soyons netGrâce à la mairie de Paris, les jeunes (et moins jeunes) peuvent tester en ligne leur réputation numérique

 

Au travers d’une série de questions, on prend notamment conscience de la faiblesse des liens dans les réseaux sociaux, et de l’aspect public de beaucoup de publications. Ce travail de prise de conscience est mené à partir de Facebook, et il faut que le testeur donne les droits d’accès. C'est plutôt bien fait, et je conseille à tous de s’amuser à tester… c’est assez ludique : http://ereputation.paris.fr/

 

J’ai néanmoins une critique à faire.
- La plateforme de test rappelle en début de processus la définition du mot ami : "Un ami est considéré comme proche si vous l’avez vu dans les 6 derniers mois et que vous allez bientôt le revoir. Vous lui prêteriez vos clés de maison ou votre téléphone portable en toute confiance".

Il est évident que cette définition concerne le mot « ami » au sens courant, et non au sens « numérique »… Qui pense encore réellement qu’un « ami Facebook » est réellement un « ami » ? Quand Facebook utilise le mot « ami » je pense que tout le monde comprend « contact ».

- On touche ici du doigt une ambiguïté qui est immanquablement soulevée à chaque fois que je fais une formation sur le sujet. Le mot « ami » utilisé par Facebook est vecteur d'incompréhension, et de rejet des outils sociaux.

- Parler de « contacts » est beaucoup plus approprié. D’ailleurs Facebook serait à mon avis bien avisé de modifier sa plateforme dans ce sens. Comme il change de CGU (conditions générales d’utilisation) tous les 6 mois, cela finira peut-être par arriver.

 

Jerome Bondu