carto

Dans le cadre de ma dernière intervention à Centrale Lille sur l’intelligence économique, j’ai proposé un petit TD avec l’outil de cartographie Gephi. Les étudiants ont choisi d’analyser l’utilisation des termes liberté, égalité et fraternité dans la presse. Je vous propose dans ce billet de voir le mode opératoire, les résultats, et pour finir les biais méthodologiques.

Mode opératoire :
Les étudiants ont interrogé G$$gle Actualité avec trois requêtes complexes sur le modèle :
 intitle:liberté intitle:politique OR intitle:société
Avec un filtre temporel de mois d’un an. Et une subtilité supplémentaire dont nous parlerons plus bas.
L’idée d’imposer les mots « politique » ou « société » visait à s’assurer qu’il s’agisse d’articles dans le champ du politique ou du social. Sinon, nous allions être submergé par des articles non pertinents comme par exemple des résultats sportifs : « égalité lors du match entre le club truc et machin ».
(nb : ceux que cette requête laissent perplexes doivent de toute urgence consulter la formation sur les techniques de recherche ;-)

Nous avons ensuite compilé les résultats des trois requêtes dans un tableur.
Puis avons intégré les données dans Gephi.

Résultats :
Comme on peut le voir très facilement sur le graphe :
-Le mot « liberté » est le plus présent dans les titres des articles (79 occurrences).
-Le mot « égalité » est le second plus présent avec 56 occurrences.
-La « fraternité » est le parent pauvre avec seules dix petites occurrences.

Le Monde utilise plus le mot égalité dans ses titres, tandis que Le Figaro utilise plus le mot liberté.
Parmi les rares journaux qui ont significativement utilisé le mot fraternité dans leurs titres, on trouve La Croix, Famille Chrétienne et l’Agence Bretagne Presse…

Sur la période écoulée, DNA, l’Obs, Le Parisien, … n’ont jamais utilisé le mot égalité dans les titres.
Inversement RTL, France Inter, La Voix du Nord, L’Alsace, … n’ont jamais utilisé le mot liberté.

Une surprise :
liberté politiqueNotre travail de requêtage nous a amené à découvrir une source d’information assez cocasse : « La Fondation de service politique » a qui littéralement submergé nos premiers résultats. Cette fondation a réussi à « tromper » les algorithmes de Google dans le sens où une de ses rubriques s’intitule « liberté politique ». Et avec notre requête intitle:liberté intitle:politique OR intitle:société nous tombions sur 1600 résultats provenant de cette source, sur un total de 2200 résultats en tout ! A tel point que nous avons dû l’exclure purement et simplement avec la requête :
Intitle:liberté intitle:politique OR intitle:société -site:libertepolitique.com


Biais :
Pour finir ce court billet, il faut souligner les biais méthodologiques. Cette étude a été menée en classe en une vingtaine de minutes pour illustrer des techniques en analyse des informations. Parmi les biais on peut citer :
-    Evidemment, G$$gle Actualité n’est pas représentatif de toute la presse.
-    Ensuite, nous avons choisi une période de temps courte, et qui n’est pas représentative de l’utilisation de ces mots sur le temps long.
-    Détecter ces mots dans le titre, sans prendre en compte leur présence dans le corps du texte est aussi un parti pris.
-    La volonté d’imposer les mots « politique » et « social » est bien sûr restrictive.
-    Enfin, comme vu plus haut, nous avons dû exclure une source !

En conclusion, cette étude démontre la force d’une bonne interrogation d’un moteur de recherche couplé avec une bonne visualisation des résultats. Deux principes qui forment avec la maîtrise de l’influence et de la sécurité informationnelle l’ossature de l’intelligence économique.  

Jérôme Bondu


Retrouvez d’autres articles similaires …
- Quelles entreprises font le plus d’Intelligence Economique ?
- Professionnels de l'Intelligence Economique : Trouverez-vous votre profil Linkedin sur Google ou Bing ?
- Les professionnels de l’IE font-ils vraiment de la veille, de l’influence et de la sécurité économique ?
- Comment reconstituer une partie de l’Etat-Major d’une entreprise ? Cas d’étude avec XPO Logistics.
- La presse relaye-t-elle plus l’accusation ou la mise en examen de Fillon ou de Le Pen ?