Un paleoanthropologue dans l entrepriseDans cet ouvrage, Pascal Picq mène une analyse critique des organisations actuelles avec son regard de paléoanthropologue. L’étude des temps longs (ses investigations l’amènent sur plusieurs millions d’années), le respect d’une discipline scientifique, ses combats contre les idées reçues, … donne à son regard une acuité particulière.

Sa connaissance de l’entreprise s’est formée notamment par la fréquentation des Clubs APM fondée par Pierre Bellon. Pascal Picq traite d’innovation, de développement durable, du réchauffement climatique, des scléroses que connait la France. Darwin et Lamarck sont partout présents dans son livre, qu’il mêle avec de nombreuses références industrielles. Il évoque par exemple l’innovation musicale qui part de l’inventeur Edison, jusqu’à la musique en ligne en passant par le gramophone. Son adaptation des mécanismes observés dans la nature sur les entreprises est particulièrement intéressante. Il évoque par exemple l’extinction des technosaures (dinosaures de la technique).

L’ouvrage met en valeur les idées de co-évolution, coopétition, communauté écologique, partage des compétences. Tout cela est riche d’enseignements en matière d’intelligence collective, de gestion des connaissances, et d’intelligence économique (ces trois expressions ne sont pas citées mais sont sous-jacentes).

Il prône une « entreprise darwinienne » qui saurait prendre en compte son empreinte écologique, économique et sociale. Qui serait apte à modifier ses facteurs internes, tout en étant sensible aux facteurs externes.

Il évoque une lutte difficile contre l’obscurantisme portée par le retour des fondamentalismes religieux et l’incroyable illusion des croyances finalistes qui voilent notre compréhension du monde. Ces théories finalistes sont de deux ordres : celles qui font croire que le monde s’est créé en 7 jours (fixisme). Ou celles qui, dans une version plus moderne, font croire que le monde a bien évolué mais uniquement dans le dessein de porter au pinacle l’Homme. Dans ces deux conceptions, il va sans dire que la Nature serait là uniquement pour nous servir ! Ces visions égocentristes sont à la base des ravages écologiques actuels.

C’est un ouvrage à lire pour ceux qui veulent comprendre les mécanismes qui régissent le monde, pour s’adapter, innover, en un mot pour évoluer.

Jérôme Bondu


Voir mes autres fiches de lecture sur Pascal Picq
- Les origines du langage, de Jean-Louis Dessalles , Pascal Picq & Bernard Victorri
- A la recherche de l’homme, de Pascal Picq et Laurent Lemire