La guerre des intelligencesJ’ai lu et je recommande très fortement le dernier livre de Laurent Alexandre « La guerre des intelligences ».

J’ai abordé ce livre … par la fin, en lisant en premier le « fil rouge » situé dans les dernières pages. C’est un bon résumé du livre, qui m’a permis d’avoir une vision synoptique. Ce n’est pas du luxe, car l’auteur va vitre et loin dans la réflexion. Je vous recommande de faire de même.

Ce livre a le mérite de poser des questions pertinentes et donc dérangeantes sur l’intelligence artificielle ! A cheminer avec la pensée féconde de l’auteur, on en arrive à se poser une multitude de questions …

En voici un bon nombre que l’on aborde au fil des pages : Quand une intelligence artificielle forte (consciente d’elle-même) verra-t-elle le jour ? Est-ce que cette dernière pourrait être hostile, et est-ce qu’une pause est nécessaire ? Comment nos enfants concevront-ils leurs enfants, est-ce qu’ils opteront pour une augmentation de QI ou pour des implants neuronaux ? Est-ce que l’attachement aux médias sociaux sera plus fort que l’attachement à la nationalité (en d’autres thermes est-ce que nous allons plus nous définir comme Googlien ou Appelien … que Français ou Péruvien) ? Combien de temps l’Europe restera-t-elle l’idiot utile du village numérique, comment sommes-nous devenus une colonie numérique, comment avons-nous perdu cette guerre sans même combattre ? Quand les BATX Chinois supplanteront-ils les GAFAM américains et imposeront-ils une vision décomplexée de leur manipulation du vivant ? … Et au final comment l’école, oui l’école !, peut aujourd’hui nous amener vers un monde voulu plus que subi ?
Si l’on peut juger la qualité d’un ouvrage aux questionnements qu’il provoque, celui de Laurent Alexandre vaut son poids.

L’éducation est au centre de sa réflexion. Car c’est par une révolution copernicienne de cette antique institution, qui n’a pas fondamentalement changé depuis 2500 ans, que l’on pourra former les prochaines générations à vivre pleinement avec cette « intelligence artificielle » qui va s’imposer à nous.

Car il est évident pour l’auteur que l’IA, quelle que soit sa forme, va s’imposer à nous. Alors autant s’y préparer au mieux. L’auteur évoque beaucoup de scénarios possibles et nous laisse le soin d’imaginer le plus probable. Non pas qu’il n’ait quelques idées sur le sujet, mais la prudence s’impose tant la prospective est délicate sur ce point.

Ceci étant dit, voici deux remarques personnelles :

1/J’aurai aimé qu’il parle un peu plus de la « nature », de l’alimentation et d’écologie. Le monde dématérialisé dans lequel il nous projette me semble un peu trop « hors sol ». Il règle le sujet de l’alimentation en quelques mots en disant que l’IA pourra régler la question. Sous-entendu -j’imagine- qu’une rationalisation super intelligente des moyens de production agricole viendra compenser la surpopulation. J’aurai aimé en savoir plus.
A titre d’exemple il évoque l’idée d’Elon Musk de peupler Mars de millions d’habitants. Je n’y connais rien au sujet mais au-delà du temps de transport je suis curieux de savoir ce qu’ils vont manger. Mon côté terrien ne m’aide pas à comprendre comment l’IA va y pourvoir.
Il évoque ça et là le destin de nos cousins primates notamment pour louer la vision de Pascal Picq (dont je suis aussi fervent lecteur ;-). Le célèbre paléoanthropologue explique avec sagesse qu’il est illusoire de maîtriser une AI forte alors que nous ne savons même pas comprendre celle de nos plus proches parents. Laurent Alexandre abonde dans ce sens…

2/ Parallèlement, j’aurai aimé aussi qu’il évoque plus la dimension géopolitique. Il ne mentionne pas le mouvement pour une « souveraineté numérique ». Même si la mobilisation est à l’heure actuelle ridiculement embryonnaire, elle pourrait grandir (bon OK, je mélange sans doute désirs et réalité) ; Il n’évoque pas non plus le rapport des GAFAM avec les services secrets américains ; Et l’ambition géopolitique de la Chine n’est à mes yeux pas assez creusée.

Ces deux détails étant soulevés, il me reste à souligner à quelle point cette lecture est exaltante car elle nous met face à nos responsabilités. C’est nos choix et nos non-choix qui vont définir le monde de nos enfants et de nos descendants. Nous sommes à la croisée des chemins, et les enjeux sont immenses.

Laurent Alexandre sera l’invité d’ActuEntreprise et Inter-Ligere pour une soirée débat-conférence le 28 novembre (inscription en cours) !

Bonne lecture,
Jérôme Bondu