mécanique complot

J’ai écouté la très intéressante série d’émissions "Mécanique du complotisme" sur France Culture.

C’est passionnant. Il y a 9 émissions de deux à 4 épisodes (chacun fait environ 15 minutes) :
- Les Protocoles des Sages de Sion, le complot centenaire. Où l’on se rend compte à quel point ce faux a été instrumentalisé par les fascistes.
- Rwanda, le génocide des Tutsi et la conspiration. Série plus nébuleuse pour moi, où les responsabilités françaises sont soulignées.
- Covid-19, une épidémie de fausses informations.
- Bilderberg ou le fantasme des vrais maîtres du monde. Très intéressant.
- Le négationnisme. Cette série fait froid dans le dos.
- La Révolution française, à la croisée des complots. Où l’on se rend compte que les complots prétendument ourdis par la noblesse ont fleuri à cette époque.
- Le 11 septembre. Où l’on redécouvre l’extrême droite antisémite.

Il y a deux émissions qui n’étaient pas disponible sur mon podcast :
- "Les Instructions secrètes" et le faux complot des jésuites.
- Le grand remplacement, un virus français.


France Culture est une mine de bonnes émissions. En voici quelques-unes écoutées récemment :

Conversations secrètes, le monde des espions.
Le droit comme arme de guerre. Emission d’Antoine Garapon.
La novlangue, instrument de destruction intellectuelle.
L’animal est l’avenir de l’Homme.
Pourquoi des djihadistes ?.

Bonne écoute
Jérôme Bondu




Le trophée Sun Tzu récompense un exercice de stratégie rumorale. Il s'agit pour les écoles en compétition d'imaginer une stratégie d'attaque ou de défense utilisant la rumeur comme arme. Cette année, c'est le MISTE de l'ESIEE qui a rendu la meilleure copie. Mais il convient de féliciter aussi l'ICOMTEC, qui a fait un excellant travail (faisant parti du jury, je suis bien placé pour savoir qu'il a été très difficile de les départager). 

Voici une présentation du trophée par Christian Harbulot qui présidait cette année le jury (vidéo prise lors de la soirée qui clôturait le prix 2011). Il présente en quelques mots l'intérêt d'un travail sur la rumeur. Christian Harbulot est directeur de  l'École de guerre économique.

{youtube}_K0WzLSZZxI&w{/youtube}


Voici la présentation qu'en fait Laurent Gaildraud fondateur du trophée Sun Tzu

{youtube}9sGQNRyDTjA&w{/youtube}


Lexis Nexis est sponsor du prix. Jérôme Cail exprime bien l'intérêt de l'éditeur de la plateforme de veille pour cette compétition.

{youtube}IvhC6tX7ePw&w{/youtube}

 

 

{youtube}-Twv37kV_SM{/youtube}

Voici une courte vidéo de Laurent Gaildraud juste après la remise du trophée Sun Tzu.

 

Le sujet de l'édition 2010 tient en quelques lignes énoncées par le fondateur du prix Laurent Gaildraud :
"Dans cette édition, il s'agissait d'une OPA hostile de NOKIA sur PALM. Les participants étaient du coté de NOKIA et devaient éviter la flambée du prix de PALM, phénomène inhérent à toute OPA et fort couteux au prédateur."

 

Christophe Stalla-Bourdillon et Andréa Brignone ont fait une analyse des résultats. J'en retiens trois choses :

 

Si un prédateur veut diffuser des rumeurs pour faire baisser le prix d'une proie (ou éviter que son prix d'opéable ne monte trop), il doit le faire de manière mesurée. Car si la rumeur fait perdre trop de valeur  à l'entreprise cible, le prédateur fait au final une mauvaise opération. D'où la technique qui consiste à attaquer quelque chose qui peut être facilement « renouvelable » comme ? la vision ou la stratégie de la direction. C'est pour cela que beaucoup des OPA voient fleurir des critiques à l'encontre du management de la cible, avec la « promesse » que son remplacement permettra de créer de la valeur pour l'actionnaire.

 

Seconde idée, la rumeur doit toucher le « public cible », donc généralement les actionnaires. Un des groupes participants au concours avait envisagé de construire une affaire de m?urs pour déstabiliser le management de la cible. Outre le fait que cela ne soit ni éthique ni légal, cela risque en plus d'être inopérant. Car comme le soulève un des membres du jury : le développement d'une affaire de m?urs dans les milieux financier n'aura pas forcément l'impact voulu. Car c'est un milieu qui a une conception spécifique de l'éthique, qui est plus liée à une bonne gestion des fonds.

 

Enfin, j'ai apprécié la métaphore suivante : Dans un duel à trois, celui qui meurt en premier est celui qui paraît le plus agressif, car il concentre les premiers tirs des deux autres. Belle image à méditer?

 

La remise du prix a donné lieu à une petite séquence technologique, avec la liaison par Skype d'une des membres de l'équipe lauréate qui se trouvait en Grèce.

 

Le trophée a été remis par Jérôme Cail de Lexis Nexis (partenaire de l'opération) à Henri Samier, directeur du mastère « Innovation et intelligence économique » à l'Université d'Angers.

 

Henri Samier a souligné l'importance de la prise en compte de la rumeur dans la stratégie d'entreprise. Non seulement parce que cela existe, mais aussi parce que cela permet de sortir du cadre classique de la gestion d'entreprise, et permet d'envisager les ruptures, de plus en plus fréquentes dans un monde mouvant. Concourir à ce prix, ajoute-t-il, dont les participants sont des équipe et non des personnes individuelles, permet de souligner que la valeur réside plus dans le collaboratif et les réseaux humains que dans l'individu seul.

 

J'ai eu le plaisir de remettre avec Julien Flandrois directeur marketing et commercial de KB Crawl (second partenaire avec de l'opération) le second prix à l'équipe de l'ICOMTEC.

 

Pour en savoir plus :

- Histoire de l'IE (1/8): Sun Tzu
- Le réveil du Samouraï, livre de Pierre Fayard

- Présentation de l'Art de la Guerre sur wikipedia