equete veilleurLe dernier panorama des plateformes de veille date d'une dizaine d'années. Nous avons pris l'initiative (Mathieu Andro, Christophe Deschamps, Corinne Dupin et moi-même) de dresser collectivement un nouvel état de l'art.

Après avoir analysé l'offre des éditeurs, nous avons mis en place un questionnaire pour mesurer l'utilisation des plateformes de veille.

Votre participation est importante pour avoir la vision la plus précise et objective possible.
N'hésitez pas à répondre à ce questionnaire en ligne.


Il peut être renseigné anonymement et prend moins de 7 minutes.

Je me tiens à votre disposition pour vous donner davantage de détails sur cette étude.

Merci pour votre participation et
Au plaisir de prochains échanges,
Cordialement,
Jérôme Bondu

Voir sur le même sujet le benchmarking des pratiques d'intelligence économique.







geotrend 20 expertsGeotrend a eu l’excellente idée de réunir vingt professionnels de la veille et de l’intelligence économique pour leur faire tester sa solution de cartographie. 
Le résultat est de très belle qualité : des interviews d’une dizaine de minutes, durant lesquelles, ils analysent, dissèquent, réfléchissent à partir des cartographies générées par l’outil d’intelligence artificielle. Les vidéos seront partagées régulièrement sur le web. Et une première, celle d’Alain Juillet, est déjà en ligne.

J’ai été ravi de participer à ce projet. Je suis la « petite voix » (comme dans C’est pas Sorcier ;-) qui a conduit ces interviews. J’ai aussi proposé à Thomas quelques-uns des experts interviewés. Et je me suis aussi prêté au jeu d’analyser une cartographie.

Vous allez pouvoir écouter ces experts commenter les cartographies Geotrend, tantôt sur leurs sujets de prédilection (cybersécurité, influence, droit, captologie, … ) tantôt sur des sujets qu’ils ne connaissaient pas, ou peu. Dans le deux cas, l’exercice consistait à mesurer l’apport de la solution.


Ont été interviewés :

- Alain Juillet, Ancien Directeur du renseignement à la DGSE & Ancien Haut Responsable IE au service du 1er Ministre.
- Christian Harbulot, Directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners / Co-fondateur de l’Ecole de Pensée sur la Guerre Economique.
- Philippe Clerc, Conseiller Expert pour les études et la prospection CCI France & Président de l’Académie de l’Intelligence Economique.
- Jérome Bondu, Directeur Inter-Ligere Consulting 
- christophe deschamps, Consultant & Formateur, OF Conseil, créateur du blog « Outils Froids ».
- François-Bernard Huyghe, Directeur de recherche à l’IRIS & Président de l’Observatoire Stratégique de l’Information.
- Philippe Chabrol, Cnse Co-fondateur du Frenchshield, Directeur pédagogique à l’EEIEEO AFFINIS Conseil / Défe.
- Olivier de Maison Rouge, Avocat spécialisé en IE et en droits des affaires – Co-fondateur de l’Ecole de Pensée sur la Guerre Economique.
- Véronique Mesguich, Consultante, Formatrice & Auteure du livre « Rechercher l’information stratégique sur le web ».
- Thibault Renard, Senior Advisor, CyberCycle & Ancien Responsable Intelligence Economique à la CCI.
- Eric Barbry, Avocat Associé, Racine Avocats & Co-Président de la Commission Juridique de l’Acsel.
- Hervé Bommelaer, Expert Networking & Consultant en Outplacement de Dirigeants.
- Alain Garnier, CEO Jamespot.
- Alfred Huot de Saint Albin, Manager en Cybersécurité, Orange Cyberdefense.
- Patrick Bonnin, Président du cabinet Ozagora conseils & Expert en réponse aux appels d’offres.
- Thierry Lafon, Spécialiste Intelligence Economique & Stratégique, Groupe La Poste.
- Denys Levassort, Président Mind-Mapping-Décision IDECYS & Dirigeant COVALOR L’info-Décision.
- Jean-Baptiste Loriers, Consultant en Intelligence économique chez I2F.
- Adrien Raymond, Doctorant Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & Analyste en Intelligence Stratégique.
- Alizée Guiet, Analyste en Stratégie digitale et Innovation, Suez Smart Solutions

 

Jérôme Bondu

NB : sur le même sujet :
- Cartographie sur la déforestation amazonienne. Carte réalisée avec Geotrend pour EarthWorm.
- Au cœur de la souveraineté numérique : cartographie de Geotrend.   
- Cartographie de liens sur la souveraineté numérique, avec Geotrend (2)



kai fu lee i a la plus grande mutation de l histoireJ’ai lu et apprécie le livre de Kai-Fu Lee : Intelligence Artificielle. La plus grande mutation de l’histoire.

Dans une première partie, l’auteur fait l’éloge de la puissance de la Chine en matière d’Intelligence Artificielle. Il explique que la position prise par la Chine dans ce domaine est liée :
- Aux conditions mises en place par la puissance publique.
- A la culture entrepreneuriale.
- A l’esprit conquérant des entrepreneurs, cet esprit de « gladiateur » acquis par la concurrence féroce qui existe dans l’Empire du Milieu.

Il reconnait que pour l’instant les États-Unis sont leaders dans le domaine. Mais il affirme que cela va changer rapidement.
- Kai-Fu Lee rappelle que si les révolutions (les technologies de rupture) viennent des « génies », leurs déploiements viennent des « bricoleurs », c’est-à-dire des personnes qui savent copier, adapter, déployer cette technologie.
- Pour ce qui est de l’IA, il reconnait que les génies sont actuellement de l’autre côté du Pacifique, dans la Silicon Valley. Mais peu lui importe. Car il souligne que ce dont a besoin le monde aujourd’hui c’est des « bricoleurs ». Or ceux-ci sont en Chine. D’où sa certitude que la Chine sera le prochain eldorado de l’IA.

Concernant l’impact de l’Intelligence Artificielle, il pense que cela sera cataclysmique. Mais plus encore pour les professions intellectuelles que pour les professions manuelles. Il présente p243 deux cadrans : le premier pour les tâches intellectuelles, et le second pour les tâches manuelles.
Chaque quadrant a deux variables : sociabilité (élevé ou faible) créativité/stratégie (élevé ou faible). Cela lui permet de distinguer les métiers dans quatre zones :
- zone de sécurité : ces métiers ne seront pas impactés par l’IA, par exemple les concierges.
- zone de vernis humain : ces métiers seront légèrement modifiés par l’IA, par exemple organisateurs de mariage.
- zone d’infiltration lente : par exemple artiste.
- zone de danger : par exemple radiologue.

Il pense que la Chine va dépasser les États-Unis sur bien des points en matière d’IA. Et ne parle que de ce duopole. L’Europe est quasiment absente de son livre, si ce n’est pour mentionner deux ou trois fois qu’il y a de bons centres de recherche, et citer Yann LeCun.

Dans une seconde partie, rédigée dans un style beaucoup plus personnel et humain, il parle de son cancer et de sa rémission. Il explique que cela lui a fait prendre un énorme recul face aux apports de l’intelligence artificielle. Que cela lui a fait prendre conscience que l’IA ne pourra jamais remplacer l’humain, les notions de familles et d’amour. Cela lui permet d’envisager une coexistence réussie entre l’IA et l’humanité.

Un ouvrage à lire ! C’est un parfait complément des ouvrages précédents que j’ai lus sur l’IA :
-Luc Julia : L’intelligence artificielle n’existe pas.  
-Aurélie Jean : De l’autre côté de la machine
-Cécile Dejoux : Ce sera l’IA et Moi.

On pourra lire aussi la critique du Monde.

Jérôme Bondu





bsmart ecosystème geotrend bonduJ'ai eu le plaisir d'accompagner Thomas Binant, CEO de Geotrend, lors de son interview sur la chaine BSmart - Ecosystème. Le format de l'interview est très court : 7 minutes. Mais le principal est dit.
En substance : Avec la présentation cartographique, la capacité à détecter les liens entre acteurs, la capacité à accéder aux extraits (sources en ligne), la capacité à interroger un moteur de recherche interne à la carte ... et j'en passe ... Geotrend est un outil très intéressant pour la collecte et l'analyse d'informations.

On pourra lire deux précédents billets qui illustrent des utilisations de Geotrend :
- Au cœur de la souveraineté numérique : cartographie de Geotrend
- Cartographie sur la déforestation amazonienne. Carte réalisée avec Geotrend pour EarthWorm.

Le replay est disponible sur Bsmart ou  Youtube.

Bon visionnage,
Jerome Bondu







digimind article

J'ai eu le plaisir d'écrire récemment un article dans le cadre du nouveau "Guide des tendances 2021 en digital, veille, marketing & social média" édité par Digimind. Ce guide compile les points de vue de 35 spécialistes.

- Je développe pour ma part l'idée que les professionnels de la veille sont particulièrement « bien placés » pour bénéficier de la révolution numérique que nous sommes en train de connaitre.
- Mais je m'interroge sur notre capacité à tirer parti de cette révolution de l’information ! En effet, les professionnels de la veille et de l'intelligence économique auraient pu être promoteur d'une utilisation avancée des moteurs de recherche, des médias sociaux, d'outils et d'organisation favorisant l’Intelligence collective, ou plus récemment dans la détection des infox. Or il me semble que notre profession a été atone sur ces sujets. Elle tout cas, elle n’est jamais apparue sur le premier plan.
- La maîtrise de l’IA me semble est une véritable opportunité pour nous. C'est le dernier train à ne pas rater.

En conclusion, il me semble essentiel de tirer la profession vers l’IA. Les plateformes de veille doivent montrer l’exemple. Certaines le font déjà comme Digimind avec AI Sense. Mais c’est toute une profession qui devrait se mobiliser pour gravir cette nouvelle marche. L’avenir peut être passionnant, pour peu que nous nous y préparions convenablement.

L’article complet est à découvrir sur Digimind.
Bonne lecture

Jerome Bondu





IA et moi desjoux

J’ai lu « Ce sera l’IA ou/et Moi » de Cécile Dejoux. L’ouvrage est intéressant pour ceux qui commencent à s’intéresser de près à l’intelligence artificielle.

Les plus du livre

- Le livre est pédagogique, bien structuré.
- L’auteure a fait de très nombreuses interviews et les comptes rendus écrits alimentent son propos. Elle a aussi fait des interviews vidéos qui sont accessibles via des QR codes (par exemple celle de Luc Julia).
- L’ouvrage est un plaidoyer pour s’initier à l’IA. La première partie explique où nous en sommes avec l’IA. La seconde, comment participer à un projet d’IA. La troisième, quelles sont les complémentarités entre l’homme et l’IA.
- Il y a de très nombreuses informations intéressantes, dont je liste quelques éléments ci-dessous.

Quelques extraits pertinents

Quand on installe une IA, il y a trois phases pour l’utilisateur :
- L’émerveillement.
- La prise de conscience que cela ne sera pas si facile, et éventuellement la déception.
- Le réalisme, et le début d’un travail fructueux avec l’IA.

L’Homme va garder certains domaines de compétence : innovation, créativité, capacité à traiter des sujets transversaux, à interpréter des informations complexes, à intégrer une dimension sociale et émotionnelle. Il faut développer adaptabilité, opportunisme et agilité.

Face à la révolution de l’IA qui risque d’être très violente, il y a deux écoles :
- L’une schumpetérienne, qui pense qu’après une phase de destruction des emplois, il y aura de nombreux nouveaux emplois créés.
- L’autre, qui parie sur le revenu universel.

Cécile Dejoux oppose les tenants du transhumanisme aux bioconservateurs. Elle cite Pierre Levy, professeur à Montréal, qui rappelle que les expériences d’IA doivent se faire dans des « bacs à sable » non connectés à internet pour maîtriser les problèmes de viralités.

Elle rappelle les biais classiques dans la mise en place d’une Intelligence Artificielle : biais d’échantillonnage, biais de généralisation, biais de confirmation, biais de corrélation, biais de disponibilité des données.

Elle rappelle qu’un projet sur deux en IA échoue ! Voici les causes principales :
- Le problème ne nécessite pas d’IA pour être résolu
- L’équipe est trop focalisé technique et pas assez usage
- L’équipe n’a pas intégré d’expert métier
- Les données ne sont pas de bonne qualité
- Les méthodes agiles n’ont pas été utilisées
- Les algorithmes ne sont pas interprétables, actionnables, scalables (en bon franglais dans le texte de Desjoux)
- Les résultats coûtent trop cher par rapport aux bénéfices

Elle évoque la société Bridgewater qui a intégré une Intelligence Artificielle dans son conseil d’administration. Elle explique que l’IA n’est pas convaincante dès qu’il y a des ambigüités ou des incertitudes.

Pour l’instant, aux échecs, la machine bat l’homme seul. Mais l’homme aidé de la machine bat la machine !

Les GAFAM utilisent des techniques de neuromarketing :
- Nous culpabiliser de ne pas consulter notre fil d’actualité.
- Une fois que nous sommes sur notre fil, nous inciter à y rester.
- Nous faire ressentir un sentiment de satisfaction quand nous augmentons notre réseau.
- Idem quand nous recevons des notifications.
Elle plaide pour continuer à travailler nos compétences cognitives « Le danger est que sans attention, pas de concentration, pas de réflexion, pas d’approfondissement, pas de mémoire ». Il va falloir déléguer des travaux aux machines sans cesser de travailler notre mémoire.

Tout ceci est donc très positif.

Avant de finir, il y a deux éléments qui m’ont un peu énervé: 

- Certaines interviews vidéos me semblent faites pour un public jeune. Celle de Luc Julia est particulièrement étonnante dans le sens où Cécile Dejoux reformule tout ce qu’il dit. J’aurais aimé qu’elle s’efface plus devant le spécialiste.
- Et même si c’est un détail, j’ai été choqué par la multitude d’anglicismes. Pas pour l’emploi de deep learning ou machine learning, comme je l’ai fait plus haut, et qui sont quasi incontournables. Mais pour tout le reste. Exemples : Elle utilise pattern (même pas en italique comme il est d’usage pour des mots étrangers) pour modèle. Social ranking pour parler du crédit social en Chine. Entrepreneurship pour entrepreneuriat … alors même que Georges Bush a été la risée du monde économique pour avoir dit que les Français n’avaient pas de mot pour désigner un « entrepreneur ». Road map, feed back, design thinking … peuplent les pages. La phrase la plus caricaturale est sans doute (attention je cite) : « engager une démarche bottom-up de personnalisation en fonction des projets en utilisant les POC (Proof of concept) et le test and learn pour identifier les obstacles… » Mais pourquoi tant de haine du français ? Et je pense que c’est dramatique. Ainsi quand elle s’ingénie à utiliser l’expression Natural Language Processing (NLP) au lieu de Traitement Automatique du Langage naturel (TAL) elle incite les lecteurs à intégrer l’expression anglaise. Ces derniers ne feront aucune recherche sur l’expression française, et ne seront donc pas renvoyés aux acteurs tricolores du domaine. C’est donc un vrai manque de visibilité pour la recherche et l’entrepreneuriat français dans le domaine.
Fermons cette parenthèse linguistique. Le livre de Cécile Dejoux est à lire pour comprendre pourquoi et comment nous devons nous sensibiliser à l’Intelligence Artificielle et prendre en main cette révolution. J’ai beaucoup appris.

IA et moi

Jérôme Bondu

On pourra lire d’autres billets sur l’intelligence artificielle :
- On lira le livre de Luc Julia, « L'intelligence artificielle n'existe pas », pour avoir une présentation de son parcours, et de la réalisation de SIRI.
- On lira le livre d’Aurélie JEAN « De l’autre côté de la machine » pour comprendre qu’une IA peut se tromper et que la compréhension des biais algorithmiques est essentielle.
- On pourra lire La guerre des intelligences, de Laurent Alexandre, pour avoir une vision polémique des impacts de l’IA.
- On pourra visionner « Au cœur de la souveraineté numérique » cartographie réalisée avec Geotrend (outil de recherche qui utiliser l’IA et notamment le TAL).

 




Dans mon billet d’hier, j’évoquais le sondage que j’ai mis en place il y a quelques mois sur la perception de l’intelligence artificielle par les professionnels de l’intelligence économique. Vous pouvez toujours y répondre pour affiner les résultats. Il n’y a pour l’instant que 31 répondants, ce qui est plutôt faible, mais permet déjà de déterminer des tendances. Je précise que l'on peut y répondre de manière anonyme et que le sondage ne prend pas plus de 3 minutes.

On se rend compte que les professionnels de l'IE / veille n'ont pas encore pris la mesure de l'IA et qu'ils sont globalement plutôt passifs.

Voici les résultats :

Intelligence économique intelligence artificielle sondage 1

Intelligence économique intelligence artificielle sondage 2

Intelligence économique intelligence artificielle sondage 3

Intelligence économique intelligence artificielle sondage 4

Intelligence économique intelligence artificielle sondage 5

Intelligence économique intelligence artificielle sondage 6

 

Sur le même sujet
Compte rendu : Table ronde Intelligence Artificielle et Intelligence Economique.
A lire : L’intelligence artificielle n’existe pas, de Luc Julia.
A lire : "De l’autre côté de la machine" d’Aurélie JEAN.
Mooc : Objectif IA : initiez-vous à l'intelligence artificielle. Openclassrooms.





Assises IE 2020 annonce

Très beau programme pour les Assises Africaines de l'Intelligence Economique 2020.
L'événement est programmé pour le mardi 15 décembre 2020 de 9h à 18h30 (GMT) en wébinaire.
J'aurai le plaisir d'y intervenir dans le cadre de la table ronde “Intelligence Economique et Intelligence Artificielle, le cas de la Côte d’Ivoire”, co-organisée par Inter-Ligere. Cette table ronde est programmée en cloture de 17h à 18h30 (GMT) [attention de 18h00 à 19h30 heure de Paris]. J'ai proposé à François Jeanne-Beylot  la tenue de cette table ronde tant le sujet me parait essentiel.

Interviendront à la table ronde Intelligence Artificielle et Intelligence Economique

- Emmanuel Esmel ESSIS*, Ministre de la Promotion de l’Investissement Privé de Côte d’Ivoire
- Ibrahima KONE, Administrateur Directeur général chez Quipux
- Mbaye Fall DIALLO, professeur à l’Université de Lille, Membre du Conseil Présidentiel pour l’Afrique auprès de l’Elysée.
- François JEANNE-BEYLOT, Gérant fondateur de la société Troover InMédiatic, Secrétaire Général des Assises Africaines de l’IE.
- Jérôme BONDU, Directeur du cabinet de conseil Inter-Ligere

L'inscription à la table ronde (et à l'ensemble des assises) est ouverte (et obligatoire) !

Bravo à François JEANNE-BEYLOT pour ce gigantesque travail d'organisation des Assises ! Pour être moi-même organisateur de conférences dans le cadre du Club IES, je mesure à quel point ce travail demande du temps, de l'énergie et de l'agilité.

Pour plus d'information sur les assises, consulter le site dédié.

 

Programme complet de la journée

9h00 - 10h30 (GMT) : Wébinaire - Table-ronde
“L’intelligence économique en Tunisie”
Hichem EL PHIL*, Consultant en Intelligence Economique, Membre du CAVIE Tunisie
Kais MEJRI*, Directeur Général de l’Innovation et du Développement Technologique – Ministère de l’Industrie et des PME
Mounir MOUAKHAR, Président de Président de la CCI de Tunis, Président de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones
Kais SELLAMI, Président de la Fédération nationale du numérique (UTICA)
        
10h45 - 12h15 (GMT) : Wébinaire - Table-ronde
“Souveraineté économique africaine à l’heure du COVID 19”
Peer de JONG, Co-fondateur et senior vice-président de l’Institut THEMIIS
Omar SEGHROUCHNI, Président de la Commission Nationale de contrôle de la protection des Données à caractère Personnel et de la Commission du Droit d’Accès à l’Information du Maroc
Eric ADJA, Président de l’Agence Francophone pour l’Intelligence Artificielle
Babacar DIALLO, Directeur Général de l’Ecole Panafricaine d’Intelligence Economique et Stratégique de Dakar
        
13h30 - 15h00 (GMT) : Wébinaire - Table-ronde
“Intelligence économique en Afrique”
Pierre Michel NGUIMBI, Directeur de Veille Economique au Conseil National de Sécurité de la République du Congo
Akré Salomon BIEFFO, Directeur de la planification des études et de la statistique du Centre de Promotion et des Investissements de Cote d’ivoire
Ali MOUTAIB*, Directeur des programmes, EGE – Ecole de Guerre Economique campus Rabat
Philippe CLERC, Président de l’Académie de l’Intelligence Economique
        
15h15 - 16h45 (GMT) : Présentation d’initiatives africaines en intelligence économique
Pitch de 10 minutes par initiative
Atlas de l’intelligence économique en Afrique par François JEANNE-BEYLOT, Gérant fondateur de Troover et Khady DIAGNE, consultante Troover-InMédiatic
Manuel africain de l’intelligence économique par Stéphane MORTIER, Intervenant à l’École de Criminologie à l’Université de Lubumbashi, Expert Intelligence économique et cybersécurité
Club OSINT Afrique / Diaspora par Alain TIBA, économiste d’entreprises et de marchés, Fondateur du cabinet Best Intelligence et du Club
Club Afrique de l’AEGE, l’Association des Anciens élèves de l’Ecole de Guerre Economique par Valérie HOUFOUET BOIGNY, spécialiste en Intelligence économique, Responsable du Club
CIberObs, Observatoire du Cyber en Afrique par Franck KIE, Fondateur et Président de l’Observatoire, Expert en cyber sécurité
Formation e-learning en IE, par Benoit MAILLE, Chargé de mission IE international CCI Paris
Débat Africain d’intelligence économique par Loukman KONATE, Gérant Afribos, Consultant-Formateur en intelligence économique et en veille
Institut National  d’Intelligence Stratégique par Patrice PASSY, conseiller en Intelligence économique
        
17h00 - 18h30 (GMT) : Wébinaire - Table-ronde
“Intelligence Economique et Intelligence Artificielle, le cas de la Côte d’Ivoire”
en partenariat avec Inter-Ligere
Emmanuel Esmel ESSIS*, Ministre de la Promotion de l’Investissement Privé de Côte d’Ivoire
Ibrahima KONE, Administrateur Directeur général chez Quipux
Mbaye Fall DIALLO, professeur à l’Université de Lille, Membre du Conseil Présidentiel pour l’Afrique auprès de l’Elysée.
François JEANNE-BEYLOT, Gérant fondateur de la société Troover InMédiatic, Secrétaire Général des Assises Africaines de l’IE.
Jérôme BONDU, Directeur du cabinet de conseil Inter-Ligere
* : en attente de confirmation
    
Au plaisir de vous y retrouver,
Jérôme BONDU

Ci-dessous, les partenaires des Assises ...

Assises IE 2020


Pour plus d'information sur les assises, consulter le site dédié.
L'inscription à la table ronde (et à l'ensemble des assises) est ouverte (et obligatoire) !




geotrend IA souveraineté numérique 5 carte globale


Suite à mon premier test avec Geotrend (voir la carto), j’ai voulu refaire une évaluation mais cette fois-ci en maitrisant les sources. Pour cela, j’ai fait une requête initiale dans Google, pour récupérer des liens pertinents, puis les injecter dans Geotrend, afin de comparer les cartes. Voyons d’abord la méthodologie et ensuite les résultats.

A- Méthodologie

1/ Requête
J’ai repris la requête réalisée lors du premier test sur la souveraineté numérique. J’ai donc recherché dans Google : "souveraineté numérique" OR "autonomie numérique" OR "indépendance numérique" OR "autosuffisance numérique". Le problème est que j’obtiens 193 000 résultats

J’ai refait une requête plus ciblée : intitle:"souveraineté numérique" OR intitle:"autonomie numérique" OR intitle:"indépendance numérique" OR intitle:"autosuffisance numérique" sur l’année écoulé. Google présente 361 résultats, mais seules les deux premières pages s’affichent avec 160 résultats.

geotrend IA souveraineté numérique 1


2/ Scrapping
Le problème est que les liens n’apparaissent plus en clair. Il faut donc scrapper les pages de résultats. J’ai utilisé SEOQuake et obtenu le tableau suivant (capture ci-dessous)

geotrend IA souveraineté numérique 3 excel

3/ Intégration
Il m’a suffi, enfin, de faire un copier-coller des 177 URL dans Geotrend.
L’outil détecte les URL qu’il ne crawl par (Facebook, Twitter, Amazon, Fnac,…) que j’ai enlevé manuellement.

geotrend IA souveraineté numérique 4 intégration

Au final, après vérification, Geotrend a analysé environ 80 URL sur les 177 injectés. Les pages non prises en comptes présentaient divers souci (erreur 404 par exemple). Mais le panel utilisé reste intéressant. En tout cas pour mon test.


B- Description des résultats

Inkedgeotrend IA souveraineté numérique 5 carte globale 2

On retrouve les trois mêmes regroupements que sur la carte précédente (voir ici):
1- Autour des GAFAM et BATX
2- Des structures de santé + institutionnels
3- D’OVH

4- Mais, surprise ... apparait un nouveau groupement avec les acteurs allemands de Gaïa-x. Intéressant !
Je me suis néanmoins demandé pourquil ils formaient un groupement un part ! J'ai trouvé la réponse dans l'article qui les cite. Cet article mentionne OVHcloud et non OVH. Or Geotrend n’a pas fait le rapprochement entre ces deux structures. D'où le fait que ce groupement soit à part et non rapproché d'OVH.
Est-il possible de fusionner manuellement deux acteurs (par exemple OVH et OVHcloud) ? J'ai posé la question aux équipes techniques. Sans dévoiler de secret d’Etat, les équipes techniques travaillent dessus ;-)

Des acteurs peu importants apparaissent. Cela est dû au faible nombre d'URL analysées (80). La présence de certain acteurs est surpondérée. Ce ne serait pas le cas avec plus d'URL pertinentes.

Finalement, la cartographie est remarquablement similaire à la précédente (voir ici).

Conclusion : Faire une requête dans Geotrend permet une analyse sémantique puissante, basée sur leur solution d’intelligence artificielle, de dizaines de pages issus de résultats Google ! Ceux qui sont à la recherche de gain de productivité devraient à s’intéresser sérieusement à Geotrend !

Jérôme Bondu





J’ai testé l’outil Geotrend.
Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c’est un outil de recherche et de veille sur le web, qui cartographie les résultats, et qui utilise une solution d’intelligence artificielle pour catégoriser les acteurs et les liens entre eux. Il présente les résultats sous différentes formes : cartographie d’acteurs, qui est la plus intéressante, mais aussi tableau de bord, liste des documents, carte géographique, nuage de mots, noms de domaine et chiffres clés. Pour cet article, je me suis surtout intéressé à la cartographie. Voici les résultats d’une recherche sur la « souveraineté numérique », domaine auquel je m’intéresse.

Voici la première carte générée par l’outil après ma requête "souveraineté numérique" OR "autonomie numérique" OR "indépendance numérique" OR "autosuffisance numérique". 830 documents ont été analysés.
Dans un premier temps je vais faire une description des résultats.
Puis une analyse.

Description des résultats

 Geotrend intelligence artificielle 1


Si la carte a globalement la forme d’un cœur (qui m’a permis un petit jeu de mots dans le titre) c’est le pur hasard. À chaque nouvelle connexion à la plateforme, la répartition change en fonction des nouvelles analyses de l’outil.

On distingue trois groupements : le premier centré autour de Google

Geotrend intelligence artificielle 2

 
Google est fortement cité avec les entreprises technologiques américaines et chinoises GAFAM et BATXH. La couleur rouge des liens signifie que l’outil a détecté qu’elles sont concurrentes entre elles. Google a la plus grosse bulle, car il est le plus cité dans le corpus de texte. La présence d’Emmanuel Macron, de Cédric O et de Trump (en bas à droite) dans cette nébuleuse signifie qu’ils sont fortement cités avec ces entreprises.  Le lien vert entre Google et Orange signifie une relation partenariale. En cliquant sur ce lien, une fenêtre s’ouvre dans l’application avec les documents qui ont permis de catégoriser ce lien. Cf capture ci-dessous.

Geotrend intelligence artificielle 3
 

Un deuxième groupement est centré autour d’Orange.

Geotrend intelligence artificielle 4

 
 On y trouve des acteurs essentiellement français (ce qui n’est pas étonnant, car ma requête était en français). On y trouve beaucoup d’organismes, comme le CNRS, l’Inserm, le Loria, le Cispa, l’Inria, l’ANSSI. Et des entreprises : Orange, Dassault et Cap Gemini. Ainsi que l’Allemande Deutsche Telekom et Nokia.

 

Un troisième groupement gravite autour d’OVH. On y trouve, OVH, OVH Cloud, Octave Kabla et Michel Paulin, respectivement fondateur et directeur d’OVH, ainsi que Gaia-X auquel participe OVH. Le moteur de recherche Qwant est présent de manière périphérique.


Il est possible d’appliquer de nombreux filtres. Dans la capture ci-dessous, j’ai sélectionné uniquement les personnes.

Geotrend intelligence artificielle 6
 

Si l’on clique sur un acteur, comme Pierre Bellanger, on voit les autres personnes citées avec lui dans le corpus de texte (capture ci-dessous).


 Geotrend intelligence artificielle 7

Interprétation des résultats

Voici quelques pistes d’analyse des résultats.
- Nous voyons clairement deux types d’acteurs : des entreprises privées américaines et chinoises (GAFAM et BATXH) et des organismes français (CNRS…).
- Le lien entre les acteurs français est lié à la santé, et plus particulièrement à l’application StopCovid, dont le cahier des charges contient des éléments sur le respect de la souveraineté numérique. Le projet regroupe l’Inria, l’ANSSI, Capgemini, Dassault Systèmes, l’Inserm, Orange, Santé Publique France et Withings.
- L’autre sujet qui ressort le plus, est le cloud, autour d’OVH. La question du moteur de recherche, qui a un temps agité le landerneau, est devenue (à l’heure où j’ai fait ma requête) périphérique. Qwant n’ayant pas réussi à s’affranchir de Bing.
- Les personnes les plus impliquées sont des politiques, et non des industriels : les plus visibles sont Emmanuel Macron, Bruno Le Maire, Cédric O et Thierry Breton, … Mis à part le charismatique patron d’OVH (Klaba), et quelques autres, on est étonné de ne pas voir figurer les noms des patrons d’Orange ou de Dassault. Ils ne sont pas en première ligne. On pourrait en déduire que la souveraineté numérique n’est pas en haut de leur agenda.

 

Conclusion : Examen de passage réussi brillamment pour Géotrend :-)
Il me semble que l’outil a très bien réussi à traduire les positions des acteurs. Je vais tester d’autres requêtes et faire d’autres analyses. À suivre …