Pierre Conesa.jpegJ’ai lu La fabrication de l’ennemi, sous-titré « comment tuer avec sa conscience pour soi » de Pierre Conesa.

Voici la seconde partie de ma fiche de lecture (lire ici la première partie).

Grands types de belligérances


Le cœur de son ouvrage est une typologie des grands types de belligérances et leurs processus de fabrication :
- L’ennemi proche, est celui avec qui on peut avoir un différend frontalier. La guerre se conclura par une expropriation violente du perdant.
- Le rival planétaire, a été illustré avec brio par les Américains et les Russes. La guerre se marquera par une manifestation de puissance et des actes d’autorités cyniques sur le globe.
- L’ennemi intime, est le ferment de la guerre civile. La guerre se marquera par une épuration schizophrénique d’une partie de la population.
- Le barbare, est l’ennemi dénigré. La guerre se marquera par la pacification de la zone occupée.
- L’ennemi caché, est la puissance occulte qui tire les ficelles. La guerre se manifeste par une paranoïa d’une partie de la population envers certains de ses membres.
- L’ennemi spirituel (l’expression est de moi) est celui d’une autre religion. La guerre va souvent mener à son extermination, et ressemble à une forme moderne d’exorcisme.
- L’ennemi conceptuel, est une invention récente de notre ami Bush père (l’ancien patron de la CIA) dans sa guerre contre le terrorisme.
- L’ennemi médiatique, est la résultante de la surmédiatisation de notre société. La menace est non pas définie par des institutions stratégiques, mais par des intellectuels médiatiques. La guerre va donner lieu à des psychodrames. La médiatisation est des points largement développés par Pierre Conesa. Et il cite avec ironie une recette idéale : Il faut la présence de victimes filmables. Il faut que le leadeur rebelle soit médiatique. Il faut être attentif aux contraintes de calendrier. Il faut un scénario simple, bipolaire, avec identification immédiate par tous du bon et du méchant. Et bien sûr, il faut des intellectuels omniscients qui sauront étaler leur pseudo expertise. Vous l’avez reconnu, Pierre Conesa vante notamment l’esprit brillant de BHL.

Impérialisme américain

Les États-Unis d’Amérique ont bien sûr une place de choix dans le livre avec une large description des effets de leur impérialisme.
- Il cite Zbigniew Brzezinski dans le Grand Échiquier « l’important n’est plus l’ennemi, mais le maintien de la suprématie : Puisque la puissance sans précédent des États-Unis est vouée à décliner, la priorité est donc de gérer l’émergence de nouvelles puissances mondiales [susceptibles de] mettre en péril la suprématie américaine ».
- Il cite dans le même paragraphe Joseph Nye et la conceptualisation du soft power et des capacités d’influence qui passent par le cinéma, la télévision, le sport … et maintenant les médias sociaux.
- Suite à la position de plusieurs pays contre la première guerre du Golfe américaine, il rappelle les mots de Condoleeza Rice « Nous allons punir la France, ignorer l’Allemagne, et pardonner à la Russie » (p250).

Evolution des prochaines guerres

Pierre Conesa s’interroge sur l’évolution des prochaines guerres :
- Les guerres de frontières, typiques des ennemis proches, sont toujours possibles « dans quelques coins perdus de la planète ».
- La guerre sous mandat pourrait revenir à la faveur d’un nouvel affrontement bilatéral entre les États-Unis et la Chine.
- Les guerres civiles constituent le scénario le plus probable des années à venir.
- Les guerres de répression continueront en fin d’écran, sauf si cela soulève les opinions des grandes démocraties.
Et il conclut le chapitre avec le même cynisme : « parce que l’ennemi rend tant de services à la vie internationale, il est probable que les différents mécanismes analysés plus haut continueront à en produire ».

Déconstruire l’ennemi

Pierre Conesa, dans une dernière partie, évoque les possibilités de déconstruire l’ennemi. Il évoquera les règlements récents des grands conflits, et les différentes structures judiciaires mises en place (tribunal pénal international, CPI…). Au travers des différents procès historiques, il rappelle à grand coup de chiffres les horreurs des massacres passés. Cela fait froid dans le dos… Les massacres des Japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Le Rwanda avec ses 800 000 morts en 4 semaines (à la machette).

En conclusion il cite Saint-Exupéry « la guerre n’est pas une fatalité, elle est un ressort du comportement humain dont on ne se défait qu’au prix d’un énorme effort d’intelligence ». Encore une fois l’auteur du Petit Prince a les mots justes.
Le livre est important dans la compréhension des mécanismes de construction des ennemies et de la guerre. C’est un bel exercice de lucidité politique.

Jérôme Bondu

Pour en savoir plus :
- On pourra lire la chronique de Gérard Chaliand
- Acheter le livre à la FNAC
- Ecouter Pierre Conesa sur ThinkerView
- Source image, page Wikipedia de Pierre Conesa
- Retrouvez toutes mes fiches de lecture avec la requête intitle:"a lire" site:inter-ligere.fr





La fabrication de l ennemi

J’ai lu La fabrication de l’ennemi, sous-titré « comment tuer avec sa conscience pour soi » de Pierre Conesa. L’ouvrage date de 2011 mais n’a rien perdu de son intérêt.

Voici la première partie de ma fiche de lecture (lire ici la suite). Ce n’est ni un résumé ni une synthèse, mais simplement un mémo personnel des choses qui m’ont le plus intéressées.
(nb : retrouvez toutes mes fiches avec la requête intitle:"a lire" site:inter-ligere.fr )

Pierre Conesa a été l’un des directeurs de la Délégation des Affaires Stratégiques (DAS) du ministère de la Défense. J’ai eu l’occasion de le rencontrer, notamment lorsque j’étais directeur de l’IFIE. J’adore ses interviews sur ThinkerView. Je les recommande toutes. Diplo-web, qui a chroniqué son livre le présente ainsi : « PIERRE CONESA est un esprit original. C’est-à-dire qu’il pense tout seul, exercice relativement rare, bien qu’il ne soit pas interdit, sinon par le souci de ne pas déplaire au pouvoir, aux appareils, à ce qu’on nomme l’ « esprit du temps » qui est, bien souvent, celui de la tyrannie de l’opinion publique. »


Pierre Conesa développe dans un style parfois ironique, souvent corrosif, l’idée que les États ont toujours par le passé fabriqué leurs ennemis. Non pas qu’il n’existe pas des rivalités « naturelles » (possession de la terre, frontières disputées …), mais pour qu’une guerre puisse se déclarer il faut que l’ennemi soit identifié, visible, compris de la population, et que cela nécessite une « construction ». Cette approche m’a fait penser à Edouard Bernay théoricien de la « fabrique du consentement », et aux travaux de psychosociologie qui montrent que notre univers intellectuel est une pure construction.

Analyses historiques

Pour revenir à la « Fabrication de l’ennemi », l’ouvrage est riche d’analyses et de références historiques. Pierre Conesa n’hésite pas à casser les idées reçues et à mettre les pieds dans le plat. Florilège de quatre petits passages :
- L’auteur cite Arbatov, ancien conseille de Gorbatchev, qui a dit aux Américains peu avant la fin de l’URSS « Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d’ennemi ».
- « Contrairement à ce que l’on peut lire dans les manuels de relations internationales, la démocratie n’est pas par elle-même porteuse de paix, sinon les colonisations françaises et britanniques n’auraient jamais eu lieu, les Américains ne seraient pas en Irak et les Israéliens ne coloniseraient pas les Territoires occupés ».
- « Les musulmans français, au lieu de se désolidariser des extrémises qui demandent avec des motifs religieux des dérogations à la loi républicaine, jouent continuellement de l’ambigüité et ont même inventé le concept « d’islamophobie » qui devient aussi présent dans le débat publie que l’accusation d’antisémitisme » p278
- « L’inoxydable habitude des Occidentaux – qui ont déclenché deux conflits mondiaux, un génocide sans égal, colonisé la planète et mené des guerres atomiques et chimiques – de donner des leçons à l’univers, mérite qu’on leur rappelle quelques vérités ». p340

Construction de l’ennemi

Dans une première partie il évoque la construction de l’ennemi.
- L’ennemi « rend de multiples services. Il fait fonction notamment d’anxiolytique par sa responsabilité (réelle ou imaginaire) dans nos angoisses collectives ».
- « Les Américains présentèrent la conquête du Texas sur les Mexicains en 1836 comme une libération. Ils y rétablirent immédiatement l’esclavage interdit par la monarchie espagnole depuis longtemps ». p60
- « La justification juridique de la torture … [par] la CIA est simple : la guerre globale contre le terrorisme n’est pas une guerre contre un État, donc les conventions de Genève ne s’appliquent pas aux prisonniers pour lesquels on invente la catégorie juridique nouvelle de « combattants illégaux ». » p64

Il distingue les structures qui choisissent les ennemis :
- Le complexe militaro-industriel, avec en première ligne les think tanks stratégiques. Un des plus puissants est (était ?) la RAND corporation. Il dézingue les « spécialistes de la solution de problèmes ».
- Les services de renseignements « La CIA à elle-seule aurait été à l’origine d’une cinquantaine de coups d’État dans le monde avec un certain succès contribuant ainsi à revitaliser la théorie du complot … ». Il étrille en passant le pseudo-rapport Butler présenté par Tony Blair expliquant que Saddam Hussein avait des missiles longue portée, déployables en 45 minutes. Ce rapport était une copie du rapport fait par un stagiaire …
- Les journalistes en quête de sensationnel ont aussi leur rôle. Ted Turner n’a pas hésité à lancer à Rupert Murdoch « c’est un fauteur de guerre. Il a soutenu et encouragé la guerre en Irak ». Des exemples sont plus anciens. En 1898, William Hearst, à la tête du New York Journal, avait monté en épingle la guerre d’indépendance de Cuba. Il avait dit à ses reporteurs sur place qui ne voyaient aucun signe de révolution « Fournissez les photos, je vous fournirai la guerre ».

La suite bientôt …
Jérôme Bondu

NB :
- Fin de la première partie de ma fiche de lecture (lire ici la suite).





occitanie 2

CHARGE DE VEILLE / MEDIATEUR-ANIMATEUR
Référence : CDD DVSI
Origine : Site de Toulouse
Catégorie : A
Missions : Sous l’autorité de l’équipe de direction, le ou la titulaire de ce poste à temps complet aura pour missions d’animer l’espace doc du site de Toulouse, de réaliser un produit documentaire quotidien et des travaux de veille auprès des Directions et de participer à l’évolution du portail documentaire Info d’Occ.


Missions

Animer l’espace doc et faire de la médiation active envers les usagers, en lien avec l’équipe

- Animer l’espace de documentation et développer des actions en continu pour le rendre connu, visible et attractif (signalétique, expositions, actions de communication interne…) ;
- Accueillir, renseigner et orienter les usagers ;
- Connaitre les ressources de la documentation en accès sur les sites ;
- Former les utilisateurs à l’usage des outils documentaires : portail documentaire, bases de données, … ;
- Accompagner/former les utilisateurs pour une prise en charge partielle de la veille documentaire dans leur secteur et capitaliser/organiser cette information ;
- Organiser et mettre en œuvre des formations à la recherche/gestion/diffusion de l’information et participer à élaborer les supports de formation correspondants, en individuel ou en groupe ;
- Gérer et animer un calendrier d’occupation de l’espace ;
- Faire, soi-même, une veille sur la médiation en centre de ressources doc, et proposer son évolution et adaptation aux besoins.

Réaliser un produit documentaire quotidien

- Elaborer en équipe le panorama de presse quotidien (participer au comité éditorial ; lire la presse (PQR/PQN) en version numérique ; sélectionner des articles et les mettre en forme (outil Newsclip) ; publier et diffuser ;
- En dialogue avec le Cabinet, réaliser un document quotidien, à partir du panorama de presse quotidien et d’éléments fournis par le service Presse du Cabinet

Assurer des missions transversales ou collégiales en étant force de proposition

- Assurer, sur délégation de la hiérarchie, le pilotage de certains projets et en rendre compte ;
- Mettre en place et alimenter des tableaux de bord de l’activité de veille et autres indicateurs de suivi relatifs à l’activité documentaire ;
- Connaitre et devancer le besoin d’information des utilisateurs en termes de contenus, de formats et de fréquences et y répondre ;
- Veiller et sélectionner des ressources en collaboration avec les autres documentalistes ;
- Mettre en œuvre des diffusions sélectives d’information et des produits documentaires adaptés aux besoins des utilisateurs ;
- Réaliser des recherches d’informations bibliographiques ou factuelles ;
- Participer aux tâches courantes dans l’intérêt du service : suivi des abonnements, diffusion des périodiques, référencement, indexation et analyse de documents de la base de bibliothéconomie notamment.

Profil :

Compétences requises

- Bac +5 dans les domaines de la documentation, des sciences de l’information ou de la communication, ou toute formation susceptible de mener à bien les missions
- Gout pour le contact et la communication
- Connaissance de l’action et de l’organisation de l’administration régionale
- Connaissances du domaine de la gestion documentaire, de ses méthodes et ses outils,
- Sens de l’organisation, du travail collaboratif et en mode projet
- Maitrise informatique et logicielle (Kentika, bases de données…), familiarité avec les outils informatiques de base
- Capacités rédactionnelles, de synthèse et d’analyse des informations traitées
- Capacités à construire des relations durables avec les directions
- Adaptabilité et polyvalence,
- Curiosité intellectuelle
- Intérêt pour l’actualité, la médiation et l’innovation
- Une bonne connaissance de langues étrangères (anglais, espagnol, allemand) est un plus

Contraintes

- Présence quotidienne de 8h00 précises à 17h00. Il faudra parfois être là plus tôt selon les nécessités de service
- Souplesse dans l’organisation annuelle du travail (présence obligatoire de deux personnes pour la réalisation du panorama de presse)
- Déplacements ponctuels

Modalité de recrutement : CDD 3 mois
Lieu de travail : Toulouse
Date limite de dépôt de candidature : 20 octobre 2019
Modalité de réponse : Les candidatures (lettre de motivation - CV actualisé ) sont à adresser à :

Madame la Présidente de la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée
Hôtel de Région - Site de Toulouse
22 Boulevard du Maréchal Juin
31406 - TOULOUSE CEDEX 9

vécu jerome bonduJ’ai eu le plaisir d’être interviewé par Gabin Formont, pour la chaine Vécu, sur le thème de la révolution numérique.
Gabin avait repéré le montage dans lequel j’expliquais que si l’on peut faire une requête vocale … c’est qu’un micro est actif ! Il faut dire que différents chaines se sont emparées de ce montage (que je n’ai pas réalisé moi-même) et qu’au total cela totalise plus de 7 millions de vues. Gabin m’a proposé en parler en direct sur sa chaine.

Durant notre échange, il est question :
- des impacts de la révolution numérique,
- de la place des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft),
- des modèles économiques des grandes boutiques du web,
- de la souveraineté numérique,
- de la place de l’Europe, prise en sandwich entre le modèle américain de commercialisation de nos données, et le modèle chinois d’étatisation de nos données…

Lors du montage (que cette fois-ci j’ai réalisé moi-même), j'ai placé les liens des sites mentionnés, et ai réalisé quelques corrections. Tout ce qui est donc avancé est prouvé et certifié.

Bonne visionnage (ici),

Pour des informations :
- sur les opérateurs de recherche,
- sur la maîtrise d’internet,
- sur le livre « Maitrisez internet … avant qu’internet ne vous maitrise »

Jerome Bondu





xdel 100 fichesJ’ai lu le dernier livre de Xavier Delengaigne « 100 fiches pour organiser sa veille sur Internet ». Ce n’est pas un coup d’essai car le livre en est à sa 3ème réédition.

Même pour le vieux routier de la veille que je suis, il y a toujours des éléments intéressants à apprendre ou retrouver. J’ai corné pas mal de pages, où j’ai détecté des outils intéressants. Quelques exemples :
- Outils pour télécharger une vidéo.
- Outils de visualisation de résultats
- Outil de scraping, anti-plagiat, de podcast…

C’est une bonne boite à outil.

Xavier a l’écriture facile, et a à son actif plus de 20 livres. On pourra retrouver deux de mes anciennes chroniques :
- A lire : La méthode MapWriting, de Xavier Delengaigne et Franco Masucci
- A lire : 101 astuces pour mieux penser, de Xavier Delengaigne
- On pourra aussi consulter le compte rendu de la conférence qu’il a donné au Club des Veilleurs de Lille.
- Et bien sûr aller sur son site.

En conclusion de son livre Xavier cite Gaston Bachelard « Celui qui trouve sans chercher est celui qui a longtemps cherché sans trouver ». J’adore !

Bonne lecture,
Jérôme Bondu



nicholas carrJ’ai lu le très bon livre "Internet rend-il bête ?" de Nicholas Carr. Le livre porte sur la transformation de notre cerveau avec la pratique d’internet. Je partage mes notes de lecture en trois billets distincts. Voici le premier.
« Internet rend-il bête ? »  est la version française du titre original The Shallows (les basfonds).

En introduction Nicholas Carr rappelle que l’on peut diviser nos inventions technologiques en quatre catégories selon qu’elles renforcent ou complètent nos capacités innées. Elles peuvent :
- Décupler notre force physique (charrue, voiture …).
- Élargir le spectre de notre sensibilité (microscope, télescope, ampli…).
- Remodeler la nature (pilule contraceptive, engrais …).
- Étendre ou soutenir nos capacités mentales (imprimerie, machine à écrire, ordinateur …).

Ces inventions technologiques ont un impact sur ce que nous sommes. Mais jusqu’à quel point ?
- Les tenants du déterminisme technologique pensent que le progrès technologique est une force autonome qui échappe au contrôle de l’Homme.
- Les tenants de l’instrumentalisme pensent que les innovations sont des artéfacts neutres que nous maitrisons.

L’instrumentalisme est l’opinion la plus répandue. Surtout, explique malicieusement l’auteur, parce que l’Homme a du mal à accepter de ne pas être maitre de ses propres innovations (question d’égo). L’auteur est consensuel quand il affirme que de nombreuses innovations technologiques ont marqué un tournant dans l’histoire. Par exemple la poudre à canon a changé la manière de protéger les châteaux forts. Mais le problème se complique quand il s’agit d’innovations intellectuelles qui ne laissent pas de traces visibles, et dont les modifications sont de l’ordre de nos manières de penser !

Par chance, l’analyse des impacts d’internet va être facilitée par les progrès en neuroscience. C’est cette analyse que va faire Nicholas Carr, en mesurant les impacts d’internet sur notre développement cognitif. Et le tableau n’est pas réjouissant comme le titre le laisse transparaitre !

L’auteur va démontrer sa thèse en plusieurs temps :
- Les technologies que nous utilisons changent ce que nous sommes. À fortiori les technologies informationnelles (écriture, impression) et leurs évolutions successives ont changé profondément nos civilisations. D’où l’intérêt de se pencher sur la dernière révolution en date, la révolution numérique.
- Dès le départ, la révolution numérique a posé le problème de l'attention. Internet a un modèle économique qui vise à capter toujours plus notre attention. Google en tant que champion du web est aussi le champion du vol de notre attention.
- Or notre cerveau est malléable et se modifie selon la manière avec laquelle nous l’utilisons. C’est ce que l’on appelle la plasticité neuronale.
- Les recherches scientifiques prouvent qu'une utilisation forte d'internet, avec ses sur-sollicitations constantes, a des conséquences fortes sur le cerveau.
- Notre cerveau se modifie dans un sens négatif : Perte de la capacité mémorielle. Perte de concentration. Perte de l'aptitude à lire « en profondeur » (par opposition à une lecture superficielle). Perte de la capacité d'analyse. Perte même de la compassion.

Suite de la note de lecture : demain
Jérôme Bondu





smash image

J’ai été sidéré par la lecture de l’article des Echos « Smash à la conquête des transferts de fichiers » (daté du 27 et 28 septembre 2019 pour la version papier).

La présentation de l’entreprise française de transfert de fichier est connotée totalement négativement. Voici quelques extraits issus de l’article :
- La start-up lyonnaise s’infiltre en version gratuite…
- Elle essaie d’imposer sa solution…
- … vous êtes dans la cible
- Les Lyonnais ont adopté la stratégie du cheval de Troie pour s’adresser à…
- Smash se répand de façon virale
- L’offre gratuite est un appât

Cela rime à quoi cette présentation totalement biaisée, ce champ sémantique digne d'une opération d'infiltration de la CIA ou de la Stasi ? Il y avait tant de choses intéressantes à dire... Pas un mot, par exemple, sur le fait que Smash assure un stockage en France ! Ce n’est pas un détail, car depuis le cloud Act du patron des patrons américains, toutes vos données stockées sur des serveurs américains (même en dehors du territoire états-unien) "appartiennent" à … la NSA ! Welcome to USA …United Surveillance of America.

Le même journal par contre ne voit rien de mal quand les Gafam se proposent de prendre les données des patients (voir mes analyses lexicales des articles des Echos / mais aussi dans la même veine du Figaro ). Quand Google se propose d’aider la pauvre industrie pharmaceutique à traiter ses données (pardon NOS données) le journal économique ne parle pas du tout de stratégie du cheval de Troie… Là par contre tout va très bien.

C’est du grand n’importe quoi !! En tout cas de la part des journalistes. Pour ce qui est du lobbying des Gafam, là par contre, c'est du beau travail.

C’est d’autant plus dommage que l’autre article de la même page est passionnant « La Silicon Valley ne donne plus de pouvoir aux gens, elle les déresponsabilise ». Le journaliste Guillaume Bergeras a interviewé Roger McNamee, ancien investisseur de Facebook. Il explique que le modèle économique des GAFAM « est basé sur une surveillance de masse. Ces entreprises tentent de transformer une expérience humaine en données, pour les mouliner avec du machine learning et ensuite créer un avatar virtuel de chaque personne, qu’ils utilisent ensuite pour créer des prévisions comportementales, vendues aux personnes du marketing ».

Jérôme Bondu





dicod2

La DICOD recherche un Analyste senior du pôle « alerte-analyse-opinion »


Description synthétique

Le pôle Alerte – Analyse – Opinion a pour mission d’informer et de décrypter l’actualité de défense dans les médias, internet, les réseaux sociaux et l’opinion publique.

Ce pôle élabore à l’intention des hautes autorités du ministère une synthèse de presse quotidienne centrée sur l’actualité de défense, des alertes et des analyses de la perception par les médias des questions de défense. Il mène également des consultations et des enquêtes d’opinion sur les problématiques de défense.

Il accompagne le développement de la DICoD en repérant et analysant les informations utiles aux décisions stratégiques et à l’anticipation des risques.

L’analyste senior assure avec le chef de pôle le suivi de l’ensemble des produits élaborés. Il pilote avec le chef de pôle le suivi des marchés publics dont le pôle a la responsabilité, veille à la qualité des prestations externalisées et peut être amené à représenter la direction lors de réunions interministérielles au SIG. Son expertise est mobilisée dans le cadre des évolutions à apporter aux différents produits du bureau. Il participe enfin à l’entretien du réseau des correspondants de veille rattachés aux services/bureaux homologues au sein des autres ministères et organismes de l’Etat.

Activités principales attachées au poste
- Présenter la presse le matin en réunion de direction en alternance avec le chef de pôle ;
- Etre force de proposition pour initier des évolutions concernant les différents produits du pôle, actuels et futurs ;
- Proposer des fiches thématiques d’analyse médias centrées sur des problématiques Défense utiles à l’information des autorités du ministère ;
- Valider avec le chef de pôle un certain nombre de produits médias et réseaux sociaux d’information et d’analyse, et de visibilité de la ministre et de la secrétaire d’Etat…) ;
- Suivre les différents marchés publics et définir les expressions de besoin pour le pôle ;
- Entretenir un réseau interministériel de responsables de veille afin de partager des retours d’expérience, bénéficier de flux d’informations spécifiques et éventuellement permettre la mise en place de produits communs.

Activités annexes
- Participer en tant qu’intervenant à des actions de formation sur le thème de l’analyse médias au profit des communicants du ministère des armées ;
- Représenter la DICoD, avec ou en présence du chef de pôle, lors de réunions interministérielles au SIG ;
- Anticiper l’émergence de nouveaux besoins, en proposant une évolution des produits existants en matière de veille médiatique et en concourant à l’élaboration de produits ad hoc.

Spécificités du poste
Grande disponibilité. Sollicitations possibles en dehors des horaires de service en cas de crises médiatiques
Le poste peut être soumis à astreinte.

Compétences mises en œuvre dans le cadre du poste
- ORGANISATION
- RIGUEUR
- SYNTHESE
- ANALYSE
- TECH SONDAGE ET RECUEIL ET ANALYSE INFO
- EXPRESSION ECRITE JOURNALISTIQUE

Expérience professionnelle souhaitée
Disposer d’une première expérience professionnelle d’encadrement d’équipe.
Détenir un niveau d’expertise en analyse de données médiatiques et d’alerte.
Une expérience de plus ou moins 5 ans sur un même type de poste serait  fortement appréciée.
Posséder un bon niveau à l’écrit en anglais et si possible également en allemand et en espagnol
Etre titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur de type Master en sciences politiques, géopolitique, relations internationales, d’un IEP ou d’une école de journalisme.

Localisation
Rue : 60 boulevard du Gal Martial Valin
Code postal : 75015
Ville : PARIS

Pour postuler : dicod-recrutement [at] dicod [point] fr

Jérôme Bondu




 decaux

Je publie nous nouvelle offre très intéressante. Et l'équipe veille est vraiment extra !

Jérôme Bondu

----------------------------------

À propos
JCDecaux est une entreprise familiale française créée en 1964 qui fournit des mobiliers et services financés par la publicité pour rendre la ville plus agréable, accueillante et responsable.

JCDecaux est, aujourd’hui, présent dans plus de 80 pays et compte plus de 13000 collaborateurs dont 3600 en France. Ils travaillent pour faciliter la vie des citadins et des voyageurs au quotidien au travers des services suivants : mobiliers urbains, affichage grand format, publicité dans les aéroports, vélos en libre-service, connectivité et data.

Descriptif du poste

Pour la cinquième année consécutive, JCDecaux a obtenu le label Happy Trainees qui met en avant la qualité d’accueil, du management et de l’accompagnement de nos étudiants en stage et en alternance. Nous sommes fiers de proposer, chaque année à nos 120 stagiaires et alternants du Bac Pro au Bac +5, des missions formatrices et responsabilisantes.

Mission :

Au sein de la Direction Générale Stratégie et Nouveaux Usages, en lien direct avec la Directrice de projets innovation et le chef de projets Veille et Prospective, vous participerez à la mise en place du dispositif de veille stratégique pour le groupe.

Pour ce faire, vos principales missions seront de contribuer, au sein de l’équipe projet (4 personnes) et avec le prestataire, au déploiement du dispositif de veille :

- administration de l’outil de veille (formation à l’outil prévue) et élaboration des plans de veille, des axes de surveillance et des requêtes
- animation du projet pour un onboarding réussi
- accompagnement des métiers concernés dans l’acculturation à la veille, la formulation de leurs besoins et la prise en main de l’outil
- production de livrables en lien avec le déploiement du dispositif : guides, fiches, tutos…
- production de livrables de veille : études, revues de presse, newsletters, notes…

Profil recherché

Compétences attendues :

- De Bac + 4 à Bac + 5, vous êtes en cours de formation supérieure en Intelligence Economique
- Maîtrise des outils de recherche d’information sur Internet et des suites bureautiques ainsi que les outils de représentation visuelle de l’information
- Maîtrise des techniques de recherche et de veille
- Si possible, savoir utiliser un ou des logiciels de veille

Qualités requises :

- Curieux(se) et impliqué(e), vous avez un fort intérêt pour l’intelligence économique et la veille, doté d’un esprit d’analyse et de synthèse.
- Réactif, vous avez le goût pour le travail en équipe et pouvez être force de propositions
- Vous avez de réelles capacités relationnelles et de communication, d’animation de projets et de réunions
- Vous avez le sens de la pédagogie, de l’écoute et de la confidentialité
- Vous avez une parfaite maîtrise du français écrit et oral
- Vous êtes très à l’aise en anglais, à l’écrit et à l’oral

Ce poste est basé à Neuilly sur Seine (92). Le site est accessible via le métro L1, arrêt Pont de Neuilly.

Postulez !




noledge image
Jérôme PERE, Founder & CEO de Noledge, organise le 10 octobre en soirée un bel événement sur L'INTELLIGENCE COMMERCIALE. Avec son accord je diffuse l'annonce. Notez que les inscriptions sont soumises à validation (voir plus bas). Mais n'hésitez pas en indiquant que vous avez lu l'annonce sur Inter-Ligere ;-) J'aurai l'honneur d'y faire une conférence sur l'intelligence économique au service de l'action commerciale.


Voici l'annonce complète :
-------------------------------------------------------------------

Le temps d'un moment convivial, la Communauté du Club Utilisateurs de Noledge se rassemble le 10 octobre prochain à Paris. Au cours de cet évènement, vous pourrez découvrir, en avant-première, les dernières innovations IT destinées aux professionnels mobiles .

Le thème de notre soirée sera : "L'INTELLIGENCE COMMERCIALE"

Nombre de places limité. Inscrivez-vous vite en cliquant sur le lien.

Au programme :

17h00 - Accueil. Networking / Démo des dernières innovations IT destinées aux professionnels mobiles autour d'un cocktail de bienvenue.

17h55 - Bienvenue. Intervenants: INMAC WSTORE, NOLEDGE

18h00 - Conférence de Jérôme BONDU, Expert en Intelligence Economique et Intervenant IHEDN, sur le thème de l'Intelligence Commerciale Opérationnelle.

18h45 - L'Intelligence Commerciale Enrichie. Retours d'Expériences Clients.
- Le parcours de professionnalisation du Commercial. Intervenants: SILL, ENTREMONT, NOLEDGE.
- L'agilité tactique Terrain. Intervenants: ANDROS, JACOB DOUVE EGBERTS.
- L'analyse stratégique et l'ordonnancement Terrain. Intervenants: SARAWAK, WR DISTRIBUTION, WERNER & MERTZ.

19h45 - Perspectives et évolutions. Intervenants: NOLEDGE.

20h30 - Networking / Démo des dernières innovations IT destinées aux professionnels mobiles autour d'un cocktail de dînatoire.

21h30 Clôture de la soirée.

Nombre de places limité. Inscrivez-vous en cliquant sur le lien.

NB : Les invités hors Communauté Utilisateurs Noledge sont acceptés uniquement sur Demande.
Le lieu de la réunion (dans Paris) sera communiqué uniquement aux participants inscrits.

Jérôme Bondu