La panne 1 189x300Le jeudi 27 février 2020 à 19H30
Le Club IES, Le Club Analyse de l'AEGE et le réseau Inter-Ligere
Vous invitent à la 154ème conférence-débat sur le thème :

La panne de l’intelligence stratégique

Par Bruno Jarrosson

________________________________
THEME :
Les malheurs de l’histoire se nourrissent d’une panne d’intelligence stratégique. Ce problème peut être décomposé en plusieurs questions :
- Y a-t-il une logique commune que l’on retrouve à certains moments ?
- Les mécanismes de la panne sont-ils repérables en soi-même ?
- Le décideur qui s’obstine dans l’échec, dans l’irréalisme, est-il accessible à l’idée qu’il pourrait et devrait regarder le monde d’un autre point de vue ?
- Y a-t-il au tréfonds de sa conscience une zone d’incertitude d’où puisse surgir un débat, une inflexion, un changement ?

________________________________
INTERVENANT :
Bruno Jarrosson est directeur associé du pôle stratégie chez DMJ Consultants. Il combine quatre domaines d’expertise : la stratégie, la philosophie, la science et l’histoire.
Auteur d’une trentaine d’ouvrages sur des thèmes abordant et combinant les liens entre économie, stratégie et philosophie, Bruno Jarrosson enseigne la philosophie des sciences à Centrale-Supélec et la théorie des organisations à Paris IV Sorbonne. Il est aussi chroniqueur sur iPhilo depuis 2012. Bruno Jarrosson est par ailleurs co-fondateur et président de l’AFACE (académie francophone des auteurs et conférenciers d’entreprise) et de l’association Humanités et entreprise. Il est membre de la Ligue des Optimistes de France.

________________________________
DÉROULEMENT DE LA SOIRÉE :
19h15 - 19h30 : Accueil des participants par Jérôme Bonduet Julien Penneçot
19h30 - 20h15 : Conférence de Bruno Jarrosson
20h15 - 21h00 : Débat avec la salle
21h00 – 21h45 : Cocktail dînatoire

_______________________________
LIEU :
Ecole de guerre économique. 196 rue de grenelle 75007 Paris

______________________________
INSCRIPTION OBLIGATOIRE sur le site de l'AEGE

Au plaisir de vous y retrouver
Jérôme Bondu

rotayJ'aurai le plaisir d'intervenir le 30 janvier à 19h à l'Ecole Militaire sur le thème "Maitriser internet - une éducation nécessaire". La conférence est co-organisée par les Rotary Clubs Paris Agora, Paris Grenelle, E-Club Paris International, sous le patronage de la Commission nationale française pour l’UNESCO. On y parlera révolution numérique, intelligence économique, souveraineté informationnelle ...

Internet, le web, les médias sociaux sont devenus des outils indispensables. Mais savons-nous bien les utiliser ? Force est de constater que nous nous contentons souvent de surfer (c’est le cas de le dire) sur ces outils, sans les maîtriser. Cette conférence démontrera que ce manque de maîtrise peut nous coûter cher. A nous et surtout… à nos enfants ! Et que l'effort nécessaire pour assurer une meilleure gestion du numérique n'est pas si compliqué. Ce sont des générations à venir qui seront engagées par nos choix !

Entrée gratuite. Inscription obligatoire avant le 23 janvier !

Ecole Militaire – Amphithéâtre Lacoste
1 place Joffre, Paris (Métro 8 Ecole Militaire)

Au plaisir de vous y revoir,
Jérôme Bondu



pierre lacoste

La Figaro a annoncé le décès de Pierre Lacoste. J'avais eu l'occasion de travailler avec l'amiral quand il était président de la FEPIE - Fédération professionnelle de l'intelligence économique - devenue le Synfie.

Voici une interview en 2013 dans laquelle nous parlons essentiellement de compétitivité d'entreprise, d'intelligence économique mais aussi de mafia et de résistance. Je me suis rendu compte d'ailleurs qu'il n'y avait pas tant d'interviews de lui ... L'interview a été tournée dans le cadre d'ActuEntreprise...

En outre, l'amiral m'a fait l'honneur et le plaisir de préfacer mon premier livre sur les réseaux humains (je copie-colle ci-dessous sa -trop élogieuse- préface).

-----------------------------

L’excellent ouvrage que Jérôme BONDU consacre aux « RESAUX HUMAINS » se distingue par son opportunité et par son originalité.

Opportunité dans un monde de plus en plus comparable au "Village planétaire" que Mc Luhan avait annoncé dès le milieu du siècle précédent, et alors que Joel de Rosnay, le génial auteur du "macroscope" des années 1970, vient de publier un ouvrage sur le "cerveau planétaire", illustration et confirmation du concept de la "noosphère" imaginé par Teilhard du Chardin.

Opportunité au regard des performances actuelles des réseaux de transports, de télécommunication et de satellites artificiels, conséquences entre autres, de la conquête de l’espace. Le "WEB", la "toile d’araignée" INTERNET, et tous ses réseaux associés, ont d’ores et déjà des conséquences majeures sur la vie des personnes, des sociétés et des Etats contemporains. En 2008 l’éclatement de la bulle financière a mis en évidence les fragilités liées aux réseaux qui relient vingt quatre heures sur vingt quatre, à la vitesse de la lumière, les "traders" des salles de marché du monde entier. Ainsi que l’irresponsabilité des apprentis sorciers de la dérégulation, les "faucons" de la politique et de l’économie, profiteurs cyniques de la spéculation financière. En décembre 2010, l’affaire Wikileaks, projetait dans l’actualité une nouvelle forme d’indiscrétions, sources de rapports conflictuels. On connaissait depuis longtemps le rôle des médias dans les conflits. Désormais il faut s’attendre à la multiplication d’affaires analogues en raison des développements inéluctables des réseaux humains fondés sur les facilités d’exploitation du  cyberespace.

Originalité de l’approche et du traitement d’un sujet difficile, foisonnant, complexe, voire embarrassant, quand il évoque certains aspects confidentiels couverts par le "non-dit". En expliquant lui-même "Pourquoi avoir écrit ce livre ?", Jérôme Bondu justifie les raisons de ses choix et la forme d’un ouvrage articulé sur le recueil et l’exploitation de plus d’une centaine de témoignages. Il les présente dans une séquence logique particulièrement intéressante. Après une "ouverture sur les réseaux", il les classe successivement sous les rubriques « structures », « univers » et « visions », rubriques qui ne correspondent pas à des typologies rigides, mais qui présentent très opportunément une approche ordonnée du sujet. Il les complète aussi par des références documentaires sans omettre de rappeler l’existence de divers sites Internet aisément consultables.

La démarche de Jérôme Bondu vient à point pour compléter la connaissance des réseaux existants et pour étudier ceux qui ne manqueront pas de se créer pour exploiter les nouvelles situations politiques, économiques et sociales d’une époque en transition entre deux mondes et entre deux siècles. Le monde d’hier, celui des grandes guerres entre les nations suivies de quarante ans d’affrontement bipolaire entre les deux superpuissances, l’américaine et la soviétique, et le monde multipolaire d’aujourd’hui notamment caractérisé par la montée des nouvelles puissances asiatiques.

Les questions soulevées au détour des entretiens et des exposés réunis dans cet ouvrage offrent aux lecteurs un remarquable outil de travail au profit de leurs propres réflexions. Le résumé du curriculum vitae de l’auteur et le rappel de ses engagements personnels dans plusieurs « réseaux humains» sont une garantie supplémentaire du sérieux de ses connaissances et de ses compétences sur le sujet.

Pierre Lacoste


Conférence club ies

Bonjour et avant tout ... très bonne année 2020 !
En espérant que nous aurons le plaisir de nous revoir dans le cadre du Club IES ou d’Inter-Ligere !

La prochaine conférence du Club IES aura lieu le 23 janvier 2020 à 19h30 à l'IAE de Paris:
Bruno Jarrosson interviendra sur la Panne de l'intelligence stratégique.

Réservez dès maintenant sur votre agenda les dates des conférences suivantes :
27 février 2020 : Cyber fuites d'informations stratégiques et concurrence déloyale
26 mars 2020 : Géopolitique de la Chine
23 avril 2020 : Souveraineté Numérique
28 mai 2020 : Gouvernance de l'information
Courant octobre : soirée pour fêter les 20 ans du Club IES

Cordialement,
Jérôme Bondu
Directeur d’Inter-Ligere

 

 

 

location data business3Il faut lire (en anglais) l'incroyable enquête du New York Times, écrite par deux journalistes Stuart A. Thompson et Charlie Warzel. Incroyable, non pas parce que l'on apprend que noter cher téléphone intelligent nous géolocalise, ça on le savait... Incroyable, plutôt, par la qualité de l'enquête, qui démontre que quelques sociétés peuvent compiler, exploiter, analyser tous les mouvement des détenteurs de téléphone, ses déplacements, ses habitudes, ses travers, ...  Et ces sociétés ne sont pas les GAFAM ! Surprise ...

Dans la même veine on pourra lire aussi l’étude du professeur Schmidt de l’université Vanderbildt « Ce que Google collecte » (traduit de l'anglais par Framasoft ;-).  

Avant de vous laisser continuer la lecture ci-dessous, je précise qu'il existe des solutions alternatives. J'ai opté récemment pour un téléphone avec un système d'exploitation indépendant /e/. Créé par Gael Duval (qui est intervenu récemment au Club IES), ce téléphone contient une version Android (base linux) totalement dégooglisée. J'en parlerai prochainement.

Je copie colle ci-dessous quelques extraits (vu la taille de l'article, on peut considérer que c'est un "extrait pertinent" qui respecte le droit de la copie ;-) L'étude est diffusée en plusieurs articles :
1er partie : Twelve Million Phones, One Dataset, Zero Privacy.
2eme partie : Freaked Out? 3 Steps to Protect Your Phone.
3eme partie : How to Track President Trump.
4eme partie : How it works.

Jérôme Bondu

location data business

---------------------------------------------------
The data reviewed by Times Opinion didn’t come from a telecom or giant tech company, nor did it come from a governmental surveillance operation. It originated from a location data company, one of dozens quietly collecting precise movements using software slipped onto mobile phone apps. You’ve probably never heard of most of the companies — and yet to anyone who has access to this data, your life is an open book. They can see the places you go every moment of the day, whom you meet with or spend the night with, where you pray, whether you visit a methadone clinic, a psychiatrist’s office or a massage parlor.
(...)
Even still, this file represents just a small slice of what’s collected and sold every day by the location tracking industry — surveillance so omnipresent in our digital lives that it now seems impossible for anyone to avoid.
(...)
In this and subsequent articles we’ll reveal what we’ve found and why it has so shaken us. We’ll ask you to consider the national security risks the existence of this kind of data creates and the specter of what such precise, always-on human tracking might mean in the hands of corporations and the government. We’ll also look at legal and ethical justifications that companies rely on to collect our precise locations and the deceptive techniques they use to lull us into sharing it.
(...)
The companies that collect all this information on your movements justify their business on the basis of three claims: People consent to be tracked, the data is anonymous and the data is secure.
(...)
Describing location data as anonymous is “a completely false claim” that has been debunked in multiple studies, Paul Ohm, a law professor and privacy researcher at the Georgetown University Law Center, told us. “Really precise, longitudinal geolocation information is absolutely impossible to anonymize.”
(...)  
The data set is large enough that it surely points to scandal and crime but our purpose wasn’t to dig up dirt. We wanted to document the risk of underregulated surveillance.
(...)
That data can then be resold, copied, pirated and abused. There’s no way you can ever retrieve it.

---------------------------------------------------

 

usbecrica dec 2019

Mon dernier article pour Usbek & Rica traite des menaces que font peser les GAFAM. J'en évoque cinq :
- La menace financière
- La menace économique
- La menace cognitive
- La menace de déclassement numérique
- La menace de l’immobilisme

Extrait :

Nous assistons, impuissants, à une nouvelle polarisation du monde entre deux modèles aux antipodes l’un de l’autre.
- D'une part, le modèle américain, pour qui la collecte de données personnelles sert un modèle économique basé sur la vente des données à des fins publicitaires.
- De l'autre, le modèle chinois, pour qui la collecte des données sert un dessein politique.

Et nous, dans tout ça ? Nous sommes devenus le tiers-numérique, à l’instar du tiers-monde du temps de la guerre froide. C’est triste à dire, mais notre situation ressemble fort à celle des anciens pays non-alignés d’un monde numérique bipolaire. Constat amer, nous sommes bel et bien dans le camp des perdants du numérique.

Bonne lecture sur Usbek & Rica.

Jérôme Bondu

NB : Sur un sujet très proche j'avais déjà publié : Peut-on créer un nouveau moteur de recherche aujourd'hui ?



android 2775823 1280Le jeudi 21 novembre 2019 à 19H30
Le Club IES de l’IAE de Paris Alumni & Inter-Ligere
Vous invitent à la 152ème conférence-débat sur le thème :


SYSTEME D’EXPLOITATION SOUVERAIN - Comment lutter contre le duopole de Google et d’Apple ?

Par Gaël Duval et Guillaume Dumanois

________________________________
THEME :
Durant cette conférence, Gaël Duval et Guillaume Dumanois évoqueront la place qu’ont pris les systèmes d’exploitation dans nos usages numériques. Ils analyseront les conséquences du duopole de Google et d’Apple et les dangers à court termes. Enfin, ils présenteront leurs solutions respectives.

________________________________
INTERVENANT :
Gaël Duval, est une personnalité des logiciels libres, pionnier de Linux en France, cofondateur de Mandrakesoft (société développant Mandrake Linux) puis fondateur d'Ulteo. Son nouveau projet /e/ (originellement "eelo") consiste en un système d'exploitation dérivé de LineageOS (Android) et débarrassé des services Google, et de plusieurs services en ligne associés.

Guillaume Dumanois, est ingénieur ESIEE, titulaire d’un MBA de l’ESSEC et a occupé des fonctions de management chez Alstom et Alcatel-Lucent. Il a également été en charge du département Bâtiments Connectés chez Honeywell. Il est aujourd’hui co-fondateur d’Hyperpanel, une entité d’HyperPanel Lab qui a développé un tout nouveau système d’exploitation (Hyperpanel OS) secured by design et particulièrement adapté au monde des IoTs.

________________________________
DÉROULEMENT DE LA SOIRÉE :
19h15 - 19h30 : Accueil des participants par Jérôme Bondu
19h30 - 20h15 : Intervention de Gaël Duval et Guillaume Dumanois
20h15 - 20h30 : Débat
_______________________________
LIEU :
A préciser
______________________________
INSCRIPTION OBLIGATOIRE


Au plaisir de vous y retrouver
Jerome Bondu

 

 

 

veille connect lille 2019

Je vous donne rendez-vous pour le prochain Veille Connect à Lille le 5 décembre 2019.
Pour toutes informations et inscription : http://www.veille-connect.fr/
Cette soirée sera aussi l'occasion de réunir le réseau Inter-Ligere Lille, dans le cadre du 28ème Meet Up. Le réseau regroupe aujourd'hui 1200 personnes autour de Lille, intéressés par la Veille, l'Intelligence Economique, l'influence et la sécurité ...

Intervenants

- Axelle Kiers Intervenante, Exploratrice chez Alive by Decathlon. En charge de l’espace Alive dédié à l’exploration chez Decathlon pour imaginer le groupe à horizon 2030.
- David Llanes. Responsable veille, gestion et communication de crise chez Bonduelle. Construction, pilotage du dispositif global de veille stratégique, gestion de crise et exploitation des bilans d’image.
- Mickaël Réault. Organisateur, Veille Connect. Fondateur de la plateforme de veille stratégique Sindup déployée au sein des grands groupes et de nombreuses PME.
- Jérôme Bondu ;-)

Programme

18h00: Accueil des participants
18h30: Prospective collaborative chez Decathlon : éclairer l'avenir, décider au présent (Axelle Kiers)
18h45: Comment un veilleur peut aider une organisation sous tension ? (Jérôme Bondu)
19h00: La veille au secours de la gestion de crise : étude post crise chez Bonduelle et bonnes pratiques (David Llanes)
19h15: Ouverture de la soirée (Mickaël Réault)
19h30: Apéritif dinatoire et networking
21h30: Fin de la soirée, sauf pour les plus motivés !

veille connect lille 2019 2



Au plaisir de vous y revoir,

Jérôme Bondu






FC espionsJe vous recommande la série d’émissions sur France Culture « Conversations secrètes, le monde des espions » produite par Philippe Vasset et Pierre Gastineau.

Le site de France Culture la présente comme suit : « Conversations avec des éminences grises de huit grandes puissances du renseignement pour mieux comprendre les rouages de l'espionnage moderne. Une plongée dans les arcanes des services de renseignement. Comment une information secrète devient une politique publique ? Comment les services de renseignements informent-ils nos dirigeants ? Entre espions de cinéma et bureaucrates du secret, quelle est la réalité des liens entre espionnage et pouvoir ? Pierre Gastineau et Philippe Vasset ont interrogé les maîtres-espions de huit grandes puissances du renseignement, la majorité d’entre eux s’exprimant pour la première fois dans un média français. Toutes ces éminences grises racontent la mécanique du secret et détaillent les chausse-trapes et les frustrations auxquels sont confrontés les espions au cœur du pouvoir. »

Dans l’ordre de diffusion :

L'aristocratie de l'espionnage : le Royaume-Uni
06/07/2019
Aucun autre pays n'a su faire de ses hommes de l'ombre une telle mythologie nationale. Au Royaume-Uni, les espions sont des princes. On les célèbre au cinéma, à la télévision et sur les étagères des libraires. D'anciens membres du renseignement britannique nous racontent ses coulisses.

Les espions du Président : les États-Unis
13/07/2019
Les États-Unis disposent des services de renseignements les plus puissants au monde. Patriote, le peuple américain entretient des liens très particuliers avec ses espions, souvent érigés au rang de héros. Ces derniers vous emmènent dans les arcanes de l'espionnage à l'américaine...


Des espions au Kremlin : la Russie
20/07/2019
Développé durant la Première Guerre mondiale, l'espionnage est devenu affaire courante durant la guerre froide. Les troupes invisibles de la CIA et du KGB, agences d'intelligence américaine et soviétique ont déroulé une variété de tâches aux ordres de leurs dirigeants politiques.

Les espions qui n'aimaient pas espionner : l'Allemagne
27/07/2019
Les relations des Allemands et notamment des dirigeants politiques sont compliquées vis-à-vis de ses services de renseignements. En cause, des facteurs historiques et une incompréhension mutuelle entre la sphère politique et les maîtres-espions du pays.

Les espions qui aimaient trop le business : la Chine
03/08/2019
Le renseignement est profondément ancré dans la culture chinoise, et le parti communiste l'a institutionnalisé, dans un climat de paranoïa. Originellement destiné à combattre les ennemis du parti, le renseignement est aujourd'hui massivement mobilisé sur des questions économiques.

Les espions dans l'ombre des réseaux : Israël
10/08/2019
Comment Israël, un pays plus petit que la région Pays de Loire, âgé d'à peine 70 ans, a-t-il réussi à s'imposer comme une puissance majeure du renseignement au point d'être crainte par ses alliés eux-mêmes ?

Le pays où les espions ont été rois : l'Algérie
17/08/2019
Les services de sécurité algériens sont un État dans l’État. Tirant leur légitimité du rôle crucial des militaires dans la Guerre d'Indépendance, leur rôle a été de défendre le régime politique et de gérer la rente économique. Mais des zones d'ombre demeurent sur certaines de leurs activités.


Et les barbouzes devinrent des espions : la France
24/08/2019
Loin de traiter d'égal à égal avec le politique, comme c'est le cas au Royaume-Uni, le renseignement français suscite encore beaucoup de méfiance. Qui sont ces fonctionnaires qui ont le plus grand mal à valoriser leur contribution à l'histoire de la République ?

Toutes ces émissions sont très intéressantes pour comprendre un peu les rouages de ces institutions. Petit bémol néanmoins pour celle sur la Russie « Des espions au Kremlin : la Russie » parce que le doublage de l’interviewé russe est très lent, et cela gâche un peu le plaisir de l’écoute.

Jérôme Bondu

Autres sujets similaires :
- A écouter : La novlangue, instrument de destruction intellectuelle. Emission sur France Culture.
- A écouter : Le droit comme arme de guerre. Emission d’Antoine Garapon sur France Culture



technip
J’ai lu hier matin l’article des Echos « La scission de TechnipFMC se concrétise ». Pour mémoire, l’entreprise FMC a racheté il y a quelques années l’entreprise française Technip. L’article semble au premier abord pondéré. Mais une lecture critique montre qu’il passe à côté d’une partie du sujet. Explications :

Article au premier abord pondéré
L’article semble en première lecture faire un bon travail journalistique. Il fait notamment part des craintes de la partie française en soulignant que l’entité basée aux Etats-Unis risque de « s’approprier les brevets des activités sous-marines » du groupe. Il cite les syndicats qui s’alarment de l’avenir de la R&D. Bon, c’est noté. Mais est-ce que l’article traite pour autant bien le sujet ?

Absence de recul critique
Quand on a lu les livres d’Ali Laïdi et celui de Frédéric Perucci, on ne peut que s’étonner que l’article ne cite pas l’origine de ce rapprochement entre le champion français Technip et l’entreprise FMC. FMC était à l’époque du rapprochement, plus petite que la Française et en moins bonne santé. Du coup je vais m’y coller :

Retour en arrière
- En vertu de la loi FCPA, nos amis américains se sont arrogés le rôle de gendarme du monde en matière de corruption.
- Mais derrière cette façade de « Monsieur propre » se cache une arme de guerre économique dont la finalité inavouée est d’attaquer les entreprises européennes. Je dis bien Européennes, car le palmarès des sanctions montre clairement qui est la cible. Nous autres Européens sommes largement moins vertueux que l’Afrique, l’Asie (Chine comprise) et l’Amérique du Sud réunies. Du moins si l'on en juge par le montant et le nombre de nos condamnations ... Honte à nous …
- Remontons le temps : Le juge français Renaud Van Ruymbeke a détecté il y a quelques années qu'un consortium d'entreprises (dont l'américain Halliburton et le Français Technip) avait payé des pots de vins au Nigéria. Il en a averti ses homologues outre-Atlantique. Les Américains ont alors demandé à la France de se dessaisir du dossier. Résultats des courses, ils ont fait payer en 2010 une amende de 335 millions de dollars au Français. Le mieux est d'écouter Frédéric Pierucci en parler dans son interview sur ThinkerView (écouter à 1h11min). Voir aussi l'article de la Tribune.
- Cette mise en difficulté de l’entreprise française a été le prélude au mouvement de rachat par FMC. Bravo les gars, bien joués !

Revenons à l’article des Echos
- Passer sous silence cet historique est pour le moins délicat. Car il ne donne pas la bonne vision de cette affaire au lecteur. À la lumière du passif subi par Technip, il faut scruter à la loupe les termes de l’accord de scission, et se demander si cette séparation ne serait pas l’aboutissement réel de la stratégie de prédation de nos rivaux américains. Absorber la proie. La digérer. Et recracher les éléments inutiles.
- Il y a trois manières de manipuler l’information : sur-informer (pour noyer le poisson), dés-informer (placer des éléments faux dans un contexte vrai) ; sous-informer (masquer sciemment des éléments). Le journalisme marche sur une ligne étroite.

Jérôme Bondu

Lire d'autres décryptages de la presse :
- A lire : Les GAFA s’immiscent dans les systèmes de santé publique. Article des Echos
- A lire : Les géants de la technologie se ruent sur la santé, article du Figaro