Skip to main content
Intelligence Economique

L’école française d’intelligence économique

By 2 août 2007janvier 5th, 2022No Comments

Sur le site du Haut responsable chargé de l'intelligence économique *, on trouve un édito daté du 1er août de Philippe Clerc, directeur IE de l'ACFCI **. De son édito, je retiens notamment l'évocation de « l'école française d'intelligence économique ». Il explique qu'ont été tracés depuis trois ans « de nouveaux chemins de coopération avec l'Espagne, l'Amérique Latine, la Chine, l'Indonésie, des pays et des zones où désormais l'école française d'intelligence économique est référencée. »

Pour avoir contribué directement à la communication internationale sur la réflexion française en matière d'IE, j'ai en effet remarqué que notre activisme en la matière provoque un intérêt marqué de nos voisins. Philippe Clerc pourrait citer aussi le Maroc et l'Algérie qui regardent attentivement notre approche de l'IE, en essayant d'en prendre le meilleur.

L'approche française de l'IE est certainement plus théorique qu'ailleurs. C'est en tout cas une des conclusions d'un colloque que j'avais organisé le 16 mai 2006 dans le cadre de l'IFIE et intitulé « Comparison between Competitive Intelligence in France and in Sweden » ***. Daniel Rouach, un des huit intervenants, va jusqu'à parler de « culture« .

On lit dans un extrait de son intervention : « Aux Etats-Unis, les élèves d'universités et d'entreprises apprennent l'IE en tant qu'arme et force dans une situation de compétition. Mais l'approche de la coopération, nécessaire parfois pour se défendre contre des concurrents, n'est pas négligée pour autant. L'accent est mis également sur les technologies de développement des connaissances, ainsi que sur le transfert de connaissances. Enfin, les étudiants se voient recevoir les conseils formalisés pour construire des unités d'IE au sein de leurs futures entreprises.
En France, l'IE bénéficie d'une vision beaucoup plus large, qui n'est pas restreinte à des conditions de compétitions entre acteurs. L'approche est « Soft », c'est-à-dire que l'IE est enseignée comme une culture, un mode de pensée permanent, autant pour des situations défensives qu'offensives. Les universités sont très actives et l'enseignement est de très bonne qualité. Les universités ont également l'avantage de se compléter et de coopérer, grâce au référentiel de formations récemment créé par le gouvernement. »

* Alain Juillet est Haut responsable chargé de l'intelligence économique http://www.intelligence-economique.gouv.fr
** Philippe CLERC est Directeur de l'intelligence économique, de l'innovation et des TIC à l'Assemblée des Chambres Française de Commerce et d'Industrie http://www.acfci.cci.fr
*** http://www.ifie.net/docsifie/IFIE_juin2006.pdf

Leave a Reply

Clicky