live souv num réenchanter internetJeudi 12 novembre de 12h à 12h30 je vous invite à participer à une conférence en ligne sur le thème de la souveraineté numérique.

Pendant que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et les BATXH (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi, Huawei) se livrent une guerre technologique planétaire, la France et l’europe peinent à garantir notre indépendance technologique. Les conséquences à long therme seront désastreuses.

Cette conférence sera le 8ème épisode de #ReEnchanterInternet qui réunit les contributeurs du livre « WEB 2.0 15 ans déjà et après ? 7 pistes pour réenchanter Internet ! »
Voir mes notes de lectures 1 et 2 sur le livre.

Rendez-vous le 12 novembre 2020 de 12h00 à 12h30 en direct sur la chaîne Youtube de présentation du livre #ReEnchanterInternet *

J'aurai le plaisir de m'entretenir avec Fabrice Epelboin et Anthony Poncier.
- Fabrice Epelboin, Conférencier, startupper, enseignant à Sciences Po Paris, hacktiviste et spécialiste de la politique du numérique et de l’impact du numérique sur la politique et les mouvements sociaux.
- Anthony Poncier, Docteur en histoire sociale et politique, expert en transformation digital, fondateur du Top 500 Bars
- Le débat sera animé par Fadhila Brahimi, Executive Coach, facilitatrice et fondatrice de FB-Associés

Au sommaire :
- Pourquoi la question de la souveraineté numérique est-elle si importante ?
- Quelles sont les raisons de notre incapacité à (ré)agir ?
- Reste-t-il des leviers non exploités qui nous permettraient de sortir par le haut ?

Au plaisir de vous y retrouver,

Jérôme Bondu

* oui, bon, je sais, c'est sur Youtube (donc Google)  ! J'ai soulevé ce problème. Cela a fait l'objet d'un débat entre nous. Il a été décidé de diffuser sur un média qui a de l'audience, même si c'est un des acteurs que l'on fustige !!


Theorie du tube de dentifriceJ’ai animé récemment une formation sur les techniques de veille et d’analyse pour une association qui lutte pour la préservation de la planète. Mon interlocutrice m’a conseillé de lire le livre de Peter Singer « Théorie du tube de dentifrice ». Je viens de le finir et voici en deux mots ce que j’en retire.

« Théorie du tube de dentifrice » est écrit par Peter Singer. Peter présente les combats d’Henry Spira. Il est un des acteurs les plus fameux de la cause animale. Son approche méthodique a fait école.
- Henry a d’abord fait campagne contre les tests sur les animaux. Sa cible initiale était l’American Museum of Natural History. Parallèlement il fait compagne contre le test de Draize, un test toxicologique invasif.
- Il va ensuite attaquer Revlon, une grande entreprise de cosmétique, qui grâce à lui, va s'engager à trouver des alternatives aux tests sur les animaux.
- Il va enfin lutter pour un meilleur traitement des animaux dans les abattoirs. Il ciblera McDonald's, pour que l’entreprise impose de nouvelles règles à ses fournisseurs.

Voici ce que je retiens de sa méthode, en quelques verbes d’action

- Se documenter, comprendre l’environnement, les acteurs.
- Trouver un acteur sensible sur qui concentrer l’attaque. Faire des coalitions pour augmenter la puissance de l’attaque. Préparer des dossiers bien étayés.
- Avant d’attaquer : Présenter ouvertement et sincèrement la démarche à venir à la cible. Expliquer ce que l’on va faire. Proposer une conciliation.
- En cas de refus, mettre les menaces à exécution. Mettre une première très forte pression. Et ouvrir à nouveau la porte au dialogue.
- En cas de nouveau refus, continuer à mettre la pression. Trouver d’autres moyens d’atteindre la cible. Attaquer par plusieurs fronts. Tout en maintenant la porte ouverte au dialogue.
- Comprendre les blocages de la cible. Cela ne sert à rien de maintenir la cible dans une situation qu’elle ne peut pas elle-même résoudre.
- Lors de la victoire finale, remercie la cible pour avoir accepté de changer ses règles.

L’auteur en fin d’ouvrage présente 10 recommandations

Cela fait un peu doublon avec ce que je viens d’écrire, mais certains points diffèrent un peu :
1/ Essayez de comprendre l’état actuel de l’opinion publique et la direction dans laquelle vous pourriez l’emmener demain.
2/ Choisissez la cible en vous basant sur sa vulnérabilité, sur l’opinion publique et les possibilités de changement.
3/ Fixez-vous des objectifs réalisables.
4/ Trouvez des sources d’information sérieuses. Ne trompez jamais, veillez à conserver votre crédibilité.
5/ Ne divisez pas le monde entre les saints et les pécheurs. Ne diabolisez pas votre adversaire. Montrer de l’hostilité est improductif.
6/ Recherchez le dialogue et essayez de travailler ensemble à résoudre les problèmes.
7/ Soyez prêt à la confrontation si la cible ne réagit pas.
8/ Évitez la bureaucratie.
9/ Ne partez jamais du principe que seules la législation ou l’action en justice peuvent résoudre le problème.
10/ Posez-vous la question : est-ce que ça va marcher ?

Et le rapport avec le titre ? Un article du Point l’explique bien : « d'un côté, tenter d'enlever ce qui obstrue son ouverture, de l'autre, appuyer sur le tube. En clair, lever les obstacles et faire pression. C'est la méthode Spira : conciliante, non violente et, surtout, pragmatique. » La technique Spira a clairement inspiré Brigitte Gothière et Sébastien Arsac, les deux fondateurs de l'association L214. L’auteur, Peter Singer est surtout connu pour son livre La Libération animale, considéré comme le livre fondateur des mouvements modernes de droits des animaux.

Et comme j'ai bien les représentations visuelles, voici en prime une petite carto maison.

Methode spira

Autres lectures

Sur le thème du monde animal, j’ai aussi lu « Révolutions animales. Le génie des animaux ». Ouvrage écrit à plusieurs mains (notamment Jane Goodall et Frans de Waal) sous la direction de Karine Lou Matignon. On y découvre que les animaux ont des cultures, un respect des morts, une multitude d’outils de communication, … Passionnant.
Toujours sur le même thème, j’ai aussi dévoré « Etonnant vivant. Découvertes et promesses du XXè siècle ». Ce livre édité par le CNRS et l’Inserm sous la direction de Catherine Jessus est beaucoup plus technique et rentre profondément dans les aspects biologiques. Il est tout aussi passionnant !

Jérôme Bondu

Voir tous mes conseils de lecture.




geotrend IA souveraineté numérique 5 carte globale


Suite à mon premier test avec Geotrend (voir la carto), j’ai voulu refaire une évaluation mais cette fois-ci en maitrisant les sources. Pour cela, j’ai fait une requête initiale dans Google, pour récupérer des liens pertinents, puis les injecter dans Geotrend, afin de comparer les cartes. Voyons d’abord la méthodologie et ensuite les résultats.

A- Méthodologie

1/ Requête
J’ai repris la requête réalisée lors du premier test sur la souveraineté numérique. J’ai donc recherché dans Google : "souveraineté numérique" OR "autonomie numérique" OR "indépendance numérique" OR "autosuffisance numérique". Le problème est que j’obtiens 193 000 résultats

J’ai refait une requête plus ciblée : intitle:"souveraineté numérique" OR intitle:"autonomie numérique" OR intitle:"indépendance numérique" OR intitle:"autosuffisance numérique" sur l’année écoulé. Google présente 361 résultats, mais seules les deux premières pages s’affichent avec 160 résultats.

geotrend IA souveraineté numérique 1


2/ Scrapping
Le problème est que les liens n’apparaissent plus en clair. Il faut donc scrapper les pages de résultats. J’ai utilisé SEOQuake et obtenu le tableau suivant (capture ci-dessous)

geotrend IA souveraineté numérique 3 excel

3/ Intégration
Il m’a suffi, enfin, de faire un copier-coller des 177 URL dans Geotrend.
L’outil détecte les URL qu’il ne crawl par (Facebook, Twitter, Amazon, Fnac,…) que j’ai enlevé manuellement.

geotrend IA souveraineté numérique 4 intégration

Au final, après vérification, Geotrend a analysé environ 80 URL sur les 177 injectés. Les pages non prises en comptes présentaient divers souci (erreur 404 par exemple). Mais le panel utilisé reste intéressant. En tout cas pour mon test.


B- Description des résultats

Inkedgeotrend IA souveraineté numérique 5 carte globale 2

On retrouve les trois mêmes regroupements que sur la carte précédente (voir ici):
1- Autour des GAFAM et BATX
2- Des structures de santé + institutionnels
3- D’OVH

4- Mais, surprise ... apparait un nouveau groupement avec les acteurs allemands de Gaïa-x. Intéressant !
Je me suis néanmoins demandé pourquil ils formaient un groupement un part ! J'ai trouvé la réponse dans l'article qui les cite. Cet article mentionne OVHcloud et non OVH. Or Geotrend n’a pas fait le rapprochement entre ces deux structures. D'où le fait que ce groupement soit à part et non rapproché d'OVH.
Est-il possible de fusionner manuellement deux acteurs (par exemple OVH et OVHcloud) ? J'ai posé la question aux équipes techniques. Sans dévoiler de secret d’Etat, les équipes techniques travaillent dessus ;-)

Des acteurs peu importants apparaissent. Cela est dû au faible nombre d'URL analysées (80). La présence de certain acteurs est surpondérée. Ce ne serait pas le cas avec plus d'URL pertinentes.

Finalement, la cartographie est remarquablement similaire à la précédente (voir ici).

Conclusion : Faire une requête dans Geotrend permet une analyse sémantique puissante, basée sur leur solution d’intelligence artificielle, de dizaines de pages issus de résultats Google ! Ceux qui sont à la recherche de gain de productivité devraient à s’intéresser sérieusement à Geotrend !

Jérôme Bondu





J’ai testé l’outil Geotrend.
Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c’est un outil de recherche et de veille sur le web, qui cartographie les résultats, et qui utilise une solution d’intelligence artificielle pour catégoriser les acteurs et les liens entre eux. Il présente les résultats sous différentes formes : cartographie d’acteurs, qui est la plus intéressante, mais aussi tableau de bord, liste des documents, carte géographique, nuage de mots, noms de domaine et chiffres clés. Pour cet article, je me suis surtout intéressé à la cartographie. Voici les résultats d’une recherche sur la « souveraineté numérique », domaine auquel je m’intéresse.

Voici la première carte générée par l’outil après ma requête "souveraineté numérique" OR "autonomie numérique" OR "indépendance numérique" OR "autosuffisance numérique". 830 documents ont été analysés.
Dans un premier temps je vais faire une description des résultats.
Puis une analyse.

Description des résultats

 Geotrend intelligence artificielle 1


Si la carte a globalement la forme d’un cœur (qui m’a permis un petit jeu de mots dans le titre) c’est le pur hasard. À chaque nouvelle connexion à la plateforme, la répartition change en fonction des nouvelles analyses de l’outil.

On distingue trois groupements : le premier centré autour de Google

Geotrend intelligence artificielle 2

 
Google est fortement cité avec les entreprises technologiques américaines et chinoises GAFAM et BATXH. La couleur rouge des liens signifie que l’outil a détecté qu’elles sont concurrentes entre elles. Google a la plus grosse bulle, car il est le plus cité dans le corpus de texte. La présence d’Emmanuel Macron, de Cédric O et de Trump (en bas à droite) dans cette nébuleuse signifie qu’ils sont fortement cités avec ces entreprises.  Le lien vert entre Google et Orange signifie une relation partenariale. En cliquant sur ce lien, une fenêtre s’ouvre dans l’application avec les documents qui ont permis de catégoriser ce lien. Cf capture ci-dessous.

Geotrend intelligence artificielle 3
 

Un deuxième groupement est centré autour d’Orange.

Geotrend intelligence artificielle 4

 
 On y trouve des acteurs essentiellement français (ce qui n’est pas étonnant, car ma requête était en français). On y trouve beaucoup d’organismes, comme le CNRS, l’Inserm, le Loria, le Cispa, l’Inria, l’ANSSI. Et des entreprises : Orange, Dassault et Cap Gemini. Ainsi que l’Allemande Deutsche Telekom et Nokia.

 

Un troisième groupement gravite autour d’OVH. On y trouve, OVH, OVH Cloud, Octave Kabla et Michel Paulin, respectivement fondateur et directeur d’OVH, ainsi que Gaia-X auquel participe OVH. Le moteur de recherche Qwant est présent de manière périphérique.


Il est possible d’appliquer de nombreux filtres. Dans la capture ci-dessous, j’ai sélectionné uniquement les personnes.

Geotrend intelligence artificielle 6
 

Si l’on clique sur un acteur, comme Pierre Bellanger, on voit les autres personnes citées avec lui dans le corpus de texte (capture ci-dessous).


 Geotrend intelligence artificielle 7

Interprétation des résultats

Voici quelques pistes d’analyse des résultats.
- Nous voyons clairement deux types d’acteurs : des entreprises privées américaines et chinoises (GAFAM et BATXH) et des organismes français (CNRS…).
- Le lien entre les acteurs français est lié à la santé, et plus particulièrement à l’application StopCovid, dont le cahier des charges contient des éléments sur le respect de la souveraineté numérique. Le projet regroupe l’Inria, l’ANSSI, Capgemini, Dassault Systèmes, l’Inserm, Orange, Santé Publique France et Withings.
- L’autre sujet qui ressort le plus, est le cloud, autour d’OVH. La question du moteur de recherche, qui a un temps agité le landerneau, est devenue (à l’heure où j’ai fait ma requête) périphérique. Qwant n’ayant pas réussi à s’affranchir de Bing.
- Les personnes les plus impliquées sont des politiques, et non des industriels : les plus visibles sont Emmanuel Macron, Bruno Le Maire, Cédric O et Thierry Breton, … Mis à part le charismatique patron d’OVH (Klaba), et quelques autres, on est étonné de ne pas voir figurer les noms des patrons d’Orange ou de Dassault. Ils ne sont pas en première ligne. On pourrait en déduire que la souveraineté numérique n’est pas en haut de leur agenda.

 

Conclusion : Examen de passage réussi brillamment pour Géotrend :-)
Il me semble que l’outil a très bien réussi à traduire les positions des acteurs. Je vais tester d’autres requêtes et faire d’autres analyses. À suivre …



 

 

thomas binant jerome bondu NPL

J’ai visité hier le salon Big Data et Intelligence artificielle à Paris. J’y ai retrouvé Thomas Binant devant le stand Geotrend
Thomas a par la suite animé une conférence avec Camille Pradel et la société Explore, sur une étude pour la Société du Grand Paris. Camille Pradel a notamment détaillé les rouages du traitement automatique des langues ou NLP. Domaine passionnant que Camille a bien su vulgariser. Il a par exemple rappelé la difficulté pour une machine de percevoir l’ironie. Il y a quelques années Bernard Normier avait déjà pointé cette difficulté (voir sa conférence au Club IES).

nothing to hide snowden

La maitrise de l’information est plus que jamais d’actualité. Outre les innovations mises en avant par les exposants sur le salon Big Data, j’ai bien aimé le mur « Nothing to hide » mis en place par la Gaitée Lyrique ! En rappelant le message d’Edward Snowden sur un mur complet et en offrant un cache webcam, cette œuvre alliait art, démocratie et activisme.

Hier paraissait aussi dans Les Echos un article au titre quelque peu pessimiste « Pourquoi l’intelligence artificielle cale ? » En réalité le contenu de l’article est plus nuancé que le titre, et souligne qu’il y a de très nombreuses tâches qui sont déjà confiées avec succès à des IA. Par contre, il y a encore des obstacles comme sur la reconnaissance d’images. C’est pour cela que les voitures sans conducteurs ne se sont pas encore imposées. Le mot de la fin est donné à Yann Le Cun, que l’on ne présente plus : « Il peut y avoir des progrès fantastiques dans quelques mois, quelques années, dix ans, vingt ans… ».

Prochain salon : i-expo ! J'animerai une table ronde mercredi 23/09 vers 13h sur le choix des outils de veille avec notamment Geotrend (encore :-) et Sindup. Titre de la table ronde : L’intelligence économique et la veille en 2020 : quelles plateformes choisir ? Comment automatiser votre veille ?

Au plaisir de vous y retrouver.


Jérôme Bondu