Skip to main content
Géopolitique

Faire des régions fortes, ce n’est plus affaiblir la France

By 16 novembre 2007No Comments

La distance parcourue en « une journée à cheval » est-elle un bon critère administratif ? A cette question, on a envi de répondre « plutôt non », ? et pourtant.

C'est sur ce critère que le gouvernement révolutionnaire délimita la taille des départements. La frontière de ces nouvelles entités administratives était fixée de telle façon qu’il devait être possible de se rendre en moins d’une journée de cheval au chef-lieu, depuis n’importe quel point de leur territoire !

Derrière la création des départements, il y avait aussi l'idée de modifier la carte des provinces d'ancien régime, dans le but d'assoir la légitimité de Paris, et d'imposer partout le parler « français ». Le cas de la Bretagne est emblématique, avec par exemple le rattachement de la ville de Nantes au département Loire-Atlantique et à la région Pays de la Loire. Remettons-nous dans le contexte. Cela se passait à une époque la centralisation était plus un v?u qu'une réalité. Les dialectes régionaux étaient pratiqués par tous, et le français, compris d'une majorité, mais peu usité. Affaiblir les provinces était vu comme un « mal nécessaire » pour renforcer l’Etat central, et donc la France ! …  Mais revenons à nos chevaux.

Si ce critère put être pertinent, à une époque ou les déplacements se faisaient effectivement à cheval, il ne l'est plus aujourd'hui. Et on sait que ce « niveau » administratif, entre la commune et la région, pose maintenant plus de problème qu'il n'en résout.

A moins de préférer l'immobilisme au mouvement, on peut raisonnablement envisager des évolutions dans ce domaine. Et il serait légitime de se demander, quels sont les critères importants à notre époque (et à l'avenir) pour délimiter les territoires français. Si la taille « régionale » semble être appropriée dans le cadre d'une intégration européenne, on pourrait profiter de ce remaniement pour faire quelques aménagements.

Faires des régions fortes, ce n'est plus comme par le passé affaiblir l'Etat central.
Faire des régions fortes, c'est maintenant renforcer la France.

Jérôme Bondu

Leave a Reply

Clicky