Skip to main content
Réseaux humains

A lire : Stratégie réseaux – construire et réussir son réseau. De Christian Marcon et Nicolas Moinet

By 26 juillet 2021octobre 19th, 2021No Comments
1 couv strategie reseaux big

J’ai lu avec plaisir « Stratégie réseaux – construire et réussir son réseau » de Christian Marcon et Nicolas Moinet (VA Editions). J’avais déjà dévoré plusieurs de leurs précédents ouvrages, dont : « Développez et activez vos réseaux professionnels » et « Développez et activez vos réseaux relationnels ». Ils ont été mes livres de chevet à parti desquels j’ai puisé beaucoup de mes connaissances sur le sujet des réseaux humains.

Christian Marcon a aussi été interviewé dans la revue « Communication et Influence » de Bruno Racouchot (N°124 – Juillet 2021).

Les réseaux humains c’est moi à la puissance nous

J’en retiens de ces lectures pas mal de choses. Entre-autres :
– La très belle formule que les auteurs ont reprise de l’économiste Guy Massé : le réseau c’est « moi, à la puissance nous ». moi x nous
– Leur insistance sur l’observation du terrain : « Penser le réseau en termes de stratégie, c’est observer le terrain avant d’agir. C’est faire de la veille sur les faits, les dynamiques, les acteurs, les règles du jeu sur ce terrain. »
– Sur l’analyse de ses propres forces : « Être stratège, c’est aussi connaître l’état de son réseau. Nous recommandons notamment de prendre le temps de cartographier sa ressource réseau. » J’ai d’ailleurs intégré à chaque formation un atelier de création de sa cartographie réseau.
– Ils recommandent de détecter les acteurs importants présentés avec l’acronyme DREAM : c’est-à-dire les décideurs, les relais, les éveillés, les ascendants, les mentors.

Maitriser les techniques d’influence

Savoir utiliser l’influence. Ils rappellent justement que « l’on ne peut pas ne pas communiquer. [donc] ne peut pas ne pas influencer ». Et ils font bien la différence avec la manipulation : « Cela dit, l’élément qui sépare l’influence de la manipulation, c’est la mise en œuvre d’une intention, consciente ou non, d’obtenir de l’autre qu’il développe une pensée ou agisse d’une manière contraire à son propre intérêt, voire dangereuse pour lui, alors qu’on le persuade du contraire. »
– Savoir utiliser avec recul les réseaux socionumériques : « L’émergence des réseaux socionumériques a eu au moins un effet bénéfique en termes de réflexion sur les réseaux, celui de populariser l’idée même que la vie des êtres humains est réticulaire. En revanche, l’engouement pour ces plateformes de mise en relation a donné l’illusion que les réseaux socionumériques balayaient toutes les formes plus traditionnelles de réseaux. »

Pour finir, Christian Marcon et Nicolas Moinet m’ont fait l’honneur et le plaisir d’évoquer page 144 mon travail de réseauteur passionné.

A lire pour tous ceux qui s’intéressent aux réseaux.

Jérôme Bondu

Leave a Reply

Clicky