Print

renseignement et espionnage pendant l antiquite et le moyen age2xJ’ai lu Renseignement et espionnage pendant l’antiquité et le Moyen Âge. Eric Denécé et Patrice Brun ont réuni 23 contributeurs pour cette somme de plus de 500 pages.  Eric Denécé est une figure bien connue des praticiens de l’intelligence économique.
 
Voici ce qu’en dit la 4e de couverture :

---------------------------------
Dès la plus haute Antiquité apparaissent de nombreuses preuves de l'existence d’organisations de renseignement dans toutes les grandes civilisations : au Moyen-Orient (Mésopotamie, Égypte, Perse), en Extrême-Orient (Inde et Chine) et en Europe (Grèce, Carthage et Rome). L'espionnage est attesté par des textes nombreux : la Bible ; les inscriptions des temples de Louxor ; les récits d’Hérodote et ceux des historiens romains ; et les deux plus anciens traités de stratégie au monde : L’Arthasastra de Kautilya (Inde) et L’Art de la Guerre de Sun Tse (Chine).
Au Moyen Âge, les pratiques du renseignement se pérennisent, notamment dans l’Empire byzantin et en Chine. Les Vikings y recourent systématiquement lors de leurs raids, tout comme les Normands pour la conquête de l’Angleterre. Pendant les Croisades, l’espionnage est pratiqué tant par les royaumes chrétiens que musulmans, comme pendant la guerre de Cent Ans. Les opérations clandestines s’observent également dans la péninsule ibérique lors de la Reconquista, dans l’Amérique préhispanique et au Japon, avec les mystérieux ninjas.
Ainsi, tout au long de l’Antiquité et du Moyen Âge, principautés, royaumes et empires qui s’affrontent pour la domination du monde conduisent des actions secrètes qui comportent tous les volets de l’espionnage moderne : espionnage, contre-espionnage, écritures secrètes, interception des courriers, assassinats ciblés... Ce sont quelques-uns des plus beaux épisodes de l’histoire du renseignement de l’Antiquité et du Moyen Âge que ce livre propose au lecteur.

---------------------------------

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié :
- La découverte des pratiques d’espionnage en Mésopotamie et dans l’Égypte pharaonique.

- Si on connait tous Sun Tzu, on connait beaucoup moins les pratiques dans l’Inde ancienne, et à ce titre, l’article de Julie Descarpentrie est passionnant. Elle présente le stratège Kautilya du IVe siècle av. J.-C..

- On s’imagine facilement les Vikings en barbares sanguinaires, alors qu’ils étaient aussi des marchands avisés et avaient des systèmes de collecte d’informations remarquables.

- Il en va de même pour Guillaume le Conquérant qui n’a pu conquérir l’Angleterre qu’en masquant ses préparatifs et en préparant minutieusement son débarquement. Il avait des informateurs au plus près de la cour du roi d’Angleterre.

- L’article « Renseignement et contrôle des croyants en islam » est passionnant. L’auteur, Abderrahmane Mekkaoui, après avoir pris des précautions oratoires qui en disent long sur les risques d’apostasie qui pèsent sur les chercheurs en islam, dévoile des facettes totalement passionnantes de l’islam des premiers temps. Il présente notamment Waraqa ibn Nawfal , le cousin de la première femme de Mahomet, Khadidja, et qui était prêtre chrétien - ébionite. Les mariages étant claniques, il est impensable que Mahomet, époux de la très riche Khadidja, soit d’une autre religion qu’elle. En outre, Waraqa ibn Nawfal, tout comme la première fille de Mahomet, Zineb, ont eu un enterrement selon le rite chrétien. Preuve complémentaire avancée par l’auteur. Il explique que l’influence de Waraqa ibn Nawfal a été très importante sur Mahomet qui était destiné à diriger la communauté ébionite de la Mecque. Je cite p336 « Pendant plusieurs années, il [Waraqa ibn Nawfal] forma le jeune Mahomet et le prépara à lui succéder à la tête de la communauté ébionite de la Mecque ». Le reste de l’article parle bien sûr d’espionnage. Mais cette première partie d’article est passionnante.

- Les articles sur les « espies » dans la France du Moyen-Age étaient un peu trop pointus pour moi, et j’avoue honteusement que je les aie en partie survolés.

Pour conclure, le livre est intéressant. On plonge dans près de 5000 ans d’histoire sous un angle tout à fait novateur. C’est la première publication du CF2R que je lis. Et je suis partant pour acheter le second tome qui devrait suivre ce premier opus.

Jérôme Bondu