Dans un précédent post "Nous sommes assis sur un tas d'or"* je questionnais les conséquences de la pénurie de denrées agricoles dans un monde toujours plus peuplé. Et avançais que la France, second exportateur mondial, avait une carte à jouer.

Les Echos consacrent cinq jours d'enquête sur le sujet, à commencer par un article aujourd'hui sur le "Blé : le monde risque-t-il la pénurie ?" **.

On peut lire en exergue "Depuis un an, les cours des matières premières agricoles - blé, riz, soja, lait, maïs - flambent. Croissance démographique et économique forte, changement d'habitudes alimentaires, essor des biocarburants et aléas climatiques : une multitude de facteurs tirent les prix vers le haut. Ainsi, depuis l'automne 2006, le prix du blé, céréale universelle, a doublé. La demande excède la production, les stocks sont au plus bas... La pénurie menace-t-elle ?"

L'article mentionne notamment la recherche de nouveaux « greniers », et les espérances mises dans les terres de l'Est de l'Europe, qui pourrait être un nouvel eldorado en raison de leur bonnes qualités.

A affaire à suivre.
Jérôme Bondu

* http://jerome-bondu.over-blog.com/article-13001105.html
** http://www.lesechos.fr/journal20071022/lec1_enquete/4636476.htm