Les Echos ont organisé un grand colloque sur le thème de l'IE, le 29 avril 2009, au pôle Léonard de Vinci. Le Club IES était partenaire de cet événement de qualité.

Le grand quotidien de l'économie a déjà manifesté son intérêt pour le sujet en ouvrant un blog dédié, piloté par l'Académie de l'IE.

 

Les notes ci-dessous (postées en deux parties) ne prétendent pas à former un compte rendu, mais à rendre compte de quelques éléments qui ont attirés mon attention.

Précaution d'usage : J'ai essayé de retranscrire le plus fidèlement possible l'expression des intervenants (les citations qui sont en italique). Mais les informations ci-dessous ne prétendent pas être une retranscription fidèle des propos tenus.

 

 

3eme table ronde : L'intelligence économique sans frontières : où trouver les informations pour implanter ou exporter dans de nouveaux territoires ?

 

Interventions de MM.

Jean Burelle, Président du MEDEF International

Christophe Dufour, Directeur de la stratégie à la DCNS

Robert Ghilardi de Benedetti, Directeur général de l'Agence de développement économique de Bordeaux Gironde.

Dominique Lamoureux, Président de la commission IE au MEDEF

 

J'ai peu de note sur cette table ronde, non pas qu'elle ait été moins intéressante, mais parce qu'un rendez-vous téléphonique m'en a éloigné.

J'ai néanmoins entendu M. Lamoureux revenir sur un des propos d'Alain Juillet : les Etats-Unis abandonnent le « hard et le soft power » pour le « smart power ».

Il a aussi souligné aussi la faible représentation de patrons de PME dans la salle.

 

 

4eme table ronde : Cas d'étude : le retour d'expérience d'entreprises dans leur démarche d'IE.

 

Intervention de M. Maurice Timon, PDG de Minima.

M. Timon a raconté l'histoire passionnante de son entreprise (Minima) qui est passé d'une TPE de 3 collaborateurs à une PME florissante, avant de connaître une très grave crise. Il importait des montures de lunette Danoise, jusqu'à ce que le fabricant décide d'exporter lui-même directement en France. Il perd alors 80% de son CA. Au terme d'un long processus, dans lequel l'intelligence économique n'est pas étranger, il réussit à redresser la société.

Parmi les facteurs clés de succès, il a insisté sur l'importance de la culture du recueil d'informations, à implanter notamment au sein de la dynamique commerciale.

Son témoignage m'a rappelé celui de Luc Doublet, entendu au Club des vigilants. M. Doublet est patron de Doublet SA, une PME familiale du Nord, initialement dans la dentellerie, et qui au terme d'un processus qui a durée plusieurs générations a muté son métier vers la fabrication de drapeaux, dont elle est aujourd'hui un leader mondial. Leur témoignage a en commun un mélange de pragmatisme, d'humilité, et de capacité à se remettre en cause. Cela me fait penser par glissement d'idée à la théorie de Darwin : « Ce ne sont pas les plus forts qui survivent, mais les plus adaptables ». Ces PME ne sont certes pas à la taille des dinosaures, mais il est clair que par leur faculté d'adaptation, elles survivront !

 

Intervention de M. Ludovic Emanuely, Responsable du service intelligence économique chez Servair, et Fondateur et animateur du Groupe Lafontaine.

M. Emanuely a notamment parlé des réunions de travail au sein du groupe informel qu'il a créé (voir le compte rendu de son intervention au Club IES).

 

Intervention de M. Muriel Semeneri, responsable veille et innovation chez Essilor international

Mme Semeneri a présenté les différentes facettes de son activité :

- Une première activité vise à animer un réseau de 500 personnes qui sont à la R&D. Elle explique que ces personnes sont des experts qui « sont les meilleurs dans leurs domaines ». Elle n'a donc « rien à leur apprendre dans leurs domaines d'expertise ». Par contre, la veille peut être une aide pour élargir leur champ de vison, pour diversifier leurs sources d'informations, pour croiser les compétences.

- Une seconde activité vise à capitaliser les informations qui transitent dans le groupe. Cela revient à créer un système d'intelligence collective.

- Elle organise des conférences internes pour « ouvrir sur le monde et permettre d'échapper à la dictature du quotidien et de l'urgence ».

- Elle s'intéresse à des domaines même éloignés de l'expertise de la société. Ainsi elle s'est intéressée aux neurosciences car, justifie-t-elle, la vue est analysée par le cerveau. Il n'est donc pas inintéressant de suivre les progrès des neuroscience, qui un jour pourront rejaillir sur la fabrication de verres.

- En parallèle à ces activités, il y a aussi une diffusion d'une culture défensive de l'information, portée notamment par la direction juridique, avec une très forte culture du dépôt de brevets.

 

Intervention de M. Philippe Trouchaud, Associé, PricewaterhouseCoopers ; Vice-président del'AFAI - Association Française de l'Audit et du Conseil Informatique.

M. Trouchaud s'est notamment exprimé sur les risques informatiques. Il a rappelé que 12 000 PC portables sont perdus chaque semaine dans les aéroports aux Etats-Unis (j'ai retrouvé cette info sur Génération NT).

 

 

5eme table ronde : Le cadre légal : quelles sont les règles à respecter ? Comment protéger son patrimoine immatériel ?

 

Intervention de :

Pascal Chauve, Sous-directeur de la régulation, Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d'Information

Gwendal Le Grand, Chef de l'expertise, CNIL

Thibault du Manoir de Juaye, Avocat à la Cour

Philippe Kearney, Sous-directeur du commerce international, Direction générale des douanes et droits indirects

 

Là aussi, je n'ai pu prendre de notes. J'ai simplement entendu que cette table ronde a mis l'accent sur :

- L'avènement de la mobilité qui accentue les risques [Idée développée lors de la conférence d'Eric Filiol].

- Le rôle de la CNIL. La La Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés est souvent vue comme un empêcheur de tourner en rond, alors que c'est un outil de protection. 70 000 déclarations. 4000 plaintes. 220 contrôles. Le pouvoir de contrôle existe depuis peu, et le pouvoir de sanction se met en place. La mise en demeure suffit généralement.

 

Cette journée a été conclue par Mme Claude Revel qui a annoncé notamment l'installation du CERAM dans les locaux du pôle universitaire Léonard de Vinci.

 

Ce colloque restera comme un des temps forts de l'intelligence économique en 2009.

 

Jérôme Bondu

Président du Club IES

Fondateur d'Inter-Ligere