renseignement


J’ai lu un exemplaire de la revue Prospective et Stratégie sur le thème du Renseignement (merci : Nicolas). L’occasion de creuser un peu le sujet.
Les auteurs sont bien connus du monde de l’intelligence économique : Nicolas Moinet, Franck Bulinge, Olivier de Maion Rouge, Christian Harbulot , Eric Delbecque, Ali Laïdi, Vincent Desportes. Il n’y a que deux auteurs que je ne connais pas : le préfacier Fabrice Roubelat. Et Yannick Pech qui est doctorant. Ce numéro est très bien conçu avec des résumés en français et en anglais de chaque article.

Voici quelques notes de lecture tout à fait parcellaires, subjectives et personnelles.

Nicolas Moinet pointe les disfonctionnements du cycle de l’information, et propose un autre axe de réflexion basé sur le couple paralysie-agilité.

Franck Bulinge part, lui, du dysfonctionnement dans la traque du terrorisme radicalisé. Il propose de nouveaux angles d’analyse.

Olivier de Maison Rouge évoque lui un angle mort du renseignement : la sécurité économique. Il présente un schéma très intéressant (p50) de ce qui pourrait être une organisation de l’IE en France. Il imagine une Agence Nationale de la Sécurité Economique et de l’Intelligence Stratégique (ANSEIS) sur le modèle de l’ANSSI.

Christian Harbulot fait une analyse historique passionnante du développement de l’IE en France. Il pose directement la différence entre souveraineté et puissante. La souveraineté est souhaitable. La recherche de puissance est plus problématique et peut déboucher sur des externalités négatives. La confusion entre ces deux concepts fait qu’en France, le refus de puissance entraine malheureusement un refus de la souveraineté.
Il promeut le concept de renseignement économique, pour des questions de sécurité, et en intégrant des notions de souveraineté et de puissance.

Eric Delbecque insiste sur l’importance de l’anticipation, dynamique sacrifiée sur l’autel des logiques de sécurité.

Yannick Pech explique que le monde du renseignement n’a pas encore pleinement intégré la dimension cyber. Il rappelle entre-autre ce que l’on peut faire avec les Google dorks dans le cadre du Google hacking ou l’utilisation de Google Map pour faire évader un prisonnier. Il invite à développer le renseignement d’origine sources ouvertes (ROSO / OSINT) à partir du cyber. Il évoque la naissance du ROMESO renseignement d’origine médias sociaux.


Ali Laïdi, toujours aussi passionnant, explique que le renseignement américain c’est toujours renforcé depuis Reagan jusqu’à Trump.

Dans un entretien avec Nicolas Minet, Vincent Desportes explique les composantes de la stratégie.

Un dossier intéressant à lire, qui malgré son titre parle pratiquement autant d’intelligence économique que de renseignement. Ce sera utile à tous les professionnels de la veille et de l’IE.

Jérôme Bondu