Nicolas Moinet écrit dans Veille Magazine un article intitulé "Uniross, PME stratégique". Cela pourrait se révéler être un cas intéressant en matière d'Intelligence Economique offensive.

Sans rien affirmer, l'auteur se pose des questions sur les problèmes que rencontre une PME innovante.

Extrait :

"Uniross. Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant il s'agit d'une entreprise stratégique qui pourrait bientôt disparaître. En effet, placée sous sauvegarde en octobre dernier, elle attend la décision du tribunal de commerce de Meaux qui doit statuer sur son cas le 1er décembre.

Affectée par une baisse de la consommation et un manque de trésorerie, le leader européen des batteries rechargeables pour appareils photo ou caméscopes s'est vu refuser toute aide bancaire. (...)

Selon le site www.infoguerre.fr :
« tout ceci ne serait sans doute qu'une banale affaire de crédit si Uniross n'avait été ciblée par une entreprise concurrente asiatique bénéficiant de l'appui de financiers français connus pour leurs stratégies de prédation et de restructuration (délocalisation) agressives. Nul doute qu'ils souhaitent acquérir l'entreprise à moindre frais. Et on comprend mieux, dès lors, tout l'intérêt de la procédure de sauvegarde. D'autant que le dirigeant serait victime de rumeurs étranges et insistantes qui lui auraient déjà fermé des portes d'investisseurs pourtant promises !»
Attendue pour le 1er décembre, la décision du tribunal de commerce de Meaux pourrait donc faire du bruit si elle décidait la fin d'une entreprise pourtant promise à un bel avenir. Nicolas Moinet"

Des cas similaires ont déjà été relevés. Le cas Perrier notamment est célèbre (lors de l'affaire du Benzène) et avait été "autopsié" par des experts en IE, ... après son rachat.

Espérons que si ce que suppute le site infoguerre soit vrai, il puisse être fait quelque chose pour cette PME avant qu'elle ne vienne grossir les rangs des "cas d'écoles" d'attaque concurrentielle. Très utiles pour les cours en IE, mais pas si utiles pour l'économie.

Je vous laisse découvrir l'article complet
[PDF 139 Ko].

Jérôme Bondu