Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

couveture maitriser internet Jerome BonduVoici quelques bonnes lignes issues du livre ... histoire de vous mettre l'eau à la bouche :

Tout comme un scribe égyptien n’aurait pas pu prévoir l’importance que l’écriture allait revêtir, nous sommes certainement incapables d’envisager toutes les facettes de cette nouvelle accélération.

-----------

La hausse exponentielle de données informationnelles sur internet, couplée avec une baisse des capacités d’analyse, ne produira malheureusement rien de bon. On peut même s’attendre au pire. L’avènement ou le retour d'un régime totalitaire n’est à ce titre pas exclu.

-----------

Clairement, très peu de personnes savent bien utiliser un moteur de recherche. En effet utiliser un moteur de recherche avec deux ou trois mots clés revient à laisser au moteur le choix des résultats qu’il va mettre en avant. C’est confier à l’outil l’effort de réflexion que l’internaute devrait avoir. Cet effort, il va le payer sous une forme particulière : des résultats plus ou moins pertinents, saupoudrés d’annonces publicitaires.

-----------

La révolution numérique a libéré le « marché cognitif ». N’importe qui est maintenant producteur d’informations. Vous-même, lecteur, avez sans doute un profil Facebook, Twitter, LinkedIn ou YouTube. Vous produisez sans doute, ou au moins relayez des informations. Et vous êtes ravi quand d’autres internautes apprécient votre contenu. Bienvenue dans le marché dérégulé de l’attention. Cela a bien sûr d’immenses effets positifs, mais a aussi entraîné des effets pervers.

-----------

On peut voir les phénomènes de rumeur comme incontrôlables. L’analyse du vocabulaire est, à ce titre, révélatrice. On dit qu’une rumeur naît, enfle, disparaît... autant de termes qui évoquent un phénomène mystérieux et impalpable. En réalité, les mécanismes de maîtrise d’une rumeur sont bien connus.

-----------

La sensibilisation des collaborateurs au patrimoine informationnel n’est pas aisée. Car en termes de protection l’accent est souvent mis sur les aspects numériques (virus, attaque informatique...) ce qui tend à masquer un éventail plus large de failles.

-----------

Certains sociologues parlent d’une drogue et de phénomènes d’addiction. Est-ce que ces outils répondent à un besoin si inassouvi que leur face sombre ait à ce point oblitéré notre perception ? Le coût cognitif nécessaire pour une utilisation raisonnée serait trop important. Nous serions dans une forme de schizophrénie avec une double personnalité : celle qui défend bec et ongle ses espaces de liberté, et celle qui offre aux géants du numérique ses données les plus intimes et précieuses.

-----------

Sans vouloir désigner un coupable facile, il faut quand même souligner que ce sont les internautes eux-mêmes qui par méconnaissance des rouages du web ont alimenté les GAFAM et les ont placés en situation monopolistique. Entendons-nous bien. Les GAFAM ont rendu de précieux services, et ne sont pas dangereux en tant que tels. C’est notre inexpérience dans les possibles dérives numériques qui l’est !

-----------

Nous sommes aux balbutiements d’un nouveau monde. Nous voyons émerger cette innovation sous nos yeux et sommes émerveillés. En réalité nous sommes comme un lapin au milieu des « routes de l’information », ébloui par les phares surpuissants des nouveaux géants du web  qui nous foncent dessus et nous tétanisent.

-----------

Nous avons un monde à construire, et cette perspective est réellement réjouissante ! Construire avec les bénéfices qu’apportent ces innovations. Tout en minimisant les effets cognitifs négatifs, la dépendance informationnelle de l’Europe, et la destruction de la vie privée.

-----------

--> Ou l'acheter ?

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

couveture maitriser internet Jerome Bondu

Voici le sommaire complet du livre "Maîtrisez internet … avant qu’internet ne vous maîtrise !"

 

Préface d'Alain Juillet
Introduction - Pourquoi ce livre ?

1- Comprendre les grandes révolutions informationnelles
Les origines de la veille et de l’intelligence économique
Les cinq révolutions informationnelles
Les caractéristiques de la révolution en cours
L’intelligence économique en tant que discipline

2- Trouver des informations avec internet
Utiliser les opérateurs de recherche
Créer un moteur de recherche personnalisé
Enregistrer des alertes
Maitriser les flux RSS
Utiliser une plateforme de veille

3- Compléter la collecte avec le réseau humain
Se fixer un objectif
Développer son réseau humain
Cartographier son réseau
Utiliser son réseau
Prendre en compte le langage non verbal

4- Analyser les informations
Utiliser les matrices de gestion
Mener une étude comparative
Cartographier l’information
Analyser une source
Prendre en compte les biais cognitifs

5- Diffuser et partager les informations
Produire une lettre de veille et un rapport
Produire une note d'étonnement
Produire un résumé et une synthèse
Diffuser par mail, portail ou RSE
Diffuser via les réseaux internes
Diffuser via les réseaux externes

6- Organiser une dynamique de veille dans une organisation
Analyser les besoins
Monter un dispositif de veille
Choisir les outils
Former les collaborateurs
Conduire le changement

7- Influencer son environnement
Communiquer dans les médias sociaux
Faire du lobbying
Maîtriser la rumeur
Parer aux attaques informationnelles
Gérer une crise

8- Protéger son patrimoine informationnel
Connaître le concept de guerre économique
Connaître les différentes formes d’attaques
Mesurer le patrimoine informationnel et les risques
Sécuriser
Sensibiliser

9- Comprendre l’étendue de la surveillance généralisée
Surveillance politique et économique
Surveillance du grand frère Google
Surveillance du petit frère Androïd
Surveillance de Facebook
Surveillance des autres

10- Anticiper et réagir avant qu’il ne soit trop tard
Anticiper les problèmes futurs
Analyser les réactions des internautes
Comprendre l’inertie ambiante
Trouver des solutions
Reconstruire

Conclusion
Postface de Luc Doublet

----------------
--> Ou l'acheter ?






Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

olivier de maison rougeLe Club IES de l’IAE de Paris Alumni et Inter-Ligere.fr
vous invitent à la 147ème conférence-débat le jeudi 22 novembre 2018 à 19h30 sur le thème :

LA GUERRE ÉCONOMIQUE DANS LE CYBERESPACE

Souvent présenté comme le 6ème continent, le cyberespace qui se voulait un réseau affranchi de toute tutelle hégémonique, est devenu un lieu d’affrontements immatériels pour des motifs économiques et politiques. Loin d’être une «autoroute de l’information» sans règle ni barrière, il est désormais l’objet de conquêtes et de domination.
Cloud Act, RGPD, souveraineté de la donnée, fiscalité, fake news et influence, … sont autant d’enjeux et de conflits de normes qui traduisent cette tentation de colonisation du Net, avant une prochaine cyberguerre ?
 
INTERVENANT
Olivier de Maison Rouge a été amené au cours de sa carrière à défendre des entreprises victimes de pillage technologique dans des dossiers majeurs. Il s’est spécialisé dans la protection du patrimoine intellectuel et informationnel et a développé une expertise pionnière dans le domaine de l’intelligence juridique.
Il est auteur de plusieurs ouvrages :
- Penser la guerre économique. Bréviaire stratégique. VA Editions, 2018
- Cyberisques : La gestion juridique des risques à l’ère immatérielle, LexisNexis. A paraître à l’automne 2018.
- Le droit du renseignement - renseignement d’Etat, renseignement économique, LexisNexis, coll. Actualité, 2016
- Le Droit de l’intelligence économique. Patrimoine informationnel et secrets d’affaires, Lamy, coll. Axe Droit, 2012

DÉROULEMENT DE LA SOIRÉE
19h00-19h15 : Accueil des participants par Jérôme Bondu
19h30-20h15 : Intervention d'Olivier de Maison Rouge
20h15-21h00 : Débat avec la salle
21h00-21h45 : Cocktail dînatoire

LIEU
IAE de Paris - Salle D3 - 1er étage
12 Rue Jean Antoine de Baïf - 75013 PARIS

INSCRIPTION OBLIGATOIRE EN LIGNE
Tarif (paiement en ligne ou par chèque) :
Adhérents de l'IAE Paris Alumni et G16+ : 6 €
Non adhérents et extérieurs : 16 €


Jérôme Bondu



Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

jdn1Voici mon dernier article sur la souveraineté numérique, posté sur le JDN. J'ai profité de l'intérêt d'une société américaine sur Brainloop pour soulever quelques questions importantes. Voici ci-dessous l'introduction et les titres des quatre parties.

"Si le Cloud Act a été largement médiatisé, la presse s'est peu intéressée aux acquisitions réalisées par les entreprises américaines sur le numérique européen. La combinaison entre ces OPA et l'extraterritorialité du Cloud Act est pourtant explosive.
Il n'y a pas que l'Iran et la Russie. L'entrée en vigueur du « Cloud Act » aux Etats-Unis, qui permet à l'administration américaine de consulter les données des entreprises étrangères, touche également l'Europe. Elle n’a toutefois pas provoqué qu'un émoi relatif en Europe. Le rachat d’une entreprise stratégique va-t-elle provoquer une réaction ? Présentation des enjeux en quatre actes."

Acte 1 : Où l’Europe fait preuve d’une totale immaturité numérique
Acte 2 : Où les Etats-Unis affirment l’extraterritorialité de leurs lois
Acte 3 : Où les Etats-Unis veulent racheter une entreprise européenne stratégique
Acte 4 : Où l’Europe doit faire des choix courageux en matière de souveraineté numérique

Jerome Bondu




Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

livre turkJ’ai lu « La souveraineté numérique – Le concept, les enjeux ». Comme son nom ne l’indique pas ce livre est très axé sur le droit. Et plus exactement sur le droit constitutionnel. C’est certainement cette orientation qui en fera un ouvrage passionnant pour les juristes… mais qui en fait aussi un ouvrage ardu à lire pour tous les autres.

L’ouvrage reprend les conférences de spécialistes qui ont participé au colloque organisé le 7 octobre 2016 à Nice, sous l’égide de l’Association Française des Constitutionnalistes.

Pour aborder ce livre je recommande de commencer par la synthèse page 219 de Christian Vallar, doyen de la faculté de droit de Nice. Il synthétise parfaitement en quelques pages les témoignages des 14 intervenants.

Il y a bien sûr une interrogation forte sur le mot « souveraineté ». Certains comme M. Vallar ne voient derrière ce mot qu’une prérogative de l’Etat. D’autres imaginant une « souveraineté partagée » dans le cadre d’une humanité en réseau.

Les témoignages qui m’ont le plus intéressé sont ceux d’Isabelle Falque-Pierrotin et de Bernard Benhamou.
-    Ce dernier pose d’emblée la bonne question « l’Europe, combien de divisions industrielles ?». Sa paraphrase de Staline (Le Vatican, combien de divisions ?) pointe directement notre insuffisance technologique, mère de toutes les défaites. Il rappelle aussi l’arrogance du patron de Google Eric Schmidt quand ce dernier affirme que « Les Etats sont inefficients. Nous sommes efficaces, nous avons vocation à les remplacer ». Il appelle de ses vœux un traité international sur les réseaux, à l’instar de la Convention des Nations Unis sur le droit de la mer.
-    Isabelle Falque-Pierrotin rappelle quant à elle que le rapport de force entre l’individu isolé et les grands acteurs de l’internet est très défavorable à l’individu. Le RGDP a posé un nouveau cadre juridique, mais ce n’est qu’une étape et il faut que les acteurs économiques comme les individus s’en emparent. « Il faut que les individus se saisissent des nouveaux droits qui sont les leurs » affirme-t-elle.

Certains éléments m’ont étonné dans l’ouvrage. Par exemple il est souvent fait mention du réseau internet comme étant transnational, transfrontière, donc sans territorialité. Il me semble que rien n’est moins juste. Théoriquement internet ne connait pas de frontière. Soit. Mais en réalité l’infrastructure est très territorialisée. Ainsi l’ICANN a été créé, et est restée longtemps sous la coupe du ministère du commerce américain. La possession des câbles sous-marins, et le passage de ces câbles près des côtes de tel ou tel pays, donne un avantage considérable à l’Etat côtier. Certains auteurs sont néanmoins très conscients de cette nouvelle territorialité. Comme le général Marc Watin-Augouard qui explique que « pour les Etats-Unis la vraie frontière est celle que dessine le rayonnement des GAFA ». On ne peut être plus clair.

Jérôme Bondu