Print

Il y a désormais 3 entreprises chinoises, parmi les 5 plus grosses capitalisations du monde, devant deux groupes américains. Côté Chine on compte PetroChina en 2ème position, China Mobile (4ème), et la banque ICBC (5ème). Exxon Mobil reste numéro un, et General Electric passe en troisième position. Microsoft est en 6ème position.

Qu'en disent les analystes ? Cette présence est surtout révélatrice de leur survalorisation. Seules deux d'entre elles sont présentes au sein des 50 plus gros chiffres d'affaires mondiaux, selon les données Bloomberg. La Tribune explique ce phénomène par  « une intense spéculation sur leur devenir, mais aussi le résultat d'une (folle) exubérance de la part des investisseurs chinois sur leur propre place de cotation ».

Cette "bulle spéculative" n'est pas sans en rappeler une autre qui est en train de gonfler artificiellement la valeur de certaines sociétés. Facebook a ainsi été valorisé 15 milliards des dollars par un récent achat de 1,6% de ses actions par Microsoft (6ème  capitalisation au monde). Facebook est une PME de 300 personnes, qui a réussi à attirer environ 50 millions de visiteurs uniques (données de Libération) sur son "réseau social".

Amusons-nous à un calcul simple : si l'on divise la valorisation (15 000 millions) par le nombre de visiteurs uniques (50 millions) on arrive à la conclusion que chaque visiteur unique est valorisé 300 dollars !! Or même avec des tombereaux de publicités ultra-ciblés, il s'en faudra du temps pour que cette valorisation du visiteur unique soit atteinte. André Lévy-Lang* signe une très belle page dans la Tribune du 26 octobre, dans laquelle il s'interroge sur le juste prix du visiteur unique. Il rappelle que cette anticipation du marché sur des ventes publicitaires illimitées a été à l'origine de la bulle de la téléphonie mobile des années 90, puis de la première bulle internet ?

En attendant, n'hésitez pas à venir voir mon profil dans Facebook !
http://www.facebook.com/profile.php?id=586327507 **. Je ne compte absolument rien n'y acheter, par contre j'y annonce la prochaine conférence du Club IES. Si je peux, moi aussi, profiter de cet engouement, je ne vais pas me priver ;-)

Jérôme Bondu

 * Ancien président de Paribas
 ** Il faut être enregistré pour pouvoir consulter les profils.