Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

pierre lacoste

La Figaro a annoncé le décès de Pierre Lacoste. J'avais eu l'occasion de travailler avec l'amiral quand il était président de la FEPIE - Fédération professionnelle de l'intelligence économique - devenue le Synfie.

Voici une interview en 2013 dans laquelle nous parlons essentiellement de compétitivité d'entreprise, d'intelligence économique mais aussi de mafia et de résistance. Je me suis rendu compte d'ailleurs qu'il n'y avait pas tant d'interviews de lui ... L'interview a été tournée dans le cadre d'ActuEntreprise...

En outre, l'amiral m'a fait l'honneur et le plaisir de préfacer mon premier livre sur les réseaux humains (je copie-colle ci-dessous sa -trop élogieuse- préface).

-----------------------------

L’excellent ouvrage que Jérôme BONDU consacre aux « RESAUX HUMAINS » se distingue par son opportunité et par son originalité.

Opportunité dans un monde de plus en plus comparable au "Village planétaire" que Mc Luhan avait annoncé dès le milieu du siècle précédent, et alors que Joel de Rosnay, le génial auteur du "macroscope" des années 1970, vient de publier un ouvrage sur le "cerveau planétaire", illustration et confirmation du concept de la "noosphère" imaginé par Teilhard du Chardin.

Opportunité au regard des performances actuelles des réseaux de transports, de télécommunication et de satellites artificiels, conséquences entre autres, de la conquête de l’espace. Le "WEB", la "toile d’araignée" INTERNET, et tous ses réseaux associés, ont d’ores et déjà des conséquences majeures sur la vie des personnes, des sociétés et des Etats contemporains. En 2008 l’éclatement de la bulle financière a mis en évidence les fragilités liées aux réseaux qui relient vingt quatre heures sur vingt quatre, à la vitesse de la lumière, les "traders" des salles de marché du monde entier. Ainsi que l’irresponsabilité des apprentis sorciers de la dérégulation, les "faucons" de la politique et de l’économie, profiteurs cyniques de la spéculation financière. En décembre 2010, l’affaire Wikileaks, projetait dans l’actualité une nouvelle forme d’indiscrétions, sources de rapports conflictuels. On connaissait depuis longtemps le rôle des médias dans les conflits. Désormais il faut s’attendre à la multiplication d’affaires analogues en raison des développements inéluctables des réseaux humains fondés sur les facilités d’exploitation du  cyberespace.

Originalité de l’approche et du traitement d’un sujet difficile, foisonnant, complexe, voire embarrassant, quand il évoque certains aspects confidentiels couverts par le "non-dit". En expliquant lui-même "Pourquoi avoir écrit ce livre ?", Jérôme Bondu justifie les raisons de ses choix et la forme d’un ouvrage articulé sur le recueil et l’exploitation de plus d’une centaine de témoignages. Il les présente dans une séquence logique particulièrement intéressante. Après une "ouverture sur les réseaux", il les classe successivement sous les rubriques « structures », « univers » et « visions », rubriques qui ne correspondent pas à des typologies rigides, mais qui présentent très opportunément une approche ordonnée du sujet. Il les complète aussi par des références documentaires sans omettre de rappeler l’existence de divers sites Internet aisément consultables.

La démarche de Jérôme Bondu vient à point pour compléter la connaissance des réseaux existants et pour étudier ceux qui ne manqueront pas de se créer pour exploiter les nouvelles situations politiques, économiques et sociales d’une époque en transition entre deux mondes et entre deux siècles. Le monde d’hier, celui des grandes guerres entre les nations suivies de quarante ans d’affrontement bipolaire entre les deux superpuissances, l’américaine et la soviétique, et le monde multipolaire d’aujourd’hui notamment caractérisé par la montée des nouvelles puissances asiatiques.

Les questions soulevées au détour des entretiens et des exposés réunis dans cet ouvrage offrent aux lecteurs un remarquable outil de travail au profit de leurs propres réflexions. Le résumé du curriculum vitae de l’auteur et le rappel de ses engagements personnels dans plusieurs « réseaux humains» sont une garantie supplémentaire du sérieux de ses connaissances et de ses compétences sur le sujet.

Pierre Lacoste


Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Conférence club ies

Bonjour et avant tout ... très bonne année 2020 !
En espérant que nous aurons le plaisir de nous revoir dans le cadre du Club IES ou d’Inter-Ligere !

La prochaine conférence du Club IES aura lieu le 23 janvier 2020 à 19h30 à l'IAE de Paris:
Bruno Jarrosson interviendra sur la Panne de l'intelligence stratégique.

Réservez dès maintenant sur votre agenda les dates des conférences suivantes :
27 février 2020 : Cyber fuites d'informations stratégiques et concurrence déloyale
26 mars 2020 : Géopolitique de la Chine
23 avril 2020 : Souveraineté Numérique
28 mai 2020 : Gouvernance de l'information
Courant octobre : soirée pour fêter les 20 ans du Club IES

Cordialement,
Jérôme Bondu
Directeur d’Inter-Ligere

 

 

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

animal france culture

Je vous recommande la série « L’animal est l’avenir de l’homme », dans le cadre de l’émission « Matières à penser » sur France Culture.

Je suis en train d’écumer « Matières à penser » qui est d’excellente qualité. (lire mes autres chroniques).
- A écouter : Pourquoi des djihadistes ? Cinq émissions sur France Culture.
- A écouter : Le droit comme arme de guerre. Émission d’Antoine Garapon sur France Culture.
- A écouter : Conversations secrètes, le monde des espions. Série d’émissions sur France Culture.

En ce qui concerne la série « L’animal est l’avenir de l’homme », on trouvera un panel d’intervenants passionnants qui donnent des visions complémentaires : vision scientifique, philosophique, littéraire, juridique … Toutes ces interviews sont captivantes (avec un petit bémol sur la 3ème que j’ai trouvé en dessous du lot).

Dans l’ordre  :
- Humanité, animalité : où sont les frontières ? 
- Répondre à l’appel des animaux.
- Aimer la biodiversité ou partir avec elle.
- Contre l’animal, la guerre sans nom.
- L’animal saisi par le droit.

Sur le même sujet on pourra relire un de mes vieux articles écrit en 2007 : Les animaux ont-ils une âme ?


Jérôme Bondu





Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

location data business3Il faut lire (en anglais) l'incroyable enquête du New York Times, écrite par deux journalistes Stuart A. Thompson et Charlie Warzel. Incroyable, non pas parce que l'on apprend que noter cher téléphone intelligent nous géolocalise, ça on le savait... Incroyable, plutôt, par la qualité de l'enquête, qui démontre que quelques sociétés peuvent compiler, exploiter, analyser tous les mouvement des détenteurs de téléphone, ses déplacements, ses habitudes, ses travers, ...  Et ces sociétés ne sont pas les GAFAM ! Surprise ...

Dans la même veine on pourra lire aussi l’étude du professeur Schmidt de l’université Vanderbildt « Ce que Google collecte » (traduit de l'anglais par Framasoft ;-).  

Avant de vous laisser continuer la lecture ci-dessous, je précise qu'il existe des solutions alternatives. J'ai opté récemment pour un téléphone avec un système d'exploitation indépendant /e/. Créé par Gael Duval (qui est intervenu récemment au Club IES), ce téléphone contient une version Android (base linux) totalement dégooglisée. J'en parlerai prochainement.

Je copie colle ci-dessous quelques extraits (vu la taille de l'article, on peut considérer que c'est un "extrait pertinent" qui respecte le droit de la copie ;-) L'étude est diffusée en plusieurs articles :
1er partie : Twelve Million Phones, One Dataset, Zero Privacy.
2eme partie : Freaked Out? 3 Steps to Protect Your Phone.
3eme partie : How to Track President Trump.
4eme partie : How it works.

Jérôme Bondu

location data business

---------------------------------------------------
The data reviewed by Times Opinion didn’t come from a telecom or giant tech company, nor did it come from a governmental surveillance operation. It originated from a location data company, one of dozens quietly collecting precise movements using software slipped onto mobile phone apps. You’ve probably never heard of most of the companies — and yet to anyone who has access to this data, your life is an open book. They can see the places you go every moment of the day, whom you meet with or spend the night with, where you pray, whether you visit a methadone clinic, a psychiatrist’s office or a massage parlor.
(...)
Even still, this file represents just a small slice of what’s collected and sold every day by the location tracking industry — surveillance so omnipresent in our digital lives that it now seems impossible for anyone to avoid.
(...)
In this and subsequent articles we’ll reveal what we’ve found and why it has so shaken us. We’ll ask you to consider the national security risks the existence of this kind of data creates and the specter of what such precise, always-on human tracking might mean in the hands of corporations and the government. We’ll also look at legal and ethical justifications that companies rely on to collect our precise locations and the deceptive techniques they use to lull us into sharing it.
(...)
The companies that collect all this information on your movements justify their business on the basis of three claims: People consent to be tracked, the data is anonymous and the data is secure.
(...)
Describing location data as anonymous is “a completely false claim” that has been debunked in multiple studies, Paul Ohm, a law professor and privacy researcher at the Georgetown University Law Center, told us. “Really precise, longitudinal geolocation information is absolutely impossible to anonymize.”
(...)  
The data set is large enough that it surely points to scandal and crime but our purpose wasn’t to dig up dirt. We wanted to document the risk of underregulated surveillance.
(...)
That data can then be resold, copied, pirated and abused. There’s no way you can ever retrieve it.

---------------------------------------------------

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

linkedin1Tiens cela faisait quelques temps que je n'avais pas été harponné sur Linkedin. Je commençais à m'ennuyer ;-)

Bienvenu donc à cette charmante jeune vice-présidente des ventes d'un truc qui semble s'appeler Asia Town Clothing Co., Ltd. Le profil est tellement mal renseigné que cela ne peut être qu'un travail d'amateur.

Mais ce faux profil a quand même réussi à convaincre 27 de mes contacts, dont :
- Quelques gérants, présidents, directeurs général
- Un rédacteur en chef et un journaliste
- Un expert en Intelligence Économique
- Un député de Paris
- Deux directeur des MBA dans des écoles de commerce
C'est moche ...

Cela me donne l'opportunité de remonter cet article dans lequel je donnais quelques trucs pour détecter les faux profils dans Linkedin, et de rappeler que l'ingénierie sociale se sert abondamment des médias sociaux.


Le fait qu'elle soit (prétendument) basée en Allemagne me rappelle l'alerte donnée en 2017, notamment par Club IC "LinkedIn utilisé par la Chine pour espionner l’Allemagne ?"

Extrait : "L'alerte a été lancée par l'Office fédéral de la protection de la constitution (BfV) le 10 décembre 2017 comme le rapporte l'agence de presse Reuters. Les équipes du BfV auraient découvert plusieurs faux profils LinkedIn qui ont ciblé des hommes politiques et des industriels allemands. Leur point commun est assez clair : tous les profils représentaient des personnes de nationalité chinoise."


Comment cela peut-il être utilisé ?
Si je suis en contact avec ... disons un parlementaire, je peux voir ses contacts directs (les 1000 premiers, limite imposée par Linkedin). Sauf s'il a protégé son profil, ... ce qui -je vous rassure- n'est jamais le cas.
Imaginons maintenant que je sois en contact avec ... non plus un mais 50 parlementaires ! Je peux analyser 50 x 1000 contacts directs. Cela est largement suffisant pour faire un très beau graphe relationnel. Ce graphe va me permettre de détecter les personnes les mieux connectées, les personnes centrales, ...
Idem si je suis en contact avec les principaux manageurs d'une société cible. Je peux détecter leurs principaux prospects, fournisseurs, partenaires, clients ...

Jérôme Bondu