Skip to main content
Intelligence Economique

La reconquête du métier d’ambassadeur

By 4 avril 2008No Comments

Dans le cadre de la réflexion sur la place de la France dans la mondialisation, j'ai été intéressé par l'article d'Alain Barluet, correspondant diplomatique au service Etranger du Figaro.

 

« A quoi sert un ambassadeur ? » se demande-t-il (effrontément) ? La question peut se poser, ? et se pose, pour preuve le malaise qui règne dans la profession.

 

Article-faisant, le journaliste s'arrête sur  d'autres questions, tout aussi irrévérencieuses. Comment sont-ils nommés ? Et les réponses sont franches : « Nommés en Conseil des ministres, les ambassadeurs n’échappent, pour leur recrutement, ni à la sélection endogamique ni aux étiquettes politiques. »

 

Alors que je suivais des cours d'intelligence économique (cela remonte à près d'une décennie) un intervenant, pour illustrer les barrières culturelles françaises, avait pris l'exemple suivant : en France le ministère des affaires étrangères est « occupé » par ce qu'il reste d'aristocratie. A l'étranger, un ambassadeur peut être un chef d'entreprise qui désire -pour un temps- servir son pays, tout en développant son business avec la région dans laquelle il est affecté. Personne n'y voit aucun mal. Et d'ailleurs, un ambassadeur peut lui-aussi se reconvertir dans les affaires, en apportant son expérience internationale.

 

Jérôme Bondu

 

Source :

Le Figaro : « Ambassadeur, un métier qui doit se moderniser »

 

 

Leave a Reply

Clicky