Print

defendiJe recommande le livre de David Defendi « L'arme à gauche ». C’est son premier livre, édité en 2008 par Flammarion.

On lit en 4ème de couverture :
« L’arme à gauche - Secrets d’État. Comment les services secrets français ont infiltré la Gauche prolétarienne des Benny Levy et Jean-Paul Sartre, Olivier Rolin, Serge July et André Glucksmann après les événements de Mai 68. Un document inédit sur la vie de deux agents de la DST pris dans les soubresauts de la révolte. Meurtre de CRS, faux attentats avant les élections, manipulation de l’extrême gauche, renaissance de l’antisémitisme, les coulisses sombres de la Ve République. »

------------------------------------------

L’auteur raconte l’histoire de son père (qu’il renomme Goldoni dans l’ouvrage), qui a rejoint un peu par hasard la DST, et qui va se retrouver au centre des opérations de manipulation de l’après mai 68. Goldoni va retourner un activiste de gauche, Denis Mercier, et va en faire un des informateurs les mieux placés auprès du groupe d’extrême gauche maoïste « La gauche prolétarienne » (GP). L’ouvrage est passionnant parce qu’il montre les influences et manipulations en cours à l’époque. Mais aussi parce qu’il montre les états d’âme des deux protagonismes (Goldoni et Mercier) et de leur entourage.

Un des passages les plus troublants réside dans l’action de la DST pour favoriser les attentats maoïstes, dans le but minimiser le vote à gauche, et maintenir la droite au pouvoir. L’auteur présente le ministre de l’intérieur Marcellin comme l’artisan de cette politique du pire.

David Defendi évoque aussi très rapidement une réunion entre Pierre Goldman (le frère du chanteur) et les dirigeants de la GP, en soulignant que cela aurait pu être le point de départ d’actions révolutionnaires. On pourra écouter Roger Gicquel parler de l’affaire Pierre Goldman dans cette archive de l’INA.

Pour creuser un peu le sujet, j’ai été sur la page wikipedia de la Gauche Prolétarienne. Et j’y ai retrouvé Christian Harbulot qui a été militant de la Cause du peuple (l’organe de la GP) à Nancy.

Le style du livre est parfois étonnant, avec des phrases sans verbe. Nous sommes parfois assez près de vers libres. Et c’est plutôt agréable. La vision de l’auteur est néanmoins contestée par un des leaders de la GP, Olivier Rollin. L’article de Media Part est payant. On pourra écouter l’auteur parler de son livre   via Rue 89.

Pour conclure, c'est une lecture très intéressante sur un pan méconnu de l'histoire récente.

Jérôme Bondu