data selfie personnality

Lors d’une récente formation sur l’intelligence économique et la révolution numérique, j’ai évoqué Data Selfie.

C’est une application à charger sur votre navigateur Chrome. L’application va analyser votre activité sur Facebook. Puis au bout de quelques semaines va en sortir des analyses « comportementales ». Et c’est là que ça fait mal …

Rien qu’avec une analyse du temps passé sur votre fil d’actualité et vos interactions (like, lien cliqué, partage, …) l’outil estime via ce que l’on appelle le "machine learning" :
- Votre genre
- Votre personnalité
- Votre orientation politique
- Votre orientation religieuse
- …
Le profilage est déjà étonnant de justesse. J’aime présenter cet outil car c’est pour moi une belle illustration de la capacité des outils numériques à "aspirer notre personnalité". Et ce n'est rien à côté des 100 000 critères utilisés par Facebook pour vous profiler ... 


Après libre à chacun d’en tirer les conclusions qu’il veut :

- On peut s’en réjouir, car il peut être intéressant d’avoir des outils qui nous présentent des éléments (actualités, publicités) qui nous correspondent.
- On peut s’en effrayer, car c’est la porte ouverte à toutes formes de manipulations.
Je vous laisse juge. Dans tous les cas je recommande à tous les utilisateurs de Facebook de charger l’appli. Et de mesurer à quel point cela peut aller loin ...

Les captures d’écran ci-dessous sont tirées de mon profil ! 

 

data selfie religion

data selfie politique

data selfie divers

 

Si vous voulez en savoir plus : voici quelques précisions trouvées sur le site FredZone 

« Regina Flores Mir a cependant signalé que l’équipe ne connaissait pas les algorithmes de Facebook, ni même leur fonctionnement. Cela n’a d’ailleurs rien de surprenant, car ils sont protégés par la propriété intellectuelle.
Data Selfie a aussi une autre particularité intéressante. Il n’enregistre et il ne stocke aucune donnée sur les utilisateurs. Les créatrices du projet ont d’ailleurs publié le code source du programme sur GitHub afin que chacun puisse vérifier le bon fonctionnement de l’outil ou même l’intégrer dans d’autres solutions. »


Voir aussi deux articles complémentaires Sciences et Avenir  et Journal du Geek

Jérôme Bondu