couveture maitriser internet Jerome BonduVoici quelques bonnes lignes issues du livre ... histoire de vous mettre l'eau à la bouche :

Tout comme un scribe égyptien n’aurait pas pu prévoir l’importance que l’écriture allait revêtir, nous sommes certainement incapables d’envisager toutes les facettes de cette nouvelle accélération.

-----------

La hausse exponentielle de données informationnelles sur internet, couplée avec une baisse des capacités d’analyse, ne produira malheureusement rien de bon. On peut même s’attendre au pire. L’avènement ou le retour d'un régime totalitaire n’est à ce titre pas exclu.

-----------

Clairement, très peu de personnes savent bien utiliser un moteur de recherche. En effet utiliser un moteur de recherche avec deux ou trois mots clés revient à laisser au moteur le choix des résultats qu’il va mettre en avant. C’est confier à l’outil l’effort de réflexion que l’internaute devrait avoir. Cet effort, il va le payer sous une forme particulière : des résultats plus ou moins pertinents, saupoudrés d’annonces publicitaires.

-----------

La révolution numérique a libéré le « marché cognitif ». N’importe qui est maintenant producteur d’informations. Vous-même, lecteur, avez sans doute un profil Facebook, Twitter, LinkedIn ou YouTube. Vous produisez sans doute, ou au moins relayez des informations. Et vous êtes ravi quand d’autres internautes apprécient votre contenu. Bienvenue dans le marché dérégulé de l’attention. Cela a bien sûr d’immenses effets positifs, mais a aussi entraîné des effets pervers.

-----------

On peut voir les phénomènes de rumeur comme incontrôlables. L’analyse du vocabulaire est, à ce titre, révélatrice. On dit qu’une rumeur naît, enfle, disparaît... autant de termes qui évoquent un phénomène mystérieux et impalpable. En réalité, les mécanismes de maîtrise d’une rumeur sont bien connus.

-----------

La sensibilisation des collaborateurs au patrimoine informationnel n’est pas aisée. Car en termes de protection l’accent est souvent mis sur les aspects numériques (virus, attaque informatique...) ce qui tend à masquer un éventail plus large de failles.

-----------

Certains sociologues parlent d’une drogue et de phénomènes d’addiction. Est-ce que ces outils répondent à un besoin si inassouvi que leur face sombre ait à ce point oblitéré notre perception ? Le coût cognitif nécessaire pour une utilisation raisonnée serait trop important. Nous serions dans une forme de schizophrénie avec une double personnalité : celle qui défend bec et ongle ses espaces de liberté, et celle qui offre aux géants du numérique ses données les plus intimes et précieuses.

-----------

Sans vouloir désigner un coupable facile, il faut quand même souligner que ce sont les internautes eux-mêmes qui par méconnaissance des rouages du web ont alimenté les GAFAM et les ont placés en situation monopolistique. Entendons-nous bien. Les GAFAM ont rendu de précieux services, et ne sont pas dangereux en tant que tels. C’est notre inexpérience dans les possibles dérives numériques qui l’est !

-----------

Nous sommes aux balbutiements d’un nouveau monde. Nous voyons émerger cette innovation sous nos yeux et sommes émerveillés. En réalité nous sommes comme un lapin au milieu des « routes de l’information », ébloui par les phares surpuissants des nouveaux géants du web  qui nous foncent dessus et nous tétanisent.

-----------

Nous avons un monde à construire, et cette perspective est réellement réjouissante ! Construire avec les bénéfices qu’apportent ces innovations. Tout en minimisant les effets cognitifs négatifs, la dépendance informationnelle de l’Europe, et la destruction de la vie privée.

-----------

--> Ou l'acheter ?