.
 
Tout cela donne l'impression désagréable d'une récupération d'un crime sordide, pour des décisions politiques. Al-Qaida semble avoir bon dos. Les chemins vers la vérité sont toujours sinueux, à l’image de des dunes du désert.
 
Jérôme Bondu
 
* ASO : Amaury Sport Organisation, organisateur du rallye Paris-Dakar
** AQMI : ancien Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), désormais intitulé Al Qaida pour le Maghreb islamique (AQMI)

Leave a Reply

Clicky