Lors de la conférence de François Werner au Club IES, les arnaques à la Nigériane ont été évoquées.
Un article 01Net * annonce les premières condamnations en France pour ce type d'escroquerie.

Quatre personnes ont écopé de peines de prison pour avoir extorqué 200 000 euros à plusieurs victimes avec cette méthode (aussi appelée spam nigérian ou scam 419). Et d'autres affaires similaires pourraient être jugées.

L'article rappelle que « l'arnaque a rapporté en tout 200 000 euros, extorqués à plusieurs personnes dans différents pays, dont un retraité vendéen. C'est son affaire qui était jugée, lundi 24 septembre, par le tribunal correctionnel de la Roche-sur-Yon, et qui a abouti pour la première fois dans l'Hexagone à des condamnations à des peines de prison, pour ce que l'on appelle le spam nigérian. Cinq personnes comparaissaient pour « escroquerie en bande organisée ». Deux ont écopé de cinq années de prison ferme, une de trois ans et la quatrième de dix-huit mois avec sursis. Le cinquième membre a été relaxé. »

Le procédé est simple. Une bande organisée propose à des « crédules » d'envoyer des sommes d'argent pour faire sortir (généralement d'Afrique) des sommes mirifiques (17 millions de dollars).

On peut être étonné que ce genre d'arnaque marchent encore. « Selon le Commissaire principal Yves Crespin, chef de la Brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information (Befti, qui dépend de la Police Judiciaire) ** , le spam nigérian trouve toujours des victimes, car il joue sur certaines cordes efficaces, comme « le besoin d'affection » (les e-mails envoyés savent jouer de ce registre) ou « le désir d'argent immédiat ». Et il ajoute qu'en général les victimes ne déposent plainte que dès lors qu'elles ont été flouées de grosses sommes, de l'ordre de 15 000 euros. »

En cas de doute sur la réception de mails suspects, il ne faut hésiter à utiliser les services (gratuits) de l'excellent site de détection d'arnaque (hoax en anglais) http://www.hoaxbuster.com/

En outre, si vous êtes victime d'une malveillance informatique, voici les service d'Etat auprès de qui vous pouvez vous adresser en France :
- La Brigade d'Enquêtes sur les Fraudes aux Technologies de l'Information
- La Direction de la Surveillance du Territoire
- La gendarmerie nationale
- L'Office Centrale de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication
Le Clusif fournit des précisions utiles sur ces organismes ainsi que leurs coordonnées : https://www.clusif.asso.fr/fr/production/cybervictime/

Jérôme Bondu

Source :
* Article de Philippe Richard, 01net., posté le 26/09/2007
 http://www.01net.com/editorial/359992/premieres-condamnations-en-france-pour-une-arnaque-nigeriane-/