Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

FDJ

Je relaye une belle annonce de la FDJ trouvée sur Linkedin !

FDJ vous connaissez ? Avec 25 millions de joueurs, nous sommes une référence dans l'univers du divertissement. Mais vous en savez sûrement moins sur les coulisses…Qu'allez-vous trouvez chez nous ? Un terrain de jeu fabuleux : un environnement de travail qui stimule l'intelligence collective, 2500 professionnels motivés par le fait de divertir nos clients et de changer leur vie (1 millionnaire tous les 2 jours), des démarches d'innovation et des technologies de pointe pour conquérir de nouveaux marchés. Alors, prêt à sortir le grand jeu ? Rejoignez le Groupe FDJ !


La Française des Jeux offre un terrain de jeu exceptionnel au sein de la Direction Sécurité et plus particulièrement au sein de son Département Sûreté.


Nous recherchons un(e) Chargé(e) d'Intelligence économique pour animer une veille stratégique permettant de détecter les menaces et les opportunités susceptibles d'impacter le business du Groupe FDJ sur le périmètre national et d'apporter une aide à la décision stratégique au travers d'études et d'analyses à haute valeur ajoutée.


Dans ce cadre, vos missions seront les suivantes :
- Déployer et administrer l'outil de veille,
- Animer la communauté des référents IE au sein du Groupe,
- Contribuer à l'analyse des tiers dans le cadre de la procédure anticorruption et à l'activité de background check,
- Affirmer le positionnement du Service IE au sein du Groupe, en fidélisant les clients internes et en développant l'offre de services,
- Incarner une image bienveillante, performante et business partner de la Sûreté,
- Collaborer étroitement avec les autres services du Département Sûreté (Gestion de crise, Sûreté des Personnes et des Biens, Sûreté de l'Information),
- Contribuer au quotidien à la satisfaction de ses clients, à l'amélioration continue et à la performance de son activité.


Compétences et profil requis :
Vous êtes diplômé(e) d'une formation BAC + 5 spécialisée en Intelligence économique avec une expérience solide en veille et analyse d'au moins 2 ans.


Passionné(e) par la veille, vous maitrisez l'outil Digimind (paramétrage avancé, animation, envoi de newsletter, création de dashboards et de rapports) ainsi que les principales bases de données spécialisées.


Rigoureux(euse), autonome et discret(e), vous savez mettre à profit vos capacités rédactionnelles en français et en anglais et votre aptitude à la communication pour mener à bien vos missions.

Vous êtes reconnu(e) pour votre capacité d'initiative et d'adaptation, votre aisance relationnelle et votre capacité d'écoute.


Enfin, vous avez de bonnes compétences en OSINT et êtes curieux(se) de découvrir les enjeux du secteur des jeux. 


Alors plus de doute ! Cette offre est faite pour vous et n'attend plus que votre candidature ! Faites de FDJ votre pari gagnant. Rejoignez nos équipes en postulant dès maintenant !

Ce poste est à pourvoir dans le cadre d’un CDI, à Boulogne (92)




Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

couv louis pouzinIl faut lire le livre « Louis Pouzin, l’un des pères d’internet » écrit par Chantal Lebrument et Fabien Soyez, avec une préface de Korben.

Le livre se lit très vite et est réellement passionnant. On se rend compte à quel point Louis Pouzin et son équipe des Cyclades sont passés très près de la renommée. Le livre raconte le développement de l’informatique en France, les innovations, les réussites, mais aussi les avanies ! Ces dernières ont pris notamment la forme d’un président de la république sous influence, Giscard, qui va briser un bel élan. Néanmoins la trace laissée par Louis Pouzin et son équipe est bien gravée dans le marbre de l’histoire. Et l’inventeur est toujours dynamique et en avance de phase. Il porte aujourd’hui le projet RINA.
Voici quelques bons passages du livre …

Un des pères d’internet

Louis Pouzin a utilisé le datagramme (1) pour créer un premier réseau de transfert de données en paquet. Avec le datagramme les paquets sont envoyés seuls et non au sein d’un flux de messages. « Chaque paquet isolé est ainsi traité indépendamment des autres et n’arrive pas forcément dans le même ordre que l’ors de l’émission d’origine : tous les datagrammes sont alors remis en séquence, et le message découpé au départ est réassemblé à l’arrivée ».
Le projet Cyclade, dirigé par Louis Pouzin, est le premier à vouloir appliquer intégralement le concept, alors qu’Arpanet choisir un concept hybride mêlant datagramme et circuits virtuels.

Malgré cette réussite technologique, le projet Cyclade va avoir de puissants ennemis en France.
« A l’époque, en France, utiliser un tel mode de commutation de paquets était une idée presque criminelle vis-à-vis des PTT, car cela voulait dire qu’on ne leur faisait pas confiance, notamment pour la continuité du service (…) Il y avait une opposition de fond, car les PTT voulaient une politique fermée des communications [Louis Pouzin] voulait une position ouverte, avec des protocoles ouverts. C’était deux visions complètement incompatibles. (…) Une machine à faire du business contre quelque chose fait pour partager »

Cette opposition frontale va tourner au désavantage du projet Cyclade en 1974 : « Cigale (le réseau des Cyclades) marchait alors parfaitement. Mais l’administration française des télécommunications avait décidé qu’il n’avait aucun avenir et qu’il fallait tout miser sur le RCP, futur Transpac. Bien que dédié aux échanges de données, il ressemblait davantage à un réseau téléphonique classique : il était beaucoup plus facile d’y prélever des taxes. En conséquence, toute recherche tendant à développer une autre technologie était considérée comme inopportune ». Pompidou avait porté le projet Cyclade. Giscard D’Estaing va lui porter un coup fatal en stoppant toute la dynamique française en matière informatique : arrêt du plan calcul, arrêt d’Unidata, abortion de la CII par HoneyWell-Bull, et bien sûr arrêt des Cyclades !

Les conséquences de cette décision furent funestes : la réputation de la France en pâtit. Cela entraina une fuite des cerveaux. Et bien sûr, cela sortit la France du peloton de tête des recherches sur le futur internet. Quand Vinton Cerf et Bob Kahn dessinent les contours du TCP-IP, ils reprennent la solution des datagrammes.

Le livre fait la part belle à l’équipe de Louis Pouzin : notamment Hubert Zimmermann, Gérard Le Lann ou Jean-Louis Grangé.

Un homme de conviction et de combat


Louis Pouzin a mené plusieurs combats :
- Dès 1971 il s’indignait devant le conformisme face aux monopoles : Lors d’une conférence il explique : « nous devons résister à la domination d’IBM, et nous ne devons pas utiliser ses solutions techniques juste sous prétexte qu’elle représente 80% du marché »
- Sa guerre contre les monopoles s’étende aussi sur Google. On lit page 137 « Pierre Bellanger propose à Louis Pouzin et Chantal Lebrument de faire un point sur la racine internet de Google, dans un article paru le 7 mai 2016 (dans Le Monde). Fait acquis indiscutable depuis 2009, le navigateur Chrome est sur cette racine et, si c’est transparent pour l’internaute, les données restent la propriété de Google. Inutile de refuser d’avoir un compte sur un réseau social, utiliser Chrome suffit pour que l’avaleur de données se mette en marche. »
- Il critique depuis toujours l’ICANN qui fait un véritable racket sur les noms de domaine. « Le modèle de l’ICANN basé sur une location avec renouvellement est un racket, le fait que cette société de droit privé soit un monopole [est] un scandale ».
- Il fustige aussi le code des noms de domaine en ASCII qui empêche l’utilisation des accents (naturellement absent en anglais).
- Il a beaucoup bataillé pour une gouvernance partagée d’internet.
- Il dénonce bien avant les autres la surveillance de la NSA. Lors d’un sommet en 2003 il explique que « si un pays a les moyens de tout écouter et s’il ne le fait pas c’est qu’il est idiot ».

RINA, l'internet du futur

Le livre se termine sur ce que les auteurs appellent l’internet du futur. Le projet RINA présenté sur le site http://pouzinsociety.org D’ailleurs, une conférence est organisée le 25 février à 18h30 Paris à ne pas manquer (information et inscription) :
Lieu : Mines des élèves des Mines et des Ponts. 270, rue St Jacques – 75005 Paris
Avec les intervention notamment de Louis Pouzin et de John Day, pionnier d'internet (Arpanet) professeur à Boston University (USA).

En conclusion : Selon l’historienne Valérie Schafer, très souvent citée, le travail de l’équipe de Louis Pouzin « a en tout cas inscrit la France dans cette histoire des réseaux de données et de l’internet, et contribué à faire que nous ayons une histoire de l’internet qui prenne aussi source en Europe. »


A pourra voir l’interview de Louis Pouzin en 2011.


Jérôme Bondu

Note 1 : Louis Pouzin n’est pas l’inventeur du mot datagramme (formé sur télégramme) créé par un ingénieur des PTT norvégiennes Halvor Bothner-By.



 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

cern

Le journal Le Temps du 4 février 2020 titre « Par crainte pour ses données, le CERN abandonne Facebook »
L’article explique : « Suite à un nouveau modèle de tarification annoncé en juillet 2019 par Facebook, l’institution se trouvait face à un choix : payer pour continuer à utiliser la version initialement gratuite ou passer à «une version certes gratuite, mais sans droits d’administration et d’accès avec une authentification CERN unique, et moyennant un transfert de toutes les données à Facebook». » Que le CERN, inventeur du web, soit tombé dans les bras de Facebook Workplace a de quoi laisser perplexe. Qu'ils en partent parce que Facebook Workplace devient payant me semble tout aussi étonnant. Et si l'outil était resté gratuit ... le CERN l'utiliserait toujours ?

Ce n'est pas tout : Il y a quelques mois Europe 1 titrait « Gmail devient payant alors que "l'ADN de Google, c'est la gratuité" ». L’article détaille : (il y a) « une nouvelle décision de Google : rendre l'accès payant à Gmail, sa messagerie électronique, lorsque ses utilisateurs dépassent quinze giga octets. Google invite, de plus en plus, les abonnés Gmail - sa messagerie électronique - à basculer sur son offre payante s'ils veulent continuer à recevoir leurs e-mails. »

On ne peut s’empêcher de faire le lien entre ces deux informations… Le temps de la gratuité a un temps. Une fois que la dépendance est assurée, soit le nigaud doit payer, soit on se rembourse sur la bête.

Fondamentalement, il y a de quoi s’étrangler les doigts sur le clavier. Les professionnels de l’information n’arrêtent pas de rappeler que les services informatiques gratuits se payent toujours en données. Dit trivialement cela donne « Si c’est gratuit c’est toi le produit ». Ou moins trivialement, j’aime personnellement beaucoup la forme un peu plus choc : Le modèle économique des GAFAM est pareil à celui des vendeurs de crack. La première dose est gratuite. L’accoutumance est immédiate. Le reste se paye au prix fort.

Il serait temps d’entrer dans une phase de maturité numérique. L’enfance informatique avec sa vision bisounours n’a qu’un temps. Les modèles de réflexion apportés par l’intelligence économique et la « souveraineté numérique » sont plus que jamais nécessaires. On pourra revoir à ce propos les interviews de Louis Pouzin et Pierre Belanger.

Jérôme Bondu




Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

internet enfant

J’ai eu le plaisir d’animer une conférence sur le thème « Maitrisez internet, une éducation nécessaire dès le plus jeune âge ». Conférence organisée à l’Ecole Militaire, par le Rotary avec le soutien de la Commission Nationale Française pour l’UNESCO.

internet enfant photos

 

internet enfant photos devoir

Le moteur de cet engagement réside dans une prise de conscience simple et évidente : les plus de 40 ans sont les derniers à avoir grandi sans internet. Cela nous donne un recul et des devoirs...

Nous vivons la 5ème révolution informationnelle qui fera des gagnants et des perdants

Ma présentation tenait en quatre points :

internet enfant photos ecriture
1- Nous vivons la 5ème révolution informationnelle. A l’image des révolutions précédentes tout va changer. J'aime bien en début de conférence rappeler que le langage, l'écrit, l'impression, et l'électrification des moyens de communication ont eu des impacts considérables et sur le long terme. Cela permet de prendre de la hauteur pour aborder la révolution numérique.
2- La maitrise des nouveaux outils numériques nécessite un investissement. Or cet investissement n’est pas fait. Il en résulte une croyance fallacieuse dans la maîtrise du web : depuis la croyance dans notre capacité à bien rechercher des informations sur un moteur de recherche, jusqu’à la capacité à maîtriser son image sur internet.
3- Ce manque de maitrise risque de coûter cher, et ce sont les prochaines générations qui vont payer l’addition. Nous vivons en réalité à « crédit numérique ». Et les géants du web vont tôt ou tard nous faire payer cher la dépendance qu’ils ont su créer et que nous avons acceptée. Ils nous feront payer le capital plus les intérêts!
4- Il faut mettre en place des solutions opérationnelles et stratégiques pour préserver l’univers numérique des enfants : depuis la maitrise du temps d’exposition aux écrans récréatifs, l’explication des modèles économiques des régies publicitaires (Google et Facebook), en passant par la destruction des monopoles, jusqu’au renforcement de la protection juridique.

J’ai voulu conclure sur une note positive : Nous sommes au tout début d'une révolution qui va se prolonger sur des centaines d'années. C'est un chantier merveilleux. Rien n'est perdu définitivement. La carto ci-dessus reprend les grands points de l’intervention.

Une majorité de la population est dans le déni

internet enfant photos déni

La diapo ci-dessus présente les différentes formes de déni des jeunes.
- Négation de la réalité des faits (surtout concernant la protection des données)
- Négation de leur implication
- Négation de la valeur de leurs informations
- Négation de leur manque de maitrise
- Négation de la gravité
- Négation de la perte long terme
- Négation de la possibilité de changer les choses


Livret gratuit pour sensibiliser les jeunes

Au cours de la soirée, nous avons distribué gratuitement un petit livret que j’ai confectionné pour sensibiliser les collégiens et lycéens. Il est libre de droit. J’ai aussi eu beaucoup de plaisir à dédicacer mon dernier livre « Maitrisez internet … avant qu’internet ne vous maîtrise » qui en est à sa seconde édition (avec VA Presse). La vidéo de la conférrence est disponible sur le site Paris Agora  !

Merci à Marie-Laure Charles, Jérôme Péré, Hadrien Pouch, Pierre-Marie Achart et André Added qui ont soutenu cet événement. Merci aux Clubs Rotary Paris Agora, Paris Grenelle, E-Club Paris International pour leur organisation parfaite. La conférence s'est tenue dans l'amphi Louis de l'Ecole Militaire, et le cocktail dans la très belle rotonde Gabriel. Merci enfin à Tellement Cliché pour les superbes photos.

Jérôme Bondu


Crédit Photo : Tellement Cliché






Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

livres FIC 3J’ai acheté sur le FIC de Lille les livres de quelques connaissances :
- Louis Pouzin, l’un des pères de l’internet,
- Nicolas Arpagian, sur la cybersécurité,
- Edouard Fillias, Manuel de survie sur internet,
- Antoine Violet-Surcouf, sur le Cyberdjihadisme.

Et puis trois autres livres d’auteurs que je connais pas mais dont les thèmes s’annoncent  très prometteurs :
- Darnet GAFA bitcoin, l’anonymat est un choix, de Laurant Gayard,
- Géopolitique du darknet, toujours de de Laurant Gayard,
- Géopolitique des données numériques, d’Amaël Cattaruzza.

Le salon était bondé, preuve de l'importance de la cybersécurité ! 14 000 personnes attendues aujourd'hui...



A lire 3Je posterai mes comptes-rendus de lecture au fur et à mesure. Pour les retrouver le plus simple est encore de faire cette requête dans un bon moteur de recherche [ site:inter-ligere.fr intitle:"A lire" ]
Et vous aurez tout !

Bonne lecture,
Jerome Bondu