Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Gayard Cover Front largeJ’ai lu Géopolitique du Darknet de Laurent Gayard (acheté sur le FIC).

Le livre ressemble beaucoup à « Darknet, GAFA, Bitcoin - L'anonymat est un choix » (du même auteur) que j’ai aussi lu et dont je vais publier le compte rendu sous peu. Ces livres traient du même thème que ceux de Jean-Philippe Rennard et de Rayna Stambouliska.

Darknets

Laurent Gayard rappelle l’origine des darknets, les projets des créateurs, leurs objectifs, et ce faisant légitime leur utilisation. Il ne masque pas les déviances possibles (et réelles) du côté dark du net, mais insiste sur leur rôle de derniers remparts face à la dystopie d’internet. Internet 2.0 représente en effet pour l’auteur un « panoptisme horizontal » et une société de contrôle. Le livre est riche en conseils pour surfer sur le côté dark, et je reprends ci-dessous quelques points pour l’amateur qui voudrait s’y balader.

La taille du web fait débat et Laurent Gayard se base sur plusieurs études :
- Internetlivestats.com avance le chiffre d’1,7 milliards de sites en ligne.
- Digimind, rappelle l'auteur, avait calculé en 2005 64 milliards de pages ... Mais bon, cela date un peu ;-)

Deepweb

L’auteur présente sa vision du deep web : un espace où l’on peut trouver des informations, mais non indexés par les moteurs.
- Il donne l’exemple suivant : on peut se balader dans le forum 4Chan mais on ne trouvera pas d’articles à partir d’une recherche dans Google. (voir note 1)
- Ce web profond représenterait 4000 ou 5000 fois le volume du web de surface (indexé) [page 27]

Il étrille l’ICANN :
- « L’ICANN en dépit des changements de statuts intervenus en septembre 2016 et de la réforme du GAC, reste toujours une entreprise de droit californien qui échappe certes à la tutelle du gouvernement américain, mais se voit de fait beaucoup plus exposée à l’influence des fameux GAFTA » (T pour Twitter).
- Et l’auteur cite Louis Pouzin « En pratique le DNS est devenu indispensable. Mais sa structure centralisée n’a rien d’indispensable. Je me réfère souvent au téléphone mobile. Il y a 1500 ou 2000 opérateurs de par le monde qui s’interrogent entre eux grâce à un système de numérotation plus intelligence qu’internet, basé sur un code pays et un code opérateur ».

Acteurs historiques et guerres cryptographiques

Il cite beaucoup d’acteurs historiques, dont David Chaum qui a inventé le routage en onion (base de Tor). Il est aussi le créateur des premières monnaies électroniques cryptographiques. Nous sommes dans les années 70 et déjà le chercheur fait un constat lucide :
- « Les bases d’une société de dossiers sont posées, dans laquelle les ordinateurs pourront être utilisés pour influencer les styles de vie, les chois vestimentaires, les habitudes, les déplacements et associations à partir des données collectées lors des transactions opérées par les consommateurs ordinaires ».
- Chaum, toujours, analyse la dépendance à la publicité « En conséquence, concepteurs, programmeurs et éditeurs web qui dépendaient de l’industrie de la publicité ont été tentés, sinon tenus, de créer une infrastructure qui faciliterait servilement la surveillance des transactions individuelles sur le web ».

Il évoque les guerres cryptographiques, commencées dès les années 70 quand le gouvernement américain freina les avancées de la cryptographie :
- Le gouvernement Clinton voulut forcer l’industrie à adopter la puce Clipper qui aurait permis de passer outre le cryptage.lii
- Puis le gouvernement a voulu imposer la clé escrow, de telle sorte que chaque système de cryptage devait donner une clé de décryptage.
- Puis ils tentèrent de casser les produits de cryptologie qui ne voulait pas donner de clé escrow.
- Jusqu’à inculper Phil Zimmerman développeur de PGP.

Les outils des darknets et du darkweb

Le thème central est le darknet / darkweb. Il présente un beau panorama d’outils, depuis les plus anciens, jusqu’aux plus récents. J’ai notamment retenu Diaspora (attention l’outil est … soutenu par Facebook) Retroshare, Zeronet, Tor (attention, soutenu le Pentagone et Google), I2P… La présentation de Tor est limpide, avec son histoire et ce que l’on peut y faire. L’auteur insiste notamment sur son interfaçage de plus en plus grand avec le web indexable :
- Avec Tor on peut aller sur Facebook ou Twitter
- Avec web2tor et tor2web (codéveloppé par Aaron Swartz et Virgil Griffith) on peut aller du dark au clear et inversement.
- Il présente les moteurs de recherche qui peuvent à partir du clear web, via Tor2Web, rechercher dans le dark : onion.link, onion.cab, ahmia.fi, onion.to (nb : j’ai testé sans résultats probants).

L’estimation de la taille du dark n’est pas plus simple que celle du clear web. Selon les études il a été recensé :
- 60 000 sites (page 142)
- 650 000 pages
- Voir notamment le projet hyperiongrey

Sur le front la cyberguerre il rappelle les principaux faits :
- Le pionnier, Kevin Mitick 
- Les attaques de l’Estonie en 2007, Géorgie en 2008, Ukraine en 2014
- L’impact du livre de deux officiers chinois « La guerre hors limite »
- Puis les attaques de Sony en 2004, les données volées à la société Mossak Fonseca (à l’origine des Panama Papers), les messages volés sur les comptes de sept responsables du parti républicain aux EU en 2016, le piratage de CNN, … et le pompon étant certainement le vol d’applications détenues par la NSA, et qui ont donné naissance à des virus extrêmement puissants (dont Wannacry) !
- Selon la spécialiste Amy Zegard, on peut trouver une faille toutes les 30 lignes de code ! Windows en compte 40 millions. CQFD


Un bémol : les images (captures d’écran) sont de très mauvaises qualités, et pour ainsi dire, illisibles. Mais l’ensemble reste très intéressant.

Jérôme Bondu

- Le livre est consultable sur Google Books
- note 1 : (humm en fait pas si sûr. J’ai testé avec la requête suivante site:4chan.org animals et l’on a bien des résultats). 4chan.org est donc bien indexé (même de manière partielle) par Google.




Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

geopol chineLe jeudi 26 mars 2020 à 19H30
Le Club IES de l’IAE de Paris Alumni et le réseau Inter-Ligere
Vous invitent à la 156ème conférence-débat sur le thème :


Géopolitique de la Chine

Par Eric Battesti
(inscription)

________________________________
THEME :
« Quand la Chine s'éveillera… le monde tremblera » a dit Alain Peyrefitte en 1973. La Chine s’est éveillée … et pour éviter de trop trembler, je vous propose d’écouter Eric Battesti. Il expliquera :
- Le fonctionnement intérieur de la Chine.
- Les risques que fait peser l’Empire du Milieu sur l’économie mondiale.
- Les bonnes pratiques pour pouvoir commercer avec le géant asiatique.

________________________________
INTERVENANT :
Eric Battesti est expert sur la Chine et fondateur du cabinet de conseil HYPHEN SAS.
Il est ancien commissaire Divisionnaire, ancien directeur de la Direction des Renseignements Généraux, ancien attaché de Sécurité Intérieure pour la Chine à l’ambassade de France à Pékin.
Par ailleurs, il est auditeur de la 3e session nationale au Centre des Hautes Études du Ministère de l’Intérieur (CHEMI) et auditeur de la 24e session nationale de l’Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ).

________________________________
DÉROULEMENT DE LA SOIRÉE :
19h15 - 19h30 : Accueil des participants par Jérôme Bondu
19h30 - 20h15 : Intervention d’Eric Battesti
20h15 - 21h00 : Débat avec la salle
21h00 – 21h45 : Cocktail dînatoire

_______________________________
LIEU :
IAE DE PARIS - SALLE D4
12 Rue Jean Antoine de Baïf
75013 PARIS

________________________
INSCRIPTION OBLIGATOIRE :
Inscription en ligne ou par chèque.
- 10€ pour les membres de l’AAE IAE.
- 20€ pour les non-membres, dont 10 € remboursés aux IAE en cas de cotisation payée sur place ou dans la semaine qui suit l'événement.


Jérôme Bondu





Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

covid2Dans le cadre d’une formation en veille stratégique auprès des Executive Master de l’IESEG, nous avons mené un atelier d’analyse cartographique.
Il s’agissait d’analyser avec quels mots clés négatifs le coronavirus était associé. Voici les 7 mots clés sélectionnées : danger, crise, épidémie, contagion, panique, pandémie, mort.


Méthodologie


Nous avons interrogé Google Actualité sur les dernières 24 heures. Voici les 7 requêtes que nous avons créés
- intitle:coronavirus OR intitle:covid-19 intitle:épidémie
- intitle:coronavirus OR intitle:covid-19 intitle:danger
- intitle:coronavirus OR intitle:covid-19 intitle:crise
- intitle:coronavirus OR intitle:covid-19 intitle:contagion
- intitle:coronavirus OR intitle:covid-19 intitle:pandémie
- intitle:coronavirus OR intitle:covid-19 intitle:mort

covidJPG


Analyse


Après une collecte des résultats et un petit dépouillement dans un tableur, voici le graphe :
- On y voit que le mot "épidémie" est de loin le plus utilisé.
- Suivi du mot "crise"
- "Mort", "contagion" et "danger" sont à peu près à égalité.
- Viennent les mots "panique" et "pandémie" en queue de peloton.

On voit aussi qu’il y a quelques sources qui sont centrales, dans le sens où elles utilisent plusieurs des mots clés.
- Ainsi BreakingNews est lié à quatre des mots clés : épidémie, crise, contagion et danger.
- Pour BFMTV, ce sont les mots : épidémie, crises et mort.
 

covid3

- Le Figaro, joue sur la panique et la crise.
- France Soir et Sciences et Avenir, ne parlent que de crise.
 covid4


Un grand merci à la super promo de cette année ;-) Composée de Alexandre Poitou, Cécile Tapinoy, Cédric Moretau, Céleste Faivre, Elodie Saint-Cyr, Figen Kaybal, Gautier Grellety, Johann Lacroix, Juliette Bodet Prattico, Laurent Benard, Marina Ubeda, Maxime Jacobus, Miguel Dos Santos, Nathalie Moser Ribeiro, Nicolas Girard-Cheron, Papa Amadou Sarr, Rosine Trival, Sebastien Millanvoye, Sébastien Pannetier, Sidy Mohamed Cissé, Stéphan Sautron, Thibaut Duret.

Jérôme Bondu

NB : j’explique en détail les biais méthodologiques de ce type d’étude, notamment dans les articles :
- Quelles entreprises font le plus d’Intelligence Economique ?
- Professionnels de l'Intelligence Economique : Trouverez-vous votre profil Linkedin sur Google ou Bing ?
- Les professionnels de l’IE font-ils vraiment de la veille, de l’influence et de la sécurité économique ?


Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

web20 15ans et aprèsJ'ai eu le grand plaisir de participer au livre "Web 2.0 15 ans déjà et après ?" coordonné par Fadhila Brahimi et David Fayon. J'ai pu développer l'idée d'une nécessaire réappropriation du web par les internautes, et du danger de la centralisation du pouvoir par les GAFAM et BATXH.

57 pionniers francophone du Web 2.0

Je suis en très bonne compagnie avec 57 pionniers francophone du Web 2.0 et excellents professionnels. Le livre a été préfacé par Claudie Haigneré, première spationaute française et européenne. L'ouvrage a été intelligemment découpé en 15 chapitres (pour les 15 ans du web 2.0) et le tout fait 365 pages ! On y trouvera les repères, les révolutions et les relations bouleversées ou générées par le Web 2.0. Ce livre a vocation à devenir LE livre de référence sur le Web 2.0 Internet est un magnifique outil d'épanouissement et le collectif a voulu dresser sept pistes pour réenchanter Internet !

Sommaire Web 2.0 15 ans déjà et après ?

Introduction : Le pourquoi du livre
Chapitre 1 – Repères historiques
Chapitre 2 – La conquête du Web par les pionniers
Chapitre 3 – Révolution économique
Chapitre 4 – Révolution politique
Chapitre 5 – Révolution juridique
Chapitre 6 – Révolution culturelle
Chapitre 7 – Révolution des usages
Chapitre 8 – Relation à soi et aux autres
Chapitre 9 – Relation à l’information
Chapitre 10 – Relation avec les marques
Chapitre 11 – Relation au travail
Chapitre 12 – Relation aux mondes virtuels (et réels)
Chapitre 13 – Relation aux mondes réels (et virtuels)
Chapitre 14 – Retour vers le futur
Chapitre 15 – Et d’ici 2035 ?
Conclusion : Et après ?


On peut lire sur la 4e de couverture :


"En 15 ans, le Web 2.0 a radicalement transformé notre façon de travailler, de consommer, de vendre, de communiquer… Les technologies (mobile et tablette, 3G ou 4G, médias sociaux, big data, intelligence artificielle, etc.) ont bouleversé nos sphères de vie et notre rapport aux individus, à l’information, aux objets… 57 pionniers vous proposent d’explorer rétrospectivement les conséquences du digital sur notre société (économie, politique, juridique, culturel…). Le but : imaginer 7 pistes de réenchantement pour un futur numérique plus sain et plus responsable face à la domination des géants d’Internet, GAFA (Google Apple Facebook Amazon) et BATX (Baidu Alibaba Tencent Xiaomi)."


Avec les experts


Farid Arab . Thierry de Baillon . Christine Balagué . Éric Barbry . Beer Bergman . Olivier Berlingué . Nicolas Bermond . Fanny Berrebi . Michelle Blanc . Jérôme Bondu . Fadhila Brahimi . Frédéric Canevet . Dominique Cardon . Nicolas Celic . Cyrille Chaudoit . Jean-Pierre Corniou . Céline Crespin . André Dan . Yannis Delmas-Rigoutsos . Damien Douani . Antoine Dubuquoy . Jean-Philippe Encausse . Fabrice Epelboin . Olivier Ezratty . Isabelle Falque-Pierrotin . David Fayon . Mathieu Flaig . Cyrille Frank Yann Gourvennec . David Guillocheau . Claudie Haigneré (Préface) . Olivier Iteanu . Henri Kaufman (Postface) . François Laurent . Yann Leroux . Éric Maillard . Vérone Mankou . Émilie Marquois . Grégory Maubon . Pierre Mawas . Pierre Métivier . Jean-Claude Morand . Ahmed Mehdi Omarouayache . Anthony Poncier . Grégory Pouy . PPC . Benoît Raphaël . Cyril Rimbaud Vincent Rostaing . Jean-François Ruiz . Éric Seulliet . Serge Soudoplatoff . Virginie Spies . Yaëlle Teicher Stein . Pierre Tran . Pierre Vallet . Henri Verdier

100 % des droits d’auteur sont reversés aux associations Emmaüs Connect et Startup for kids qui oeuvrent pour la réduction de l’illectronisme ou fracture numérique. Pour le commander, le lire et faire une bonne action, c’est ici ou chez votre libraire.

Le livre est édité aux Edition Kawa

Livre : 34,90€ TTC . ebook : 22,90€ TTC
Sortie : mars 2020
365 pages

Achetez le chez votre bon vieux libraire. Ou éventuellement sur Amazon.
Bonne lecture

Jérôme Bondu



Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Louis Pouzin 1Louis Pouzin et John Day, deux acteurs de la création d’internet, ont donné une conférence commune organisée par Inter-Mines le 25 février 2020.

L’objectif était de présenter la naissance d’Internet (intervention de Louis Pouzin), d’en critiquer l’architecture (John Day), puis de proposer le nouveau modèle RINA (interventions de Miguel Ponce de Leon et Philippe Poux). C’était passionnant. Voici quelques notes, essentiellement issues de la conférence de Louis Pouzin :

- Arpanet, n’est pas le premier réseau d’échange de données numériques. Il a été devancé par le système d’échanges d’informations mis en place entre les compagnies aériennes, et un réseau bancaire espagnol. Arpanet n’est donc pas le premier, mais a développé le réseau le plus vaste.
- En France, dans les années 70, il y a eu la volonté de rattraper un retard : un consortium européen d’entreprises informatiques était en train de voir le jour, et la C2I (française) devait les rejoindre. Pour rendre la C2I plus attrayante dans le consortium européen, le gouvernement français a voulu développer un réseau similaire à Arpanet. L’objectif était surtout d’avoir une place valable au sein du consortium.
- La commutation par paquet et surtout l’utilisation d’un chemin non-préétabli était une idée à « rebrousse-poil » des télécoms en France. Car sans chemin préétabli, pas de facturation ! Donc pas d’intérêt.
- La démonstration des Cyclades en 1972 devant divers ministères a prouvé que le système fonctionnait.
- Mais la mort de Pompidou a permis aux télécom de prendre le dessus. La CGE voyait cela aussi d’un très mauvais œil. Et EDF a aussi supporté le réseau Transpac, car il avait besoin d’une mise en réseau de leurs gros ordinateurs. Bref tout se liguait pour l’arrêt du projet Cyclade.
- Les Américains ont repris une partie du travail des Cyclades.
- Au final, Cyclade a tourné de 1972 à 1982 soit une dizaine d’années.

Louis Pouzin 2John Day a présenté avec beaucoup d’humilité et d’humour son apport à la création d’internet. Cette diapo présente sa vision très critique de l’internet d’aujourd’hui. Selon lui, beaucoup de mauvais choix ont été effectués. D’où son intérêt pour RINA.

Miguel Ponce de Leon a présenté avec beaucoup d’enthousiasme le projet RINA. Enthousiasme visible aussi dans le témoignage du Philippe Poux président de RINA.

Louis Pouzin 3

Enfin, le général Watin-Augouard a conclu brillamment cette conférence. Il a rappelé que la France en arrêtant le projet Cyclade et bloqué le travail de Louis Pouzin avait « tué une première fois Mozart ». Il espérait que la France ne reproduise pas cette bêtise en ratant le projet RINA.


Jérôme Bondu

Sur le même sujet :
- Interview de Louis Pouzin.
- Compte rendu du livre : Louis Pouzin, l’un des pères d’internet. Par Chantal Lebrument et Fabien Soyez.