Skip to main content
Intelligence Economique

Les pistes de tous les tiraillements

By 6 juin 2008juin 20th, 2022No Comments

 A l'approche du week end, je vous propose deux articles passionnants :
 

– Le premier, illustre un certain type de liaisons entre professionnels de l'IE, structures étatiques de renseignement et Agents Privés de Recherche. Un article du Point intitulé  » Voyage au pays des barbouzes : les extraits  » (1) présente les filatures qu'à mené Patrick Baptendier, pour le compte de KROLL ou de GEOS, en lien avec la DST. On y trouve des grands noms, des petites histoires, ? C'est passionnant.
 
Il est clair que cet article vient pour illustrer les cas récents, dont la presse s'est fait largement les échos, de complicité entre privés (professionnels de l'IE, officines, APR) et services publics (Gendarmerie, DST, ?). Il montre ce qui est certainement une des facettes de l'affaire : la DST donne des coups de main ponctuels à certaines officines en échange d'un état des lieux précis de leurs investigations (qui ils surveillent et pour le compte de qui).
Première piste, premiers tiraillements ?
 

– Le second article (2) nous mène sur une tout autre piste, celle qui part de la brousse et qui a été empruntée par les tirailleurs Sénégalais de la Grande Guerre.
Le 10 novembre 1998, la veille de la commémoration de l'armistice, s'est éteint celui était certainement le dernier tirailleur Sénégalais. Un article publié dans le Monde rappelle son histoire. Dans la bouche ce vieil homme abîmé, surgissent des phrases qui semblent venu d'un autre âge.
 
De retour dans son village après cette boucherie européenne, voilà comment il a expliqué aux siens ?indifférents- son aventure  » Je suis parti faire la guerre en brousse. Si je voyais quelqu’un, je devais le tuer. « 
Avant de partir dans les tranchés, il n'avait pratiquement jamais rencontrés de Français, mais ces  » Blancs  » avaient le prestige d'avoir réduit l'esclavage : les Français « voulaient interdire l’esclavage  » et menaient bataille  » contre les Maures qui vendaient pour vingt centimes des Bambaras ou des Wolofs de la génération de son père « .
Il s'est engagé pour remplacer le fils d'un parent emprisonné :  » Pour lui faire honneur, j’ai pris la place de son fils, et il a été libéré, explique-t-il. C’était mon devoir, et je l’ai accompli. « 
 
Dans cette histoire, on retrouve quand même un professionnel de l'intelligence économique !
Christophe Stalla-Bourdillon va aider à la réalisation de ce qu'aurait certainement aimé ce  » héros  » de la grande guerre, blessé plusieurs fois : construire une route pour désenclaver son village de Thiowor. M. Stalla-Bourdillon va participer à une opération de mécénat humanitaire pour construire la piste.
Je rappelle que Christophe Stalla-Bourdillon était intervenu au Club IES pour nous parler d'éthique, d'honnêteté et de droiture morale.
 
Les pistes de l'intelligence économique sont des auberges espagnoles. On y trouve ce que l'on veut y chercher.
 
Deux articles à lire pour ouvrir les horizons :
 
(1) Voyage au pays des barbouzes : les extraits
Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé et Olivia Recasens
Publié le 03/06/2008 sur Le Point.fr
Extraits du livre « Allez-y, on vous couvre ! » de Patrick Baptendier
 
(2)
Le dernier de la  » Force noire « 
Philippe Bernard, Journaliste au Monde

Jérôme Bondu

Pour en savoir plus sur Christophe Stalla-Bourdillon, voir quelques références :
– 5 articles sur « Mondialisation et émergence des Puissances Privées« 
– Annonce de sa conférence au
Club IES
– Article sur les fonds souverains
– Sur sa nomination

Crédit image.

Leave a Reply

Clicky