jerome bondu delangaigne2 jerome bondu delangaigne
Durant la conférence Après la conférence ;-)

 

J'ai organisé sur Lille à Euratechnologie une conférence sur la cartographie avec Xavier Delengaigne. Cette conférence a été suivie d'un "pot amical". 

Ce compte rendu est bien sûr très parcellaire et ne reprend que quelques éléments des propos de Xavier. Le blog de Xavier est riche et vous apportera tous les éléments complémentaires pour une bonne approche de la cartographie.

NB : pour être au courant de nos prochains événements sur Lille, inscrivez-vous sur le MeetUp 

Abondance d’informations

Le sentiment d’être dépassé face à l’abondance d’informations est un phénomène ancien. Dès l’apparition de l’écriture et la production des premiers livres, les anciens se sont plaints de l’impossibilité de tout lire.
Par contre, il y a un phénomène récent d’accélération de ce phénomène. Le nombre de données augmente actuellement de manière exponentielle. Et nos plaintes actuelles trouvent une justification palpable dans l’explosion des données numériques.

Problèmes induits

Ce phénomène engendre des problèmes bien identifiés :
- Une dépendance à la « connexion permanente », la peur d’être déconnectée.
- La peur de manquer une information importante : Le cerveau n’est pas fait pour le multitâche. Le fait de recevoir de multiples informations vide à chaque fois la mémoire de travail. Cela dépasse nos capacités cognitives. Et induit un sentiment anxiogène.
- La plupart des gens fonctionnent sur le mode de la rareté : quand il y a peu de chose on le stocke. L’information a été de tout temps une donnée rare, donc à stocker. Or actuellement nous sommes dans un monde d’abondance informationnelle. Mais le changement de paradigme n’est pas facile à intégrer. Dans la pratique il vaut mieux traiter l’information sous forme d’action, et éliminer au fur et à mesure.
- Tout cela produit un stress informationnel. Le risque est de devenir « infoboulimique ».

Avantage du mind mapping

L’utilisation du mind mapping a de multiples effets positifs face à ces problèmes :
- Cela permet de passer d’une base de « données » à une base de « besoins » (idée aussi développée par Pascal Frion lors de sa conférence au Club IES).
- Cela permet de détecter les points importants. Plus les branches de la cartographie grossissent plus cela marque leur importance. Cela produit un « effet d’émergence ». Cela apparait moins bien en texte linéaire.

Utiliser le mind mapping

Xavier a ensuite présenté différents types d’utilisation du mind map. Il a projeté un certain nombre de cartes, chacune ayant un objet spécifique :

Carte de questionnement quintillien
- Qui
- Quoi
- Quand
- …

Carte cockpit
- moi
- mon travail
- ma famille
- mon réseau

Carte d’écriture d’article
- Contenu
- titre
- chapeau
- corps
- conclusion
- aparté
- organisation
- Excel avec temps passé
- Au final export dans Word (export dans le sens des aiguilles d’une montre)


Carte SPRI
- Problème
- Solution
- Résolution
- Information

Ecriture facilitée

Xavier nous a présenté sa méthode d’écriture de livre.
Il détecte des informations (par exemple sur internet) puis les stocke dans Evernote.
Quand il veut écrire sur un sujet il recherche les données pertinentes stockées sur Evernote (avec un moteur plein texte).
Les informations sont ensuite exportées dans une cartographie.
Cela lui permet d’ordonner et d’enrichir ses idées.
Une fois le texte aboutit, il l’exporte dans un traitement de texte pour parfaire la mise en page.
Avec 16 livres écrits, il a fait la preuve de la pertinence de cette méthode.

Jérôme Bondu

NB : Nous sommes déjà intervenus ensemble à Veille Connect

NB : pour être au courant de nos prochains événements sur Lille, inscrivez-vous sur le MeetUp