arretRécemment j’ai entendu une conférence de 20 minutes (montre en main) durant laquelle le conférencier a réussi à placer 10 anglicismes. Soit un mot anglais toutes les deux minutes. J’ai pris en note : cluster, mindset, business line, le UK, broker, asset immobilier, property, use case, business owner, input ! Nous sommes de plus en plus face à des Jean-Claude Vandamme de la pensée (vous vous rappelez « je suis aware »).

Cette nouvelle langue du business m’a fait penser à la Novlangue d’Orwell. A ce propos, je vous recommande l’émission de France Culture « La novlangue, instrument de destruction intellectuelle ». 

Voici deux extraits de l’émission fortement éclairants :
---------------------------------------

« L’idée d'Orwell c’est que trop souvent nous nous laissons entraîner par les mots, nous laissons les mots penser à notre place, ce qui est vrai pour n’importe qui dans la conversation courante mais aussi vrai pour un écrivain, un penseur ou un philosophe… « Ce qui importe avant tout, c’est que le sens gouverne le choix des mots et non l’inverse. En matière de prose, la pire des choses que l’on puisse faire avec les mots est de s’abandonner à eux. » George Orwell
Jean-Jacques Rosat

"Quand on s’exprime mal, on pense mal ou pas du tout. Le but de la novlangue dans 1984 est de parvenir à l’anéantissement de la pensée et remplacer le sens par le signal."
Françoise Thom

---------------------------------------

Aucun mépris dans mon propos. Je ne critique pas ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir eu une bonne éducation. En l’occurrence le conférencier que je cite plus haut est plutôt dans le genre bardé de diplômes. Et dans son cas, quand il s’exprime mal c’est qu’il pense mal.

Et je me demande si nous ne serions pas en train de voir émerger avec ce globi-english une forme de novlangue particulièrement nocive. Sous couvert de modernité, de business et de solicon valley, elle me parait être une réduction de la pensée. Je me demande si ces bas+5, qui ne savent plus parler correctement, ne sont pas les idiots utiles d’une destruction de la pensée critique.

J’ai été à Québec cet été et j’ai été épaté par la capacité à utiliser des jolis mots, là où nous avons placé du « parking », du « hot dog » ou même le mot « stop ». Nous ferions bien de nous inspirer de nos cousins d’Outre-Atlantique. En tout cas, je vous recommande l’émission « La novlangue, instrument de destruction intellectuelle ». Vous vous ferez votre idée.

Jérôme Bondu

NB : Autre émission de France Culture très intéressante : Le droit comme arme de guerre économique.
NB 2 : Suite à mon billet, Pascal Tartarin m’a présenté un très bel article de la revue Interrogations.org, dont je ne peux que copier-coller la conclusion :

L’analyse de Victor Klemperer « nous parvient comme un mode d’emploi critique de notre présent » (p. 373), selon les mots d’Alain Brossat dans la postface de l’ouvrage. LTI (la manipulation de la langue allemande sous le IIIème reich) a une portée heuristique qui dépasse l’analyse des systèmes totalitaires. A l’heure de la mondialisation, du développement d’une « novlangue néolibérale » (Bihr) qui véhicule des concepts gestionnaires, et de la disparition de langues minoritaires, la réflexion de Victor Klemperer apparaît particulièrement pertinente pour interroger la société contemporaine prise dans un système non pas totalitaire mais « globalitaire» !

"Novlangue néolibérale" ... "système globalitaire" ... J'adore ! De quoi nourrir notre réflexion …

Source : Vandevelde-Rougale Agnès, « Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue », dans revue ¿ Interrogations ?, N°13.